Les vacances en famille : petit guide de survie

Les vacances en famille sont une étape décisive de la vie du jeune adulte, animal craintif qui doit encore marquer son territoire face aux anciens de la horde.

Les vacances en famille : petit guide de survie

Le jeune de retour dans sa famille vit un de ses premiers moments de sa nouvelle vie. Une fois devenu adulte, le jeune humain quitte en effet la horde afin de trouver des partenaires de son âge pour créer son propre clan. Il devra se procurer de la nourriture par ses propres moyens, et s’occuper de son linge sale. Nul ne sait en effet quels périls le jeune affronte quotidiennement entre le Lac du Lavomatic et la jungle des Partiels !

Eh oui Godric, la vie n’est pas toujours facile quand on doit quitter le troupeau 

Je suis moi-même une jeune et j’ai eu l’occasion de migrer en Lorraine récemment pour revoir ma famille : j’en ai tiré des enseignements que je souhaite partager avec mes congénères, afin de concourir à ma petite échelle à la survie de cette espèce… menacée.

Marque ton territoire

Jeune, tu n’es plus en terrain conquis ici. La maison qui t’as vu grandir n’est plus la tienne : ça fait bien trop longtemps que tu ne t’es pas masturbé-e en silence, ou que tu n’as pas fumé discrètement entre ces murs pour marquer ton territoire. Tu reviens ici en invité-e : à toi d’adopter alors le bon comportement pour montrer aux dominants de la horde que tu respectes leur espace.

À lire aussi : Les symptômes des vacances de Noël chez les parents

Pour cela, nul besoin de montrer ton ventre : une attitude polie et respectueuse suffira amplement ! Prouve que tu as bien compris qui était le chef de meute en faisant ton lit le matin, en rangeant ta vaisselle sale après le repas et en évitant plus généralement de t’étaler de pièce en pièce.

En échange du respect de ces frontières symboliques, tu vas pouvoir faire respecter ton propre territoire : ta vie privée. Sache que le combat peut cependant être ardu et que l’oncle trop curieux après deux verres de chianti est un adversaire redoutable : feule à la moindre évocation de ta vie sentimentale si tu ne veux pas qu’elle devienne le sujet numéro 1 des conversations autour de la table ! Si l’adversaire se montre plus coriace, alors tu es autorisé-e à te faire les griffes sur ses propres déboires amoureux.

« Toujours célibataire » toi-même, tonton 

Respecte la hiérarchie

C’est une triste vérité : pour les adultes, les jeunes seront toujours des jeunes. Même après 40 ans. Cette hiérarchie immuable doit être respecté par le jeune sous peine de débats sans fin de type :

— Je suis un adulte maintenant !

— Range tes chaussettes et on en reparlera, tu manges bien au moins ? Tu te fais quoi à manger ? Je suis sûr-e que tu vas au Mc Do le midi… Tsss… Et t’as pris rendez-vous avec la gynéco j’espère ? Tu sais que c’est très important, le frottis !

Mais le combat entre l’adulte et le jeune est un rituel moins conflictuel qu’il y paraît : c’est une parade empreinte de nostalgie et de tendresse, où ce dernier revêt à nouveau ses traits d’adolescents, offrant à l’adulte le plaisir de couver une dernière fois sa portée.

Claudine se rendait bien compte que quelque chose avait changé chez ses enfants, mais elle n’aurait pas su dire quoi…

La hiérarchie dans une horde doit être respectée dans un premier temps, pour mieux être négociée par la suite : l’adulte accordera alors au jeune sa confiance et baissera la garde.

Ce sera l’occasion d’en apprendre plus sur les anciens qui, d’anecdotes en anecdotes, révéleront au jeune un visage plus humain, loin du rôle traditionnel qui leur est imparti. Attention, cette transmission symbolique, ce passage du flambeau, peu heurter la pudeur et la sensibilité du jeune : il n’est pas toujours prêt à entendre parler de la vie sexuelle ou des erreur de jeunesse de ses aïeuls !

Respecte tes congénères

Durant son retour aux sources, le jeune ne passera pas seulement du temps avec ses parents: il sera également amené à rencontrer ses congénères. Les hiérarchies sont moins établies, laissant la place pour d’éventuels affrontements, surtout quand les jeunes appartiennent à la même portée…

« Tu fais chier à donner des leçons de morale, t’étais déjà chiant à 14 ans mais là chapeau ! »

Là encore, la nostalgie est un moteur puissant, poussant nos jeunes à en appeler à l’autorité parentale pour recréer un ersatz d’enfance perdue :

« Mamaaaaaan, tu vois comment il est ? Tu vois comme il est égoïste/radin/kleptomane ?! Dis lui d’arrêter ! »

Il est également tout à fait possible que les jeunes, bien qu’ayant grandi au sein du même territoire, aient depuis développé des modes de vie tout à fait différents, rendant le dialogue beaucoup plus difficile.

Malgré leurs différends, Squeaky et Marius avaient toujours réussi à s’entendre autour d’un bon muffin. 

À lire aussi : Frères et soeurs : des liens qui comptent ?

Le mieux est encore de respecter la sphère d’intimité de chacun des autres membres de la horde, quel que soit leur âge, et de prouver par de petites attentions l’amour que l’on porte à ses congénères : leur laisser le sot-l’y-laisse du poulet rôti dominical, par exemple.

Conclusion sur la réintroduction à l’état familial

Bien souvent, le jeune à l’état sauvage vit seul, dans une petite habitation de fortune. Les vacances en famille sont l’occasion d’un retour déroutant à la vie en troupeau. Il lui faut réapprendre rapidement les règles de vie en communauté.

Il ne s’agit plus d’hygiène, de respect ou d’accès au point d’eau, mais plus généralement d’un état d’esprit.

La vie en troupeau suppose la tolérance au bruit, au désordre, à l’intranquillité. Si certains des frères et soeurs du jeune ont des enfants, celui-ci devra rapidement oublier ses envies de vacances au calme. Ces bambins, neveux et nièces, ont l’audace d’être encore plus jeunes que le jeune !

C’est alors l’occasion pour le jeune d’oser affirmer son nouveau statut d’adulte devant tout le clan familial. Cela peut se faire en payant sa tournée à l’apéro grâce à son premier salaire, en offrant le resto si vous venez de finir HEC, ou encore en présentant votre « petit-e fiancé-e » à votre meute.

À lire aussi : Ces choses gênantes que tu ne peux plus faire une fois adulte

En définitive, le retour à la vie familiale est problématique pour le jeune qui ne sait pas se placer dans le groupe : il n’est plus un enfant, il n’est plus sous autorité, mais pourtant il ne sera pas vraiment un adulte au yeux de ses parents tant…

  • Qu’il n’aura pas d’enfants (alors même que parfois il n’en veut pas)
  • Et/ou ne se sera pas marié-e (alors même que parfois il ne veut pas)
  • Et/ou ne gagnera pas sa vie (alors même que parfois il ne peut pas)
  • Et/ou n’aura pas de chien (alors même que parfois il préfère les chats)
  • Etc. etc., selon les valeurs familiales en vigueur dans votre tribu.

Il s’agit donc d’un exercice d’affirmation de soi qui peut parfois susciter des conflits mais que la horde saura résoudre grâce à une bonne dose d’amour et de cohésion familiale. Au pire, cher jeune, sache que la fuite n’est pas une option honteuse : des centaines d’espèces d’herbivores survivent uniquement grâce à cette technique !

Adulte lance l’attaque « question sur ton chômage ». Jeune sauvage prend la fuite ! 

Enfin il est tout à fait possible que le troupeau, ravi d’être reconstitué, fête dignement ces retrouvailles : c’est alors l’occasion pour le jeune de manger de la viande pour la première fois depuis des mois, celui-ci adoptant souvent un régime végétarien… par défaut.

Fêtez donc dignement ces retrouvailles, profitez-en bien et racontez nous comment se sont passées vos vacances en famille !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Madame Sexy
    Madame Sexy, Le 9 août 2014 à 19h26

    Je suis une mauvaise employée (mais une bonne Mad), je lis MadmoiZelle au boulot quand je n'ai rien à faire, pas de clients, pas de mail à traiter etc...

    Et là, ma collègue est en clientèle juste à côté de moi... Habituellement malgré toutes les conneries de mes amis que je vois passer sur mon Facebook, mes coups d'oeil au Gorafi et vos articles, je garde un visage impassible... Mais là Claudine m'a tuée. Je viens de pouffer bruyamment de rire alors que je faisais semblant de bosser...

    Merci pour la crédibilité les Madz^^ et merci de me faire toujours rire :)

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)