« The Path » vous plonge dans un mouvement aux côtés de Hugh Dancy & Aaron Paul

The Path vous attire dans les griffes du Meyerisme, un mouvement aux allures de secte (concrètement, une secte) qui va vous retourner le cerveau. Et en plus, il y a Hugh Dancy et Aaron Paul.

« The Path » vous plonge dans un mouvement aux côtés de Hugh Dancy & Aaron Paul

Commençons par le commencement. La chaîne Hulu, après avoir proposé 11.22.63 (et la saison 4 de The Mindy Project), surenchérit avec une nouveauté, The Path (Le chemin). Cette série, composée de dix épisodes, mène la plate-forme vidéo vers une nouvelle ère.

Les deux premiers épisodes ont été diffusés le même soir, quelques points de l’intrigue principale sont dévoilés mais c’est tout.

Il n’y a qu’un chemin vers la lumière

À lire aussi : La série « 11.22.63 », l’assassinat de Kennedy réinventé à la sauce Stephen King

The Path suit la vie de la famille Lane au sein d’une secte (fictive) dont le logo est un œil omnipotent. Enfin, il ne s’agit pas exactement d’une secte selon ses partisans, mais plutôt d’un « mouvement » (surtout pas religieux) appelé le Meyerisme.

the-path-serie-hugh-dancy6

Les deux premiers épisodes présentent les personnages qui seront exposés dans cette série, et ne s’attardent pas vraiment sur cette doctrine pour le moment.

Plusieurs séries récentes ont traité de ce sujet, que ce soit Following avec un gourou particulièrement charismatique (James Purefoy), ou encore Aquarius avec un aspect plus policier.

Et c’est là que réside la plus grande différence avec The Path : ici, on est véritablement immergé•es au sein d’un culte, sans être les témoins d’une enquête qui viendrait déranger l’expérience.

À lire aussi : Le culte de la jeunesse dans « La possibilité d’une île »

Le Meyerisme impose à tous de dire la vérité, car la vérité mène vers la lumière, le Saint Graal de tout membre.

Le Meyerisme impose à tous de dire la vérité, car la vérité mène vers la lumière, le Saint Graal de tout membre et donc, forcément, vers le bonheur. En plus de cela, ils vivent selon un mode de vie relativement végane.

En plus de cette façon de vivre distincte, il faut compter sur la structure de leur mouvement qui se base sur un texte saint, « the Ladder ». Cette échelle métaphorique représente leur ascension spirituelle dont l’échelon ultime permettrait de vivre dans la lumière, dans laquelle est baignée en permanence leur gourou, le docteur Steven Meyer.

Ce dernier se trouve prétendument au Pérou au début de la série, en train d’interpréter les derniers paragraphes du texte sacré.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… faire une mission humanitaire au Pérou

Un casting cinq étoiles

Si quelqu’un comme Hugh Dancy surgissait dans ma vie à un moment où j’étais sensible à ce genre de belles paroles, eh bien, oui, je l’écouterais et le suivrais.

Pendant l’absence du grand maître, c’est Cal Roberts qui le remplace et qui est considéré comme le nouveau gourou par les autres membres de la secte. Après avoir joué un homme sociopathe dans Hannibal, voici Hugh Dancy qui prend la tête d’une secte à travers ce rôle.

Son charisme le rend parfaitement crédible pour jouer ce personnage, et je suis persuadée que si quelqu’un comme lui surgissait dans ma vie à un moment où je serais sensible à ce genre de belles paroles, eh bien, oui, je l’écouterais et le suivrais.

the-path-serie-hugh-dancy4

À lire aussi : 5 bonnes raisons de regarder Breaking Bad

La famille Lane fait partie intégrante de la secte depuis plusieurs années. Le père, Eddie Lane, campé par Aaron Paul, traverse une phase d’ébranlement dans sa foi après avoir rejoint le mouvement bien des années auparavant. Prêt à tout lâcher pour sortir de ce cercle vicieux, y compris femme et enfants, il refuse malgré tout de franchir le pas, et ce par amour.

Pourtant, cette prise de conscience est à prendre au sérieux, notamment suite à sa rencontre avec une ancienne du culte qui a réussi à s’enfuir, non sans dégâts…

À lire aussi : « Smashed », un film puissant et émouvant sur l’alcoolisme « ordinaire »

Sa femme Sarah (Michelle Monaghan, qui n’a jamais été aussi brillante) gère toute l’administration du groupe et est littéralement née dedans. Elle symbolise précisément la foi aveugle du culte qui croit dur comme fer avoir raison sur tout et détenir la vérité.

the-path-serie-hugh-dancy2

Dans le premier épisode, elle pense que son mari la trompe, alors que ses soupçons cachent une autre vérité.

Le pire, c’est que la famille habite dans une ville lambda, et a donc des interactions avec des citoyens communs, mais Sarah est tellement plongée dans son embrigadement qu’elle reste convaincue du bien-fondé de sa croyance.

Parallèlement, leurs enfants se questionnent énormément sur leurs rôles au sein du mouvement, en raison des contacts qu’ils ont avec l’extérieur.

The Path permet de réunir deux des acteurs les plus brillants de leur génération.

Voilà comment The Path permet de réunir deux des acteurs les plus brillants de leur génération qui enchaînent avec un gros morceau après leurs hits respectifs, à savoir Hannibal et Breaking Bad.

S’y ajoute une actrice qui a encore clairement tiré le gros lot après sa participation dans True Detective.

Un sujet intrigant qui entraîne une curiosité maladive

À lire aussi : Pourquoi le morbide nous fascine-t-il ?

Les deux premiers épisodes sont fascinants. En tant que personne extérieure, je me suis toujours demandé comment les lavages de cerveaux fonctionnaient.

À un certain niveau dans la hiérarchie d’une secte, ces dirigeants-là sont purement et tout simplement des manipulateurs qui ne croient pas forcément en ce qu’ils prêchent. Mais pour les simples recrues, leur croyance profonde peut tout surmonter.

C’est assez inquiétant, car pas besoin de pouvoirs magiques pour convaincre quelqu’un de commettre des atrocités ou pour profiter de lui.

Toute cette interrogation autour de la manipulation est assez inquiétante : pas besoin de pouvoirs magiques pour convaincre quelqu’un de commettre des atrocités ou pour profiter de lui… Non, ça arrive à votre voisin•e, à un membre de la famille, ou à vous-même. En tout cas, vous ne pouvez vous fier à personne !

the-path-serie-hugh-dancy3

Le premier épisode pose vraiment cette atmosphère sombre et paranoïaque et révèle en même temps les méthodes de recrutement du mouvement… et d’autres usages pas très catholiques.

La thématique de la série remet en question nos propres croyances et en profite pour remettre les pendules du spectateur à l’heure, car oui, ce type d’organisation existe bel et bien.

The Path est un projet élaboré par Jessica Goldberg, qui avait déjà planché sur Parenthood notamment. Ajoutez au mélange une dose de Jason Katims de Friday Night Lights, qui est un producteur exécutif à la série, et vous obtenez un programme aux allures de thriller étonnamment intimiste — où apparaît brièvement Minka Kelly (Lyla Garretty).

Un rendu visuellement original et réaliste

Après une phase dans le paysage télévisuel où plus aucune série n’avait de générique digne de ce nom, il semblerait que la tendance s’inverse.

Celui de The Path choisit l’animation avec un graphisme mélangeant le mal-être d’Edvard Munch et le style d’Edward Hopper, pour accentuer ce côté sombre et dépressif.

the-path-serie-hugh-dancy5

À lire aussi : Le générique de « Game of Thrones » comme vous ne l’avez jamais vu

Tout tend à attirer le spectateur en lui indiquant que des rebondissements dont il ne peut se douter vont avoir lieu, et qu’il sera tout aussi suspect…

À aucun moment dans ces deux épisodes je ne me suis ennuyée, au contraire : j’avais tendance à trouver les deux épisodes trop courts et à vouloir en savoir encore plus. Tout tend à attirer le spectateur en lui indiquant que des rebondissements dont il ne peut se douter vont avoir lieu, et qu’il sera tout aussi suspect…

En fait, The Path montre un certain réalisme, avec l’utilisation de termes relatifs aux sectes comme dans la scientologie (qui est d’ailleurs mentionnée dans l’épisode 2) tels que les « dynamiques », les « confessions », etc.

Dans la série, ils emploient même le mot « transgresser » pour ceux qui violent leurs dogmes. Ils ont également un programme de réintégration pour les gens qu’ils sentent échapper à leur contrôle.

big-scientologie

Pour aller plus loin, si la scientologie vous rend curieux•se, d’anciens membres ont sorti un documentaire intitulé Going Clear: Scientology and the Prison of Belief qui est drôlement instructif et franchement, assez effrayant.

Mon cœur de fangirl pleure intérieurement en voyant Hugh Dancy dans un rôle de méchant. Mais je n’arrive pas à détacher mes yeux de la série.

En définitive, si je devais résumer ce début de saison en un mot : fascinant.

En revanche, ça me fait un peu peur quand même, car le premier épisode de 11.22.63 était top aussi, mais la série a très rapidement baissé en qualité. Après, je me dis que seule l’écriture pourrait me décevoir, et a priori, il n’y a pas de raison dans le cas de The Path, si j’en crois ce début prometteur.

En définitive, si je devais le résumer en un mot : fascinant.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Green-Jade
    Green-Jade, Le 28 avril 2016 à 10h40

    J'adore cette série !! C'est vraiment génial, on arrive super bien à rentrer dedans et puis on sent qu'il y a des intrigues et plein de choses qu'on ne sait pas encore, y a vachement de potentiel !! Ce qui est cool c'est qu'on arrive a avoir du recul sur ce mouvement et en même temps on est dedans avec les personnages. Et puis je trouve que tous les personnages sont développés, y en a pas un principal et ça c'est vraiment cool :) Perso je les regarde en VO et on s'habitue vite c'est pas trop compliqué (bon après j'avoue que je me débrouille plutôt bien en anglais et j'ai l'habitude de regarder les séries direct en vo sans attendre les sous-titres ^^ Oui je suis impatiente !!! :rire:)

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)