4 trucs que j’aurais jamais imaginé pouvoir faire, le retour

Par  |  | 3 Commentaires

Sophie essaie de voir le bon côté des choses. Elle revient sur quatre actions qu'elle n'aurait jamais pensé pouvoir réaliser un jour car il n'y a pas de petite victoire !

4 trucs que j’aurais jamais imaginé pouvoir faire, le retour

Je suis pas tellement de nature pessimiste, pourtant il m’est arrivé, à maintes reprises, de me penser incapable de faire des trucs précis. Je sais pas si c’est par manque de confiance en moi, pas pures pensées limitantes ou peut-être par flemme, mais les faits sont là.

À lire aussi : Quatre trucs que j’aurais jamais imaginé pouvoir faire – La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Comme je vous le disais il y a un peu plus d’un an, faire des bilans positifs, ça aide à se sentir mieux et à prendre confiance encore un petit coup en soi.

Faire des bilans positifs aide à se sentir mieux.

Des bilans POSITIFS, ouais, je trouve ça hyper important. D’ailleurs, maintenant, quand je dois prendre une décision, je pèse pas le pour et le contre : je liste uniquement ce qu’il y a de bien pour toutes les possibilités. Je trouve ça plus agréable et de manière surprenante, plus facile.

Alors comme je me suis réveillée un peu en colère avec moi-même, j’me dis qu’une deuxième session de ces trucs que j’aurais jamais imaginé pouvoir faire ne peut faire de mal à personne.

À lire aussi : 4 astuces pour mieux prendre des décisions et faire des choix sereinement

J’ai réussi à peindre mon appart

Je viens d’emménager dans un appartement sur lequel j’ai craqué le jour de la visite.

Il n’est pas particulièrement beau… Mais moi et mon besoin constant d’être en extérieur, on a craqué notre slip en voyant qu’il y avait un BALCON au septième et DERNIER ÉTAGE.

Le problème, c’est que les murs étaient défraîchis, qu’il y avait quelques petits travaux à faire.

Il y a plein de trucs pour lesquels j’ai pas forcément besoin de quelqu’un pour m’épauler.

J’ai d’abord pensé attendre que des potes soient dispo, ou faire appel à un professionnel. Et puis en vrai, j’étais pressée, j’avais pas le budget, alors je me suis lancée.

J’ai acheté tout ce qu’il fallait, j’ai lancé un épisode de 2h de perdues (puis 2, puis 3, puis 7 en tout), j’ai regardé des tutos sur YouTube ainsi qu’écouté les conseils de mes parents et j’ai tout peint, sans broncher.

Bilan : c’est facile, ça m’a vidé la tête plus qu’aucune autre activité au monde. Maintenant quand je regarde mes murs pas parfaits mais mieux qu’avant, je peux me dire que ouais, y a plein de trucs qui nécessitent pas forcément que quelqu’un soit là pour m’épauler. Symboliquement, j’aime bien.

Ça c’est à la fin, quand j’en avais un peu marre.

J’ai réussi à couper les ponts avec des gens

Longtemps, je suis restée amie avec des gens qui ne me faisaient pas du bien.

J’arrivais pas à couper les ponts, parce que les quelques fois où ils étaient cool, ils étaient au top. Alors même si c’était une fois tous les huit ou neuf mois, je me disais que ça valait le coup et je restais dans la nostalgie des bons moments.

En vrai, non. Si des gens sont super une fois de temps en temps et nous rendent malheureux, sciemment ou pas, à quoi bon garder un lien avec eux ?

Si des gens nous rendent malheureux, à quoi bon garder un lien avec eux ?

Ça veut pas dire que ce sont des mauvaises personnes hein, ce sont juste des gens incompatibles avec nous. Et parfois, pour se préserver, c’est mieux de les sortir de nos vies pour ne plus rien attendre d’eux.

Ça me paraît logique maintenant, mais il m’a fallu le temps de le comprendre et de le faire. Ça a pas été facile, et ça le saura jamais, d’avoir une discussion bienveillante et polie pour couper les ponts. Mais je crois que c’est mieux pour tout le monde.

ARVOAR

À lire aussi : Comment (et pourquoi) ghoster quelqu’un ?

J’ai trouvé un logement sans garant

Je viens de trouver un appartement, donc. Un petit une pièce hyper lumineux et traversant que j’aime d’un amour profond, que je prends un plaisir fou à décorer.

Et pour la première fois de ma vie, j’ai réussi à l’obtenir sans garant. C’est un truc tout con, mais c’est un véritable miracle dans notre génération où les propriétaires abusent parfois complètement.

Il faut souvent gagner 4 fois le montant du loyer par mois, être en CDI, avoir des garants qui touchent eux-mêmes 4 fois le montant du loyer en étant en CDI, avoir un grain de beauté derrière l’oreille, savoir faire la roue, savoir faire la roue en chantant Les Lacs du Connemara, être allergique à l’ananas et être à moins de deux degrés de séparation de Calogero.

J’ai failli chialer quand j’ai su que j’avais l’appart alors que je n’avais pas encore envoyé le dossier de mes garants. D’un coup, je me suis sentie super indépendante et adulte.

Pas dégueulasse, comme sensation.

À lire aussi : Recherche de logement à louer : quelques conseils

J’ai appris à râler

Je sais pas pourquoi, mais je me suis longtemps écrasée. Quand j’estimais que les gens étaient en tort avec moi et qu’on se foutait de ma gueule, je souriais poliment et me disais qu’ils faisaient pas exprès, ou que j’avais sûrement mal compris.

Que ce soit des amis qui annulent des projets à la dernière minute, ou des trucs administratifs relous, je prenais sur moi.

C’était nul, parce que mauvais pour mon estime de moi, et parce qu’à force de tout prendre sur moi, je te raconte pas le carnage quand la goutte d’eau faisait déborder le vase. Je réagissais avec moins de recul et bien trop d’agacement pour être constructive.

Faire valoir mes droits, tout simplement, et faire comprendre que je suis pas contente quand on essaie, consciemment ou pas, de me la faire à l’envers, ça change tout et c’est possible.

J’ai arrêté d’avoir peur de passer pour la relou, parce qu’être honnête, c’est pas être chiant•e, et qu’on peut tout à fait râler pour faire comprendre qu’on n’est pas ravi•e en étant cordial•e.

Moi quand le livreur a déposé mon colis à 12km de chez moi sans avoir sonné et que je m’apprête à râler un petit coup.

Alors ouais, maintenant, je râle quand il faut. Je ressens un pic de culpabilité à chaque fois, mais sur le long terme, je sais que c’est mieux pour moi.

Et toi, c’est quoi tes nouvelles victoires sur l’incapacité ?

À lire aussi : Adieu, enfoirés de pics de colère — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l’humour un peu gras.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (3) Facebook ()
  • GingerBraid
    GingerBraid, Le 30 août 2017 à 12h02

    <3 <3
    Tes articles me redonnent toujours la pêche Sophie

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!