Anatomie d’une sortie à Ikea

La sortie à Ikea, c'est toujours un grand moment. Amélie est là pour te guider à travers cette jungle de fibre de bois et de noms qui font riper ta langue.

Anatomie d’une sortie à Ikea

Il n’y a jamais de mauvais moment pour mettre un pied chez Ikea (ou deux, c’est mieux). Tu n’y penses sans doute pas, mais ce doux magasin peut être un splendide lieu de divertissement, de détente et même de réflexion sur soi-même.

Enfile une paire de boots, va chercher ton caddie et suis le guide, on part à l’aventure.

Ikea : l’immersion

Que tu y sois allée la semaine dernière ou il y a trois ans, c’est toujours la même sensation quand tu pousses la porte bleue et jaune (enfin, souvent elle tourne toute seule, rapport à la technologie de notre époque moderne). Tu te sens envahie par un sentiment semblable à celui juste avant d’allumer ta console pour une partie de Sims, ou quand tu viens de terminer la préparation d’une belle pâte à crêpe : l’expectative méliorative. En d’autres mots, ça va être la fête du slip, allez tous vous cacher.

La première sensation agréable chez Ikea survient directement en plein dans ta face : ça sent bon. Il y a une odeur typique. Rien à voir avec l’effluve de musc façon mâle en rut qui flotte autour des boutiques Abercrombie), ou avec les notes de bonbons entêtantes de chez Lush. Non. Ça sent un peu comme si tu avais aéré ton appartement pendant trois heures, puis que tu l’avais totalement rincé au Monsieur Propre fraîcheur des montagnes.

Ikea, le seul magasin où tu peux te rouler par terre et ressortir immaculée.

En fait, Ikea semble toujours propre, sans jamais un pet de poussière par terre, ni un truc qui dépasse. Il faut parfois un peu de temps pour s’y habituer, mais généralement l’immersion se passe en douceur.

Le début des ennuis : le dédale

Si tu penses qu’une petite balade à Ikea est une promenade de santé, tu es bien loin du compte.

Même si Ikea est un endroit où il fait bon vivre, ne va pas t’imaginer que ton parcours sera dénué d’embûches. As-tu déjà vu un Disney dans lequel les personnages ne se prenaient pas un ou deux petits ennuis dans la tronche ? Non ? Eh ben là c’est pareil.

Une fois la surprise de l’entrée passée, tu vas devoir gagner le coeur du magasin. Pour cette étape, je te conseille de t’agripper au bras de ta voisine si tu n’as pas le sens de l’orientation de Davy Crockett. C’est pire que l’épreuve de la boussole de Koh Lanta.

Ce qu’il faut savoir, quand tu prévois de te rendre à Ikea, c’est que tu as 98,9% de chances d’y rester plus de six heures. Je te conseille donc de poser une ou deux RTT histoire d’être tranquille. Certes, le magasin regorge de trésors très intéressants, mais surtout…

Ikea, c’est un putain de labyrinthe géant.

C’est prouvé : il paraît que l’architecture et surtout le sens de visite du magasin sont conçus pour que tes repères soient brouillés. Chez Ikea il faut suivre un chemin qui te fait passer devant chaque produit, chaque pièce de la maison (même si y a toujours un petit malin qui gagne du temps en coupant à travers les cuisines-témoins).

Du coup, si tu as absolument besoin d’un serre-livres, tu vas te retrouver avec un dessous-de-plat et une tringle à rideau : YOLO. Le truc, c’est que tu as tellement peur de ne pas retrouver ce produit si cool que tu le jettes sauvagement dans ton sac jaune dès que tu le croises.

Peut-être que tout s’explique, enfin.  

Après l’effort, le réconfort

Normalement tu dois être à la moitié de ton périple. Tu as passé environ trente minutes dans chaque reproduction grandeur nature d’appartement. Tu t’es bien rendue compte que chez toi, c’était très moche. Tu as bien noté chaque prix sur un bout de feuille avec un mini-crayon à papier en bois. Maintenant il est temps de faire une pause.

Pour ça tu as plusieurs solutions :

  • Tu es une adepte de la sieste : tu peux utiliser les dizaines de modèles de lits exposés. Ne pousse peut-être pas le vice à te glisser sous la couverture : aie simplement l’air de rejouer la scène de 500 jours ensemble — avec un peu moins de niaiserie, par pitié.

  • Tu as tellement faim que ton estomac est sur le point de s’auto-digérer. Dans ce cas, Ikea t’offre trois possibilités plutôt goûteuses : la boutique suédoise, le bistro ou le restaurant.

Franchement, le restaurant Ikea est sans doute un des meilleurs endroits de la planète. C’est un self, donc c’est ludique. Tu peux prendre autant de choses que tu veux (donc autant de choses qui resteront sur ton plateau à moitié suçotées, si tu n’es pas raisonnable). En plus, c’est très bon et pas cher.

Si tu aimes le poisson, tant mieux : chez Ikea tu peux manger du saumon en entrée, en plat, en accompagnement sous toutes ses formes possibles et imaginables. Au bistrot ils vendent des hot-dogs à 50 centimes, avec une moutarde subtilement sucrée qui surpasse n’importe quel produit Ferrero dans mon coeur.

Salut toi.

En plus, la tarte au caca (c’est une bonne blague) (non) (ok c’est nul) la tarte au caramel et au chocolat est d’une douceur incomparable. Et puis on peut acheter des Daim.

Un lieu où tout est possible…

… même passer plusieurs heures à se rouler dans des sphères en plastiques qui sentent les pieds.

Ok, c’est pour les enfants. Mais si on a même plus de droit de rigoler en coloriant des images de Mufasa entre deux bains de boules, je ne sais plus si la vie vaut la peine d’être vécue.

Le sous-sol, entre havre de paix et champs de bataille

S’il y a un endroit populaire chez Ikea c’est bien son sous-sol. C’est là que tu trouves tous les petits accessoires en libre-service. C’est aussi là qu’il y a le plus de monde.

Il est donc difficile d’avoir accès à un Caddie. Point racontage de vie : quand j’étais petite, je me suis coincé la jambe dans un de ces engins. Ma mère a mis plusieurs minutes à m’en extirper pendant que je hurlais en pensant à la douleur que je ressentirais quand un bonhomme de la sécurité viendrait m’amputer la cuisse. Du coup, je n’en prends JAMAIS.

Il est compliqué de se frayer un chemin entre toutes ces petites choses très jolies qui fourmillent un peu partout : c’est pire qu’une foutue caverne d’Ali Baba. Et comme c’est pas cher, tu entasses bougies, accessoires de cuisine et cache-pots sans te soucier du ticket de caisse. C’est ça le vrai shopping madame.

Si tu as réussi à sortir vivante de cette partie d’Ikea, il te reste encore le pire à faire…

Alors que tu te croyais dans un magasin aux rayons sympathiques, te voilà plongée dans un décor de film d’horreur. Entre les longues rangées de cartons qui se succèdent, tu as tout à coup peur qu’un fou furieux ne vienne s’emparer de ton âme, d’un de tes membres, ou PIRE ENCORE, de tes précieux achats.

« Allée C place 45, un vendeur peut vous aider »

Bref, si tu as réussi à aller au bout de ton périple, il te reste encore à braver la caisse. Je te préviens, tu risques de devoir t’arracher un bras pour payer. En même temps, 64 produits c’était peut-être pas raisonnable, hein…

Tu sors de là exténuée, fauchée et à la nuit tombée, mais il faut avouer qu’il y a pire comme façon de passer sa journée. Ils sont forts ces Suédois.

Entre nous, il parait que même Cy. craque un peu quand elle pousse les portes d’Ikea.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 27 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lithiium
    Lithiium, Le 24 janvier 2014 à 2h52

    Ikea + 100 chats = <3
    http://www.affairesdegars.com/page/article/4156049997/ikea-libere-100-chats-dans-un-de-ses-magasins-voyez-le-resultat.html

Lire l'intégralité des 27 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)