Faut-il voir Us, le nouveau film d’horreur du réal de Get Out ?

Après le carton de son premier film Get Out en 2017, Jordan Peele revient derrière la caméra pour signer l'abominable Us, un film très abouti qui promet des frissons au monde entier.

Faut-il voir Us, le nouveau film d’horreur du réal de Get Out ?

En partenariat avec Universal Pictures International France (notre Manifeste)

OUI, OUI, OUI, OUI, OUI, mille fois oui. Voilà, j’ai répondu à ma propre question.

Jordan Peele, le nouveau maître de l’effroi

En 2017 déjà, Jordan Peele est parvenu à accomplir un exploit : faire frémir le monde entier devant une petite cuillère qui tournait, non sans bruit, dans une tasse de thé.

Avec quelques mécanismes d’apparence simples mais très malins et bien casés dans son intrigue, le réalisateur gagnait sa place au Panthéon des génies de la peur pour Get Out.

Non content de manier l’effroi avec quasi-poésie, le créateur de désormais 40 ans s’appliquait déjà en 2017 à donner une belle dimension sociale à son œuvre, la rendant carrément engagée.

Lancé sur une voix prometteuse après seulement un long-métrage, Jordan Peele réitère ce qui a fait son succès immédiat : le mélange effroi/société…

Us, de quoi ça parle ?

Us, c’est l’histoire d’une famille américaine qui compte bien passer de super vacances dans sa résidence secondaire non loin de la mer.

Une fois arrivés sous un soleil de feu, les 4 membres du clan se détendent un peu avant d’aller à la plage rejoindre un couple d’amis et leurs enfants (insupportables).

Si tout, a priori, se déroule bien, cette journée apaisante vire tout doucement au cauchemar, au fur et à mesure que la nuit pointe le bout de son ombre.

La pénombre, c’est l’instant que choisissent des invités imprévus pour débarquer dans le jardin de notre petite famille.

Et ces invités, ce sont eux. Ils se ressemblent en tous points, pensent de la même manière, mais sont guidés par de sombres desseins…

Je ne peux pas t’en dire plus si ce n’est que les vacances virent rapidement à la folie meurtrière.

Us est porté par des acteurs DE DINGUE

Si le synopsis et surtout le nom du réalisateur avaient suffi à me donner envie de foncer en salle, l’annonce du casting avait achevé de me convaincre.

Et encore, c’était avant de voir la performance des acteurs à l’écran !

Car bordel, ILS SONT SI FORTS que j’aurais pu rester vissée à mon siège toute une vie sans jamais me lasser d’eux. 

Ce sont Lupita Nyong’o, Winston Duke, Elisabeth Moss, Shahadi Wright Joseph et Evan Alex qui portent Us avec maîtrise, et brio.

Je tiens à souligner que chaque acteur joue à la fois son rôle et son propre dopplegänger.  Et autant te dire que leurs doubles ont tout de démoniaque, à commencer par leur attitude…

Ils ont chacun un sourire vissé au visage qui déconcerte autant qu’il fait froid dans le dos.

Si le frisson est bien là, c’est en grande partie grâce aux acteurs qui livrent une performance bluffante.

Us, un film… drôle !

Souviens-toi, Get Out était déjà parsemé de punchlines qui donnaient au film une dimension humoristique vraiment bien sentie.

C’est cette alliance de peur à l’état pur et d’humour qui faisait du premier film de Jordan Peele un produit complexe et abouti.

Us n’échappe pas à cette formule détonante.

Dès le départ, l’humour est diffusé par petites touches, ce qui m’a permis de rentrer en empathie avec les personnages, surtout celui du père qui a la vanne facile.

Je me suis très vite attachée à cette petite famille.

Ensuite vient l’horreur, puis de nouveau quelques notes d’humour qui donnent une vraie saveur à l’ensemble du film.

Même dans les instants de peur intense, un regard, une musique ou une simple réplique peuvent venir détendre l’atmosphère et te rappeler que tu es quand même dans une salle de cinéma pour kiffer. 

Toutes les émotions humaines sont donc étudiées dans Us, de la peur à la tristesse en passant par l’hilarité et la méfiance.

Un beau panel qui ne donne qu’une seule envie : voir le film en boucle jusqu’à en maîtriser toutes les subtilités.

Us, un miroir social

Us tire sa force de son idée.

Et son idée justement, c’est le « toi maléfique ». Celui qui est comme toi, mais en abominable, et qui nourrit les pires desseins te concernant.

C’est toi qui te veux du mal, en fait.

Tu peux interpréter la figure du doppelgänger comme tu le souhaites, mais une proposition est faite par le réalisateur au sein de son propre film.

Je ne peux pas t’en dire plus, douce lectrice, je risquerais de te spoiler un des grands arcs narratifs du film, mais sache simplement qu’Us reflète les tares de l’humain.

Celles dont on a honte, celles que l’on cache.

Us est le miroir affreux de notre société.

Comment ? Dans quelle mesure ?

À toi de découvrir ta propre réponse, le 20 mars au cinéma !

À lire aussi : Le plan de YouTube contre les trolls anti-Captain Marvel

Commentaires
  • Marylle
    Marylle, Le 15 mars 2019 à 10h00

    Sans doute un des films les plus attendus de l'année pour ma part !
    Jordan Peele est un véritable génie, rien qu'en ayant vu Get Out.

    Je conseille à tous de regarder des vidéos explicatives sur Youtube, on voit que le réalisateur est vraiment allé loin dans les détails, alors qu'on pourrait penser que certains dialogues sont innocents.
    Il y a aussi des vidéos explicatives pour la bande-annonce de Us, qui donnent vraiment des théories intéressantes, mais je déconseille à ceux qui veulent garder entièrement le suspense.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!