La transmission du VIH et les pratiques à risques : faisons le point

Le VIH peut se transmettre par plusieurs voies. Quelles sont les pratiques à risque ? Miss Lu vous fait un rappel en cette journée de lutte contre le SIDA.

La transmission du VIH et les pratiques à risques : faisons le point

Le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) se transmet par plusieurs voies : sexuelle, à la naissance et par le sang. Il peut conduire la personne qui le contracte à être victime du SIDA (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise).

Par les rapports sexuels

Toute pratique sexuelle non protégée est à risques

Les pratiques à risques sont d’abord sexuelles : qu’elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, le danger est présent si les rapports ne sont pas protégés par un préservatif masculin ou féminin.

En effet, le VIH est présent dans les sécrétions vaginales, le sperme et le liquide pré-éjaculatoire.

Toute pratique sexuelle non protégée est donc à risques si l’une des personnes est porteuse du virus. Le site d’AIDES, association de lutte contre le SIDA, fait le point sur les dangers, les protections et les questions fréquentes.

À lire aussi : Je suis en couple avec un séropositif — Témoignage et éclairage

Par le sang

Mais le VIH peut également se transmettre par le sang : c’est pourquoi il faut éviter d’utiliser les mêmes seringues que quelqu’un d’autre, faire attention lors des transfusions et également au matériel utilisé lors de tatouages.

Par la maternité

Enfin, le VIH peut être transmis de la mère à l’enfant lors de l’accouchement et de l’allaitement (parfois même lors de la grossesse).

Pour mettre au monde en sécurité, il faut que la mère se trouve sous traitement antirétroviral au moment de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement, et que celui-ci ait eu le temps de faire effet, c’est-à-dire que la charge virale soit devenue indétectable. Dans ce cas, le risque de transmission est inférieur à 1%.

À lire aussi : « Moi, le SIDA », la campagne d’Aides qui rend le VIH doublement viral

Il est donc tout à fait possible d’avoir une sexualité et une vie épanouies lorsque l’on est séropositi•f•ve, sous réserve de prendre quelques précautions. Vous aussi, luttez contre le SIDA en expliquant les modes de transmission et les pratiques à risque autour de vous !

lutte-sida-banner

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Miss Lu
    Miss Lu, Le 2 décembre 2015 à 14h59

    @Deidamie : la masturbation ne comporte aucun risque, comme le dit Aides (et je n'ai jamais contredit), car il s'agit par définition de se donner du plaisir à soi-même. On ne peut pas attraper le virus du VIH en se masturbant, puisqu'aucun-e partenaire sexuel-le n'est engagé-e. Je suppose que la question de caresser le sexe de son/sa partenaire peut être à risque si l'un-e a des sécrétions et l'autre une coupure sur la main, puisque sang + sécrétions = possibilité de transmettre le virus. Ce n'est qu'une supposition de ma part, j'avoue ne pas m'être penchée sur cette possibilité-là.

    Concernant le sexe oral, je ne vois pas trop comment tu peux ne pas être d'accord avec Aides... ce n'est pas un débat, c'est un fait scientifique ;)
    Pour les transfusions et les tatouages, bien sûr que lorsqu'on est le/la transfusé-e on ne peut pas soi-même contrôler le sang transfusé, mais on peut tout bêtement faire attention à ne pas se faire transfuser ailleurs que dans un hôpital (je pense à d'autres pays que la France, où il doit être possible de se faire transfuser dans des conditions pas très très bonnes). Pareil pour les tatouages, il faut simplement s'assurer de se faire tatouer chez quelqu'un de confiance. Je ne m'avancerai pas sur ce qu'il faut exactement voir le tatoueur faire pour s'assurer de ne pas risquer la transmission, ça doit facilement se trouver sur Internet... et j'en sais personnellement rien.

    Enfin, je n'ai pas dit que toutes les pratiques sexuelles étaient à risque, j'ai parlé de celles qui n'étaient pas protégées et ne voyant pas l'intérêt de répéter mot pour mot les explications d'Aides, j'ai préféré linker l'article. Je ne pense pas que ce soit contradictoire, mais complémentaire ;)

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)