7 idées originales pour passer le temps dans le train

Le train c'est économique, pratique et surtout propice aux rencontres ! Voici quelques idées pour transformer votre Paris-Quimper en véritable aventure.

7 idées originales pour passer le temps dans le train

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec voyages-sncf.com
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

J’aime le train, principalement parce qu’il n’a pas d’ailes et ne prétend pas aller à plus de 2000m d’altitude. Si l’Homme pouvait voler, si l’Homme devait voler, nous serions tou-tes né-e-s avec des os creux et des plumes. Or ce n’est pas le cas.

Mais surtout, le train a l’immense avantage de t’amener directement au coeur des villes : finies les navettes à 10€, les bagages à trimballer après avoir attendu une heure, bêtement, devant le tapis mécanique… Tu arrives, tu vas à l’hôtel et dans l’heure qui suit tu dégustes une bière à Munich ou un pastis face aux Calanques marseillaises.

Alors oui, je vous entends, viles vacancières véloces : « Le train ça va moins vite que l’avion ». Certes.

Triste triste personnages que vous êtes…

Ne savez-vous donc pas que ce n’est pas la destination qui compte, en voyage, mais le trajet lui-même ? Voici quelques idées pour rendre vos rail-trips plus épiques qu’un roman de Tolkien et plus fun qu’une escapade Sur la route avec Kerouac ! Après les 7 façons de tromper l’ennui dans le train, voici les 7 façons un peu plus insolites d’occuper le temps durant votre trajet !

Improviser un pique-nique entre voisins

En madmoiZelle consciencieuse, tu as déjà pensé à acheter un sandwich ou à prendre une petite collation. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais ce n’est jamais exactement ce que tu veux. Il y a toujours un cornichon qui pique, une tomate en délit de fuite, une sauce trop relevée qui ne va pas…

T’inquiète pas Ron, tata Mircéa va t’aider à résoudre ton problème 

Or, à deux rangs de toi, il y a une personne qui délaisse ostensiblement ce paquet de palmitos dont tu rêves en secret… Et à ta droite se trouve un charmant jeune homme qui ne veut pas finir ces chips que ta cellulite réclame…

Avec un peu d’audace et un grand sourire, organiser un pique-nique impromptu entre inconnus n’a vraiment rien de sorcier : il y a toujours une mère de famille riche de petites compotes pomme-poires et prête à les échanger contre deux minutes de babysitting le temps d’aller aux toilettes, un papy ravi d’échanger un brin de causette autour d’une eau gazeuse et un-e business-wo-man stressé-e qui profitera d’une absence de réseau pour se joindre à votre groupe et se détendre un peu.

L’essentiel n’est pas tant de manger que d’échanger autour de cet apéritif improvisé !

Organiser une séance de cinéma collective

Tu es dans le train pour deux heures ou presque, et tu te réjouis : pile-poil le temps de regarder un film sur ton ordinateur ! Commence alors pour ton voisin ce que j’appellerai la « danse du pigeon hésitant » : son regard vole des brides de ton film, il risque à chaque instant la rupture des cervicales, tout ça juste pour des images sans son puisque tu portes un casque…

Sont-ce ces valeurs égoïstes et individualistes que tu veux transmettre autour de toi ?! Es-tu fière de ce repli sur toi-même ?! Le train, au contraire du jet privé, est pourtant un moyen de transport propice au partage !

PAR-TA-GE, j’ai dit. Pas « se regarder dans les blancs des yeux comme des truites mortes ».

Alors prends ton courage à deux mains et propose à ton voisin inconnu de rejoindre cette petite séance cinéma improvisée.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Si vous êtes dans une rame iDTGV de la SNCF, vous pouvez réserver (ou prendre en cas de faible affluence) une place dans les zones iDzap où il est admis de parler entre soi et de discuter au téléphone. Profitez-en pour monter discrètement le son de l’ordinateur de façon à regarder le film à deux, voire quatre avec les gens derrière vous, six avec ceux sur le côté, voir pourquoi pas avec toute la rame. Bon il faudra se mettre d’accord sur le film mais tu es grande donc je te laisse gérer le doux art du compromis toute seule.
  • Il existe des astuces permettant de brancher un autre casque sur ta prise écouteurs, des « doubles prises jack » coutant une poignée d’euros.
  • Apprends la LSF. La langue des signes française. Exerce-toi en transcrivant les dialogues en toute discrétion en croisant les doigts (pas en même temps que tu signes, sinon ça correspond à la lettre R) pour que ton partenaire d’un jour la pratique aussi. On compte de 100 000 à 200 000 pratiquants en France, tout est possible !

À lire aussi : Je suis interprète langue des signes française-français — Témoignage

Construire une cabane

Il faisait nuit. Moi et une amie étions seules dans un train sombre quelque part entre l’Italie et la France. Démunies, sans le sou. Les gens regardaient dans le vide devant eux, attendant que la nuit passe, ne parvenant pas à trouver le sommeil alors que le vent frappait aux vitres…

Un peu comme ça.

Il nous fallait un abri.

Nous disposions de deux sacs de couchage, de deux petits coussins et de plusieurs t-shirts : nous nous attelâmes à la construction de notre cabane.

Assises sur deux sièges standard, nous suspendîmes nos sacs de couchages par-dessus nos têtes et des t-shirts opaques face au couloir, un smartphone en guise de lampe de poche. Dans l’obscurité, certaines de ne déranger personne, nous nous amusions d’ombres chinoises, d’histoires d’horreur et de grimaces bon enfant avant, finalement, de nous laisser emporter par un sommeil réparateur…

Organiser un concours de mime

On passe au niveau supérieur du courage social, mais je suis sûre que tu peux le faire ! Il suffit d’être deux et si possible à proximité d’enfants. Commence un jeu de mime simple mais expressif — voici quelques idées :

  • Une moule frite
  • Un réacteur nucléaire
  • Chantal Goya

Comme le train est un lieu de plénitude, veillez, toi et ton/ta partenaire à rester discret•e•s. Ça tombe bien : toute parole durant les mimes est sévèrement punie d’une pénalité !

Rapidement, les enfants devraient se joindre à vous, entraînant les parents dans leur sillage, bien contents d’avoir trouvé un autre jeu que le « roi du silence » pour les faire taire. Il ne tient ensuite qu’à vous de répandre cette initiative à travers la rame, le train, le monde.

Méditer

Au quotidien, nous n’avons jamais le temps de nous mettre à la méditation. Ça fascine de loin, mais il y a toujours mieux à faire. Le train offre l’occasion de se laisser porter par les rails pour enfin prendre le temps de se recentrer un peu sur soi-même : vous êtes bien, vous n’avez rien d’autre à faire qu’à laisser filer le temps et fermer les yeux…

Mais non pour l’instant gardez les ouverts sinon pour finir l’article ce sera beaucoup plus compliqué !

Il existe deux possibilités pour débuter en méditation :

  • Tu peux télécharger une vidéo ou un audio guide de méditation dite « guidée » et te laisser porter par la voix. Il n’est pas rare qu’on s’endorme une fois totalement détendu•e : ce n’est pas bien grave, ce n’est pas comme si tu devais tenir un volant ! Il n’est pas rare non plus que ces vidéos soient totalement étranges, auquel cas tant pis, passe à la suite.
  • Tu peux également suivre les techniques de méditation que l’on retrouve maintenant en librairie comme par exemple L’Art de la Méditation de Matthieu Ricard, ancien docteur en génétique moléculaire français devenu moine tibétain.

Pas le temps ou pas l’argent ? Tu peux tout simplement te relaxer en observant le rythme de ta respiration les yeux fermés. Tu dois sentir l’air chaud sortir de tes narines et l’air froid s’y engouffrer. Petit à petit, fais attention à tous les phénomènes qui accompagnent ta respiration : le mouvement de ton ventre, de ta poitrine…

Sens le rythme de ta respiration s’apaiser. On n’est pas bien là ? Bercé•e par le mouvement du wagon, le bruit des rails ? Les cris du bébé deux rames plus loin semblent même moins perçants…

Si tu es stressé•e, par exemple parce que tu prends le train pour passer un entretien, tu peux aussi tout simplement inspirer par le nez et expirer par la bouche — une petite astuce que j’ai apprise pour éviter le trac avant de passer un oral.

Faire le point

Dans un train, il arrive souvent que le téléphone ne passe pas, et de toute façon les conversations téléphoniques sont souvent mal vues. Autrement dit ? Tu es au calme. Enfin !

Adieu la famille, vive les amis, youkaidi youkaida ! 

Pendant quelques heures, tu seras totalement déconnecté•e de tes comptes mail, de tes notifications Facebook, de tes parents anxiogènes et de ta meilleure pote célibataire depuis trois jours, qui teste les limites de ton empathie.. Sois égoïste : profites-en.

C’est l’occasion par exemple de faire une to-do list de tes objectifs à moyen terme : qu’est-ce qui ne va pas ? Qu’est-ce que tu voudrais améliorer ? Avec qui tu n’as pas pris contact depuis trop longtemps, emporté•e par la précipitation du quotidien ?

Libéré•e pendant un instant des influences extérieures, tu peux enfin prendre le temps de réfléchir à ces problèmes à propos desquels tout le monde t’écrase de bons conseils plus ou moins pertinents.

Joue la old-school : un papier, un crayon et c’est parti. D’un côté, note les choses dont tu es satisfait•e (au travail ça se passe bien, j’ai renoué contact avec une vieille amie…) et de l’autre celles qui laissent à désirer (je crie sur les gens plus que je ne leur parle, mon job m’ennuie…).

Pour que ta to-do liste reste efficace, ne te force pas à trop en faire : trois points dans chaque colonne et c’est tout ! Même si cette liste ne porte pas ses fruits dans l’immédiat, elle va petit à petit faire son chemin dans ton esprit, promis.

Apprendre les langues étrangères… en s’amusant !

On dirait le titre d’un de ces vieux logiciels pédagogiques, mais promis, tu vas bel et bien t’amuser !

La plupart du temps, tu apprends et pratiques les langues étrangères en classe, en réunion, au travail… Or dans les gares des grandes villes se trouve un matériel de travail bien plus sympa pour élargir ton vocabulaire : la presse internationale !

Un magazine féminin italien, de la presse people espagnole, un journal d’envergure internationale en anglais ou bien la presse régionale en langue locale, c’est l’occasion de pratiquer un peu tes verbes irréguliers tout en faisant le tour des potins du monde entier.

On rencontre des gens dans le train et, paf, sept ans plus tard on sauve le monde. C’est fou.

Tu vois, avec un peu d’imagination, prendre le train c’est l’opportunité de faire de nouvelles rencontres ou de faire le point, au calme, sans stress ! Tu es arrivé•e en gare, plein•e de bonnes résolutions, il ne te reste plus qu’à continuer ton voyage sur la même lancée.

Et en ce moment, tu peux profiter des Petits Prix de voyages-sncf.com pour mettre à profit tous ces bons conseils en te rendant dans plusieurs villes françaises et même européennes. Je ne sais vraiment pas ce que tu attends !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Léona B.
    Léona B., Le 1 octobre 2014 à 18h36

    Eh bien moi je m'endors dans les transports ! :yawn: Du coup, je n'ai jamais le temps de faire grand-chose, j'ai maximum une demi-heure (15 minutes quand je suis bien bien lasse) devant moi quand je pose mes fesses.

    Et tout y passe : train, avion, bus, voiture (pas toujours sympa quand je fais du covoiturage), dos de mule ... Tout.

    J'ai déjà fait un trajet de plus de 20h en train, eh bien c'est passé comme une lettre à la poste :lalala:

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)