L’usine de films amateurs de Michel Gondry

Anne-Lucie a testé ce week-end l'expo-expérience L'usine de films amateurs créée par Michel Gondry au Centre Pompidou de Paris ! Revue en détail des 3h de création !

L’usine de films amateurs de Michel Gondry

De Michel Gondry, vous connaissez au moins le superbe film Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, le tout récent The Green Hornet et une flopée de clips de Björk. En ce moment, il squatte le Centre Pompidou à Paris avec son Usine de films amateurs : une expo/activité pour transformer des visiteurs lambda du musée en … réalisateurs. A la manière de Jack Black et Mos Def dans son film Soyez sympas, rembobinez, on fabrique un film de A à Z en un temps record (3h). Récit de mon aprem’ du 3e type.

16h45 – On arrive, dépose les manteaux et autres trucs encombrants au vestiaire sous les ordres des réceptionnistes. On signe des papiers et en entrant, on nous colle une grosse gommette verte sur le nichon comme signe de reconnaissance et c’est parti. Wouh !

17h00 – Une guide-qui-ne-parle-pas-français (pratique) entraine notre groupe de 20 personnes dans le labyrinthe de décors : salon vintage, forêt, métro parisien, videoclub, chapelle, etc. – tous aussi cools les uns que les autres, j’ai pensé à voler au moins mille trucs pour mettre chez moi, mais en fait non. Au fur et à mesure qu’on les découvre, les idées de scènes germent dans notre tête, c’est magique ! Et au détour d’un décor, je me trouve nez à nez avec Gondry himself, se baladant d’un air blasé, le cheveu en bataille et sandwich à la main. Magique ².

décor expo gondry17h05 – Je déchante (déjà). Moi qui croyais que l’on se séparerait en petits groupes pour faire nos films j’apprends avec surprise que non. Va faire un film à 20 ! Pour faire court : dans le groupe il y avait force cinéphiles, étudiants en cinéma/théâtre et celui qui a pris la « direction » du groupe, mes amies, était LA grande gueule qui n’avait jamais vu un film de sa vie. Avouez quand-même que c’est dingo. J’en ai appris des bonnes : Fabrice Luchini (à prononcer « Loutchiiini ») est italien, Jean-Luc Godard est mort, Spielberg déteste Godard et il n’y a pas de bars dans les westerns. Sachez-le, c’est le must.

17h10 – Tout le monde s’affaire autour du tableau ci-dessous qui nous indique nos étapes de travail. Nous avons 45 minutes pour nous décider sur les grandes lignes de notre film (genre, titre, synopsis…).

17h20 – Le « grand chef de meute » a rejeté toutes mes idées, j’étais un peu furax. Le film sera un « western expérimental ». Sisi, vous avez bien entendu. « La Mariée Ensanglantée », film de série B, voit son héroïne quitter la VHS pour aller dans la « vraie vie » et tuer le réalisateur qui lui a infligé ce film.  Sur sa route, le mec du vidéoclub, un clodo, des touristes et musicos du métro l’aideront à retrouver le malotru (ou pas). Voilà notre synopsis. Je tiens à préciser que je n’ai validé aucun de ces choix. Hum.

17h45 – On passe à l’étape supérieure dans la salle des costumes et accessoires (il y a assez peu de costumes mais beaucoup d’accessoires et de cartons/papiers/stylos pour se fabriquer ses petits effets spéciaux cheap, c’est assez rigolo). On définit les rôles de chacun – puisque tout le monde doit apparaître au moins une fois à l’écran même les plus timides : c’est la règle, on s’habille et on découpe le film en scènes selon les décors que l’on choisit. Dernière phase un peu « tranquille » avant le branlebas de combat.

18h30 – Le tournage commence. On dispose d’une heure pour le faire et attention : il n’y a pas d’étape de montage. On fait donc un film en « tourné-monté », pas de bidouillages de son ou de « Euh non, celle-là on la coupe ». Finalement Kéké King s’est retrouvé plus ou moins dégagé de ses fonctions et d’autres, à bout de nerfs, ont pris la relève de la réalisation. Ouf. Finalement, les scènes ont été jouées dans l’ordre prévu, on avait largement le temps de tout faire même en ayant refait certaines prises mille fois, comme des pros (ou des bleus, c’est selon).

19h30 – Le dernier plan est fait : l’équipe pose en mode « cheeeeeeese » avec le panneau « FIN », genre best-friends.

19h35 – Notre « guide » nous entraîne dans une petite salle de projection et là, horreur suprême : nous pouvons regarder notre film terminé ! Autant vous dire que c’était absolument la meilleure partie, que la nana mauvais-public au fond de moi s’est trouvée méchamment écrabouillée et j’ai ri, ri, RI devant cette grosse daube, le nanard du siècle, c’était tellement bon. J’en ai encore des crampes abdominales, tiens. Donc juste pour ça, je vous recommande l’expérience à fond. Même si vous avez un sens de l’autodérision quasi nul, vous en sortirez guéris. Dernier conseil de madmoiZelle : traînez-y votre meilleure amie et faites-lui jouer le rôle principal. Vous aurez un dossier sur elle à vie. Oui, si vous êtes perspicaces, ma meilleure amie était « La Mariée Sanglante », ça vaut son pesant de cacahuètes.

19h45 – Enfin, dans la salle d’à côté, une pile de magazines et des ciseaux vous attendent pour faire la jaquette de votre DVD (mâââgnifique), et ensuite repartir avec votre chef d’œuvre de série Z sous le bras.

Conclusion : Vous pouvez y rencontrer des gens bien (et Michel Gondry), vous passez un super moment et tout ça pour pas un sou (même le DVD est gratuit). Mais ne vous attendez pas à faire un chef d’œuvre (déjà en 3h, bon…), même entouré de passionnés et de connaisseurs parce qu’il y aura TOUJOURS un blaireau avec écrit « nombril-du-monde » sur le front. Mais au moins vous rigolerez.

L’Usine de films amateurs de Michel Gondry – du 16 février au 7 mars (11h-21h tous les jours).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Anne.Lucie
    Anne.Lucie, Le 3 avril 2011 à 20h41

    Noriash;2135866
    Ya pas moyen de voir la vidéo que vous avez faite (a) ?
    Hé non, pas moyen pour plein de raisons.
    1) Une seule personne pouvait prendre le dvd pour en faire des copies, l'envoyer aux autres en la mettant sur internet, etc. et il ne l'a pas fait, résultat : je n'ai pas le film.
    2) Il m'aurait fallu l'accord de tout le monde pour publier la vidéo sur le site, et je n'ai les adresses de personne (et de toutes façons, ma meilleure amie me tuerait).

    Mais, si tu vas sur Youtube et que tu tapes "centre pompidou usine de films gondry", il se peut que tu trouves les films d'autres groupes... ;) haha !

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)