Ces trucs qu’il est mal vu de faire en public

Dans la vie, on peut pas faire tout ce qu'on veut : voici quatre choses qu'il est mal vu de faire en public, alors que tout le monde les fait.

Ces trucs qu’il est mal vu de faire en public

Dans la vie, on a vite fait d’être considérés comme « dégueulasse », bien qu’on soit pourtant tout à fait conformes à toutes les normes d’hygiène. Il suffit d’un tout petit geste considéré comme impudique pour qu’on soit vus comme impolis, un peu marginaux, ou que sais-je encore.

Et pourtant, ces tout petits gestes ne sont pas interdits par la loi. Tiens, petit aparté, le sachiez-tu ? Le Malawi a pensé à interdire le pet en public en 2011. Mais le pet, à la limite, c’est gênant pour les autres. Les actes dont je m’apprête à te parler ne sont pas vraiment handicapants pour les gens qui t’entourent.

En plus, on a légalement le droit de les faire. C’est plus dans les moeurs que ça pose un problème. La société, j’te jure, parfois, c’est comme une ceinture trop serrée sur le ventre ballonné de la vie.

Manger la bouche ouverte

Depuis que je suis petite, on m’a toujours dit qu’il valait mieux ne pas manger la bouche ouverte, que ça ne se faisait pas. J’ai jamais trop compris pourquoi, mais je m’y tiens, même si je vois pas ce qui nous pousse à ne pas montrer l’intérieur de notre bouche alors qu’on montre nos aisselles. L’un comme l’autre ne me gêne pas, qu’on soit bien d’accord, c’est juste que pour moi c’est du pareil au même, au détail près que les aisselles n’ont pas de dents. Sinon il faut consulter.

Je vois pas pourquoi on devrait forcément manger la bouche fermée. Éviter de parler la bouche pleine, c’est logique, ça peut être dangereux et un accident de noyau de cerise dans l’oeil est vite arrivé (la légende dit que c’est d’un tel incident que vient la cicatrice au sourcil de Pascal Obispo). Après tout, on voit l’aliment quand il est dans l’assiette, pourquoi ça poserait un problème de le voir en train d’être mâché ?

Et si je veux m’en mettre partout, j’ai le droit aussi.

Pour moi, c’est devenu de l’ordre du réflexe, de manger la bouche fermée et d’avoir un mouvement de recul quand quelqu’un a envie de faire savoir que sa blanquette est bonne sans utiliser de mots. En fait, je nous trouve beaucoup trop tatillons. Et dans un geste de rébellion envers la sacro-sainte politesse, je propose qu’on augmente au fur et à mesure la taille de nos bouchées, pour n’être plus capable de fermer l’appareil buccal pour mastiquer.

Booya. Qu’est-c’tu vas faire ?

Se moucher

Si toi aussi, tu vis dans la partie Nord et pluvieuse du monde, tu as peut-être souvent le nez qui coule. Un phénomène récurrent contre lequel on ne peut malheureusement rien. Perso, c’est un peu ma croix ma bannière, cette histoire : je bâille ? Je dois me moucher. Je sue ? Je dois me moucher. Il y a du vent ? Je dois me moucher. Je pense à un truc piquant ? Un écart de température ? Pareil. Je m’épile les sourcils ? À ton avis. Je suis surprise par un rayon de soleil ? Same old shit.

Je suis tellement habituée que ça pourrait ne me gêner en rien de souffler dans un mouchoir dans la rue ou dans le métro. Le truc, c’est qu’il y a le reste du monde, et qu’il y a toujours quelqu’un pour te regarder d’un air désobligeant quand tu plonges tête la première dans ton Kleenex. Pourquoi être gêné qu’on puisse vouloir extraire ce qui nous importune de notre nez ? Je sais que le bruit n’a rien d’agréable, mais nous faisons de notre mieux et j’aimerais que cet effort soit reconnu. Je veux dire, ça pourrait être pire : on pourrait se moucher dans le col de chemise de l’usager du métro qui nous tourne le dos.

Idée de geste pour protéger la planète.

J’aimerais surtout qu’on prenne une petite seconde pour louer l’effort de se moucher plutôt que d’aspirer les muqueuses dans sa gorge. Tout de même.

Mais ne nous plaignons de rien : c’est toujours moins pire qu’au Japon, où les gens ne se contentent pas de trouver ça désagréable à la vue et à l’oreille. Là-bas, il est extrêmement mal vu de faire ça en public. Du moins c’est ce qu’en dit l’Internet et les gens qui ont pu aller là-bas. Mon nez et moi n’avons pas pu vérifier de nous-mêmes.

Se gratter les cheveux

Amie au cuir chevelu sec, je connais ta peine : moi aussi, je me gratte tout le temps le crâne. C’est pas bien grave, en soi. Au choix, je préfère ça à avoir le nez qui coule tout le tem – oh. Oh, zut.

Le problème, c’est que chaque fois que je suis en public et que je m’adonne à la friction capillaire, je sens des regards désapprobateurs se poser sur moi. Des regards plus que désapprobateurs : des regards inquiets. Des regards plus qu’inquiets : des regards paniqués.

Ce sont ceux des parents en présence de leur progéniture. Eux sont persuadés que j’ai non seulement des poux, mais que je vais également coller mon crâne à celui de leur enfant pour qu’il les attrape également.

Ils me regardent alors avec tellement d’angoisse et de « pourquoi tu me fais ça ? » que ça me donne l’impression d’être un marchand de glaces qui fait sonner son camion dix minutes avant le dîner. Comme si cette démangeaison constante et le fait d’avoir le cheveu facilement gras à force de le toucher ne suffisait pas à me rendre irritable, franchement.

Faire du bruit en buvant

Extrait de Libre et AssoupiNote : cela ne se fait pas. De boire de la bière à la paille. Ce serait comme manger du bacon en épongeant le gras.

Quand on était petites, qu’on commandait un jus de fruits dans un café et qu’il nous arrivait avec une paille, on se faisait probablement toutes gentiment reprendre si on avait la mauvaise idée de continuer à aspirer même quand il n’y avait presque plus de liquide dans le verre. Soit. Je peux comprendre que le bruit indispose.

Mais j’en fais désormais fi. Parce que quand je prends un cocktail dans un bar et que je le paye 8€, j’ai envie de le savourer de la première à la dernière goutte (que j’estime à 10 centimes). Il n’y a presque plus de liquide dans le verre ? Ça veut dire qu’il y en a encore. Et je le finirai coûte que coûte, goutte par goutte, en aspirant sans m’arrêter jusqu’à ce que mes poumons brûlent et que le verre devienne aride.

Et toi, quels sont tes comportements qui dégoûtent les autres ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MésangeBleue
    MésangeBleue, Le 27 août 2014 à 4h15

    J'ai une sinusite chronique et je dois me moucher toute l'année (je rêve du jour où je pourrais ne pas avoir de mouchoirs à caser dans mes ceintures (merci vêtements sans poches:scream:!), manches, poches (super les bourrelets dans le jean:annoyed:!), sacs (interminables secondes à farfouiller dans mon bazar pour retrouver mon paquet de mouchoirs:goth:), mais surtout -attention minute peu ragoutante- j'ai très souvent du "rhume" qui coule dans la gorge alors je dois cracher et ça j'ai vraiment honte:fear:, ça fait encore plus de bruit que de se moucher et surtout c'est encore plus mal vu.

    Sinon moi ce que je supporte pas c'est les gens qui reniflent, mon copain le fait et je passe mon temps à lui dire "mais mouche-toi bordel!" et lui n'en voit pas l'utilité:slap:!

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)