Une chorale : l’histoire ma maîtrise !

Louise, notre stagiaire de terminale, est dans une chorale depuis ses dix ans. Loin des idées reçues sur cette pratique, elle vous raconte sa passion !

Une chorale : l’histoire ma maîtrise !

Article initialement publié le 22 juillet 2015

Pompeusement appelée « maîtrise » dans la plupart des cas (ou jeune chœur dans le mien – ce qui n’est pas tellement mieux), la chorale désigne en réalité un ensemble vocal avec des choristes qui chantent différentes voix sous la direction d’un chef de chœur (ton prof quoi). Une chorale rime tout de suite dans la tête des gens avec une image particulière.

les choristes

 Du genre des garçons de 12 ans dans un internat de rééducation pour mineurs en 1949.

La chorale est en général associée à tes souvenirs de collège, ta grand-mère ou une messe du dimanche matin. Pourtant, une chorale, c’est cool. Promis !

À lire aussi : La chorale du collège, entre grâce, volupté et fausses notes : instant nostalgie

Une chorale : ma passion depuis des années

Quand j’avais dix ans, ma mère m’a inscrite au conservatoire. À la base je voulais faire de la guitare, mais à l’issue de la première année de solfège obligatoire, j’ai vu qu’il y avait des auditions pour intégrer une chorale… Et c’est finalement ce cours-là que j’ai choisi ! Cela fait maintenant près de sept ans, et j’adore ça. Il y a une maîtrise pour les 11-14 ans qui pratiquent trois heures par semaine, puis un jeune chœur à partir de 15 ans (dans lequel je suis maintenant) où l’on se retrouve deux heures par semaine.

Nous sommes donc une trentaine de choristes séparés en deux tranches d’âges, et nous donnons deux concerts par an, que ce soit tous seuls dans l’auditorium du conservatoire ou à l’extérieur, en collaboration avec d’autres classes de chant ou parfois des artistes. Ma prof nous fait d’ailleurs travailler avec l’orchestre de Paris l’année prochaine : big up !

Une des questions qui revient régulièrement concerne ce que l’on chante dans une chorale. Pour les chœurs de jeunes dans les conservatoires, c’est vrai qu’il y a peu de liberté concernant les choix de chants. Moi ça ne me dérange pas plus que ça ; comme on est très nombreux avec des âges très variés, j’aurais peur de me retrouver avec une partition de Maître Gims… Mais les clichés sont tenaces : non, on ne chante pas QUE des messes, même si ça fait partie de notre répertoire !

sister act

Je t’assure que tu n’es pas obligé•e de rentrer dans les ordres pour participer à une chorale.

À lire aussi : LinksTheSun décortique Maître Gims et son titre « Est-ce que tu m’aimes »

Dans une chorale, nous chantons aussi de la musique classique en général, mais aussi du blues, du jazz, de la variété, du gospel… En fait on sélectionne les chants principalement sur l’aspect technique : peu importe leur ancienneté ou le genre, si c’est joli à entendre on prend. Ce n’est pas plus compliqué que ça ! C’est l’une des nombreuses choses que j’aime dans la chorale : ça t’ouvre à plein de genres musicaux que tu n’aurais jamais pensé aimer un jour, surtout quand tu as 13 ans (ou 25), et que tu ne penses qu’à te trémousser sur Katy Perry. Et il n’y a pas besoin de connaitre le répertoire ou de déjà savoir chanter pour intégrer une chorale !

Une chorale : une pratique très accessible et adaptée à tou•te•s

L’image élitiste souvent associée à la chorale est complètement fausse : que tu sois débutant•e (genre ta petite cousine qui s’est prise pour Violetta) ou niveau Céline Dion +2, tu peux toujours trouver un chœur qui t’acceptera comme membre et t’initiera (ou pas) au chant.

glee

Après tout, on a tou•te•s commencé comme ça !

Il faut parfois passer une petite audition, mais ne t’inquiète pas : si je l’ai réussie à 10 ans avec une voix de casserole, tu peux le faire aussi. Cette étape peut impressionner mais elle ne doit surtout pas être un obstacle à ta motivation : les profs de chant qui recrutent pour une chorale n’attendent pas de toi une voix d’opéra. Connaître le solfège et les notes n’est nullement indispensable, parole d’une fille qui n’a jamais dépassé la note de 8/20 pendant ses quatre années de solfège !

De plus, le chant choral peut venir à bout de ta timidité, peu importe le degré de confiance en soi que tu as à l’origine. Tout le monde n’ose pas forcément s’exposer au regard des autres en chantant solo sur scène. Pour ma part, j’étais incapable de chanter plus de trois lignes toute seule avant cette année…

Aucun problème ! Trouve une ou deux personnes qui chantent fort et acceptent d’être au premier rang (le premier rang : pire cauchemar de ton adolescence) et place-toi derrière elles l’air de rien. C’est bon, tu es caché•e ! Ne me remercie pas, cette technique te sauvera lors des premières séances quand tu ne comprends rien au charabia que la prof prononce (comment ça tu ne connais pas les zygomatiques ?). Cela te laissera le temps de peaufiner ta technique vocale pour ensuite prendre le relais au premier rang (et confiance en toi).

pitch perfect lesson rebel wilson

Mais si tu aimes aussi te la jouer solo ou que tu veux vivre un instant Beyoncé, c’est tout autant possible ! Au bout d’un certain nombre d’années de chant dans une chorale, nous sommes nombreu•x•ses à vouloir entendre un peu notre voix seule. On peut en parler à son prof pour qu’il nous donne quelques minutes ou heures (selon la force de persuasion) à chanter tout•e seul•e.

Une chorale : des performances collectives

L’avantage majeur d’une chorale, c’est les autres. Vocalement parlant, ça te permet de prendre conscience des voix qui t’entourent pour accorder la tienne. En gros, si tu chantes faux, tu le sais tout de suite. J’en profite d’ailleurs pour déconstruire un mythe : si tu chantes faux ce n’est pas irrémédiable, quelques cours et ce ne sera qu’un lointain souvenir !

J’ai rencontré mes meilleur•e•s ami•e•s à la chorale : chanter à plusieurs permet de faire de belles rencontres, et de partager le stress des concerts avec les trente personnes qui t’entourent. À la fin, tu as des millions d’anecdotes de la part de tout le monde (palme d’or du moment de solitude à celui qui chante au mauvais moment… et donc tout seul), et surtout le sentiment d’avoir réalisé quelque chose à plusieurs. Parce que toute une chorale qui chante, ça a franchement de la gueule !

pitch perfect bellas victory

À la fin on est un peu comme ça.

Et là je ne te parle même pas de tous les bienfaits physiques et psychologiques du chant : ça muscle (promis juré), tu travailles ta respiration et ta posture, ça te défoule comme quand tu hurles, c’est un vrai sport. Tu l’auras compris, je ne m’arrête jamais de crier mon amour du chant et de la chorale. C’est devenu une véritable passion, et même si je n’envisage pas d’en faire ma profession, je ne compte pas arrêter tout de suite.

Alors si toi aussi tu aimes bramer en troupeau, je ne peux que t’encourager à rejoindre un chœur : ses membres t’accueilleront les bras ouverts. En 2007 le Ministère de la Culture en recensait 10 000 en France, il y en a forcément un près de chez toi !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Le_lA
    Le_lA, Le 25 juillet 2015 à 22h44

    ça manque pas de mec pourtant dans les chorales ?

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)