« Invisibilisées », le Tumblr qui remet en avant les femmes oubliées par l’Histoire

Le collectif Georgette Sand veut redonner de la visibilité aux femmes oubliées par la mémoire collective : il lance donc un Tumblr fort chouette qui rappelle les noms de ces femmes d'exception.

« Invisibilisées », le Tumblr qui remet en avant les femmes oubliées par l’Histoire

Ce n’est plus un secret : les femmes célèbres sont peu présentes dans les manuels scolaires, et l’Histoire n’a pas ou pas voulu retenir leurs noms. Pour souligner ce manque de représentation, et, à son niveau, y remédier, le collectif féministe Georgette Sand a lancé un Tumblr baptisé Invisibilisées, qui remet en avant ces femmes de pouvoir et/ou ayant accompli de grandes choses.

Le collectif nourri régulièrement le site avec de nouvelles images de ces femmes, accompagnées d’une biographie qui rappelle ce qu’elles ont accompli. Un bon moyen de découvrir des figures féminines que tu ne connais pas forcément et dont on ne parle pas toujours dans les médias : l’écrivaine et médecin égyptienne Nawal Al Saadawi, engagée contre les mutilations génitales féminines ; Maryam Mirzakhani, la mathématicienne iranienne, première femme à recevoir la médaille Fields, Mae Carol, première femme afro-américaine à avoir effectué une mission spatiale pour la NASA, la docteure anglaise de physique-chimie Rosalind Franklin, qui a découvert la première cartographie de l’ADN par rayons X…

À lire aussi : Geneviève De Gaulle et Germaine Tillon entrent (enfin) au Panthéon

L’action de Georgette Sand se base sur des études effectuées par le Centre Hubertine Auclert, qui lutte contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et le genre. Ce dernier relevait :

 « À en croire nos manuels scolaires aujourd’hui : une société dans laquelle plus de 90% des citoyens et des citoyennes seraient des hommes. Une société dans laquelle les grandes découvertes, l’art, la philosophie, les mathématiques seraient des domaines réservés aux garçons. Une société dans laquelle nous apprendrions que des métiers sont dédiés aux femmes et d’autres aux hommes, ou que les femmes sont avant tout des « femmes de… » avant d’être des individus à part entière. […] »

En 2012, le centre avait par exemple constaté en étudiant la place des personnages féminins (célèbres et fictifs) dans les livres scolaires de mathématiques de terminale :

« Quel que soit le manuel étudié au sein du corpus, les personnages masculins restent toujours les plus nombreux : sur les 3348 personnages sexués comptabilisés, on trouve 2676 hommes pour 672 femmes, soit 1 femme pour 5 hommes. »

L’étude menée en 2013 sur les manuels de français n’était guère plus encourageante :

« Les femmes auteures (3,7%) et artistes (6,7%) sont très peu citées par rapport à leurs homologues masculins (96,3% et 93,3%). Le plus frappant est le très faible nombre d’occurrences de femmes philosophes (0,7%) »

Bref, l’initiative de Georgette Sand est plus que nécessaire : on n’a jamais fini de rappeler l’importance de mettre en avant les roles-models féminins !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • EleanorRigby
    EleanorRigby, Le 22 juin 2015 à 20h27

    soso2075
    Oui c'est ça ce que je veux dire. C'est seulement à partir des années 1960 que les droits des femmes ont vraiment émergé. C'est tout récent... par contre, ces dernières années, je suis sûre qu'il y a de plus en plus de femmes qui font de grandes découvertes, ce qui normalement devrait leur donner plus de chances d'apparaître dans les livres d'Histoire... mais non en fait. Ça c'est moins normal par contre
    Le problème c'est que la plupart des découvertes / recherches citées dans les livres scolaires sont très anciennes puisque les jeunes élèves doivent tout apprendre depuis le début. Tandis que les découvertes plus récentes tout comme les événements historiques récents, vont apparaître dans les livres scolaires des futures générations lorsque les petits apprendront les grande découvertes du XXe siècle. C'est déjà en train de changer, puisqu'il a de plus en plus de femmes reconnues pour leur travail, même a postériori et c'est très encourageant. Mais c'est un processus qui est très lent malheureusement. Mais bien évidement je te rejoins sur le fait qu'il y a quand même aujourd'hui beaucoup trop de femme non reconnues pour leurs contributions à l'avancé des sciences et des lettres et qu'il faut bien sûr continuer à se battre en ce sens :)

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)