« Tomodachi Life », la rigolade dans ta 3DS

Tomodachi Life est un nouveau jeu Nintendo un peu barré, que Faye a eu l'occasion de tester. Voici ce qu'elle en a pensé !

« Tomodachi Life », la rigolade dans ta 3DS

Je vais être honnête : les jeux de simulation, c’est pas franchement mon truc. Je n’ai jamais accroché aux Sims, malgré plusieurs essais, et même Animal Crossing finit par me lasser assez vite, ma ville mourant désormais à petit feu, croulant sous les herbes folles et les courses de cafards. Tristesse virtuelle.

Du coup quand on m’a proposé de tester Tomodachi Life pour en faire un article, j’étais quelque peu sceptique et j’ai cherché à me défiler subtilement. Pourtant, j’ai cédé à la curiosité et même si je ne suis toujours pas convaincue qu’il s’agisse du jeu de l’année, le concept me parait assez drôle pour avoir envie d’en parler sur madmoiZelle !

Tomodachi Life, qu’est-ce que c’est-y que ça ?

Le jeu met en scène des Mii, ces petits avatars Nintendo censés représenter le joueur et ses amis sur Wii et DS. On peut utiliser des Mii déjà existants sur sa console ou en créer de nouveaux, et tout ce petit monde part s’installer sur une île paradisiaque pour jouer ensemble à des mini-jeux, manger, meubler des appartements, se marier, avoir des bébés et développer l’île.

Le but du joueur est de créer plein d’habitant-e-s puis de leur faire gagner des niveaux en réglant leur petits soucis quotidiens (faim, soif, maladie, ennui, envie de nouveaux vêtements, etc.) pour les regarder interagir ensemble.

Fab, Jesse Pinkman, Sherlock et Tina Fey devant un barbeuc, à la fraîche. 

Tomodachi Life, un jeu au bon goût de LSD

Là, tu vas me dire « il reste un cratère » ce qui n’a absolument rien à voir avec le cassoulet donc je vais te demander de te ressaisir un peu. Mais également que jusqu’ici, c’est un peu comme les Sims mais avec des Mii et en moins complet, ce qui n’est pas faux sans être tout à fait vrai non plus, puisque Tomodachi Life bat allègrement des records en termes de WTF vidéoludique.

Le jeu ne se prend absolument pas au sérieux et joue à fond la carte de la culture télévisuelle japonaise dans toute sa splendeur, en empruntant énormément aux codes des reality shows et des dramas.

Superbe.

Tomodachi Life est clairement pensé pour être joué par petites sessions tous les jours plutôt que par tranches de plusieurs heures, évitant ainsi le vortex temporel que tout-e fan des Sims semble avoir déjà exploré. En effet, au bout d’une petite demi-heure on a fait le tour des nouveaux objets à acheter à ses résidents, et les événements quotidiens ne valent pas franchement d’y perdre son après-midi.

Le flash info du jour a été écrit sous l’emprise de la DROGUE !

Cependant, là où ça devient rigolo, c’est qu’on peut recréer des membres de sa famille, ses amis ou encore des célébrités en Mii et les faire interagir entre eux. En clair, il est donc possible d’observer l’avatar d’une amie faire des bébés avec Jon Snow ou de mettre un râteau à Jesse Pinkman venu te déclarer sa flamme sur la plage avec du piano en fond sonore (mon coeur ne s’en est pas encore remis).

OUI D’ACCORD FAISONS ÇA !

Au fur et à mesure des niveaux gagnés, on personnalise de plus en plus ses Mii, grâce à des expressions, des mimiques, ou des objets qui les caractérisent. Au bout d’un moment, les avatars peuvent être tellement proches du caractère des vrais gens que les situations loufoques dans lesquelles ils se mettent deviennent vraiment drôles.

Un Heiseinberg plus vrai que nature.

Lassitude et hétérocentrisme : les points négatifs

Pour être honnête, on fait rapidement le tour de l’intérêt principal du jeu, et je t’avoue avoir été assez vite lassée. De plus, si l’environnement est assez mignon et les possibilités de personnalisation plutôt sympa vu l’épaisseur du catalogue de trucs à collectionner, certains choix graphiques me laissent un peu dubitative, comme le design réaliste des mains du joueur ou des accessoires.

Les voix des Mii sont également particulièrement atroces (j’ai tenu environ 7 minutes avant de les désactiver dans les options) et les rires d’enfants digitalisés qui se déclenchent quand on gagne un mini-jeu me retournent encore le slip d’angoisse.

Enfin, je voudrais râler fort sur l’impossibilité pour les avatars d’avoir une relation amoureuse (et à plus forte raison de se marier et avoir des enfants) entre personnes du même sexe, ce qui sur l’échelle du puage de cul se situe loin loin loin, là-haut dans le cosmos.

J’avais peu d’espoir concernant Nintendo, qui n’a jamais vraiment brillé en termes de combat contre les clichés sexistes par exemple, mais je t’avoue avoir été grandement agacée par cette négation totale de l’homosexualité dans un jeu de simulation de vie conçu en 2014. Surtout que d’autres jeux comme Dragon Age, Fable, Skyrim ou les Sims, à savoir LE jeu de simulation par excellence, permettent au joueur d’incarner un personnage homosexuel !

En plus de proposer un contenu un peu léger sur ce titre, Nintendo a donc clairement des progrès à faire en termes d’ouverture d’esprit et de modernité. Le jeu reste cependant un divertissement rigolo et plutôt rafraîchissant, mais je te conseille d’attendre pour l’acheter en promo ou d’occasion : il ne risque pas d’occuper tes jours et tes nuits.

Tomodachi Life, 36€ sur Amazon et dans ta boutique de jeux vidéo préférée

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Herculea
    Herculea, Le 2 juillet 2014 à 15h56

    Je viens de l'acheter :3
    Si ça intéresse des madmoizelles voulant le tester, j'ai deux codes démo à vous refiler ! Et moi je le trouve assez rigolo, c'est mignon et franchement c'et bien pour se vider la tête !

    Edit: Désolée les filles, j'ai déjà donné mes deux codes :sad:

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)