Les tests de grossesse bientôt en grandes surfaces ?

Les tests de grossesse et d’ovulation seraient-ils bientôt vendus en grandes surfaces ? C’est en tout cas ce que propose un amendement.

Il serait possible que, bientôt, les tests de grossesse et d’ovulation ne fassent plus l’objet d’un monopole et ne soient de la sorte plus vendus qu’en pharmacie. C’est en tout cas ce que propose un amendement dans le cadre du projet de loi Consommation, projet que le Sénat examine en première lecture cette semaine.

Si cet amendement passe, les tests de grossesse et d’ovulation pourraient ainsi être vendus en grandes et moyennes surfaces, en plus des pharmacies. Le gouvernement a prévu d’émettre un avis favorable sur cette mesure qui rendrait plus accessibles qu’ils ne le sont les produits en question — en plus de la possibilité de « faire baisser considérablement les prix », comme l’a mentionné hier Benoît Hamon, le ministre de la Consommation.

En plus de ces deux raisons, on peut en voir une troisième : celles qui auraient peur d’être jugées par leur pharmacien-ne de quartier pourraient s’éviter un moment plutôt désagréable. Et alors attention, je ne dis pas que les pharmacien-ne-s jugent. Mais, par exemple, quand on est mineure et qu’on sait que le professionnel de la santé connaît toute notre famille, un sentiment de gêne peut s’installer.

Pour montrer sa solidarité au projet, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des Femmes, a posté un billet sur son site. On peut, entre autres, y lire :

« Je soutiens l’ouverture de la distribution des tests de grossesse, qui pourra être prévue dans le cadre du débat au Sénat sur le projet de loi relatif à la consommation. La protection des femmes enceintes est notre priorité, ce qui implique qu’elles aient connaissance le plus tôt possible de leur grossesse.

Le gouvernement sera favorable à l’amendement déposé par la députée socialiste Mme Schilinger tendant à supprimer le monopole des pharmaciens sur la vente des tests de grossesse et des tests d’ovulation car il s’agit d’une avancée pour notre santé publique. De cette ouverture on peut attendre légitimement une baisse des prix et un accès plus aisé à ces produits médicaux. »

En revanche, les pharmacien-ne-s ne sont pas forcément d’accord avec l’initiative. La Fédération des syndicats pharmaceutiques déplorait ce matin sur France Info par le biais de son président, Philippe Gaertner, le fait qu’en grandes surfaces, les employés ne seront pas en mesure de conseiller la pilule du lendemain, qui répond à des délais courts et n’est, en ce qui la concerne, pas concernée par l’amendement :

« Là, je crois que si le produit est cherché en grandes surfaces, les choses sont complètement différentes [en opposition à ceux achetés en cas de grossesse désirée]. Parce que là le bon conseil, c’est la pilule du lendemain. Si on attend, on va passer au-delà des délais. Alors je crois que le test de grossesse ne doit pas être vu uniquement comme un produit de consommation courante. »

Et toi, tu en penses quoi ? Es-tu satisfaite de voir que les tests de grossesse pourraient devenir plus accessibles (un moyen de maîtriser son corps en étant prévenue au plus vite d’une grossesse), ou crains-tu, comme Philippe Gaertner, que des jeunes femmes se retrouvent dépourvues d’un conseil précieux (si conseil il y a, puisque tou-te-s les pharmacien-ne-s ne sont pas au même niveau en terme de communication) ?

Big up
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 78 commentaires !

Lire l'intégralité des 78 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • Maryana
    Maryana, Le 12 septembre 2013 à 15h53

    Je suis complètement pour, c'est une super initiative.
    Au Royaume-Uni ça se fait déjà et ça a été très pratique pour moi quand j'ai oublié ma pilule. En plus il y avait différentes gammes de prix (sérieusement, c'est tellement cher en France !), et ceux que j'avais pris (de simples bandelettes, mais le plastique autour ne sert à rien) étaient vendus par deux, ce qui permet de faire un double-check si besoin.
    En tout cas  en tant que flippée de l'idée de tomber enceinte par accident ça m'a aidée à "dédramatiser" la chose et à me pousser à vérifier le plus vite possible. Je me sens toujours jugée en allant à la pharmacie, donc il faut toujours quelques jours pour me décider à y aller.
    De plus, le test n'est pas un médicament, tout ce qui peut arriver de grave c'est que tu vises mal la bandelette, donc je vois pas bien en quoi ça peut être dangereux.
    Après, en ce qui concerne la pilule du lendemain, je trouve que ça n'a effectivement souvent rien à voir avec le fait de faire un test de grossesse. Déjà parce qu'il est trop tard au moment de faire un test, parce que ce n'est pas forcément lié à un oubli de pilule ou autre ou parce qu'on peut avoir envie de tomber enceinte, tout simplement. Aucun pharmacien ne m'a parlé de la pilule du lendemain en me vendant un test et j'aurais mal pris le fait qu'il le fasse.

    Après, c'est un autre sujet, mais au Royaume-Uni par contre j'ai très mal vécu le fait d'aller demander une pilule du lendemain à la pharmacie. Il a fallu que j'attende une bonne demie heure (alors que la rapidité est primordiale dans ce genre de situations, rappelons-le), ensuite on m'a fait entrer dans une petite salle avec une pharmacienne en obligeant mon copain à rester à l'extérieur puis on m'a posé tout un tas de questions personnelles sur ma sexualité et ma vie privée et on a noté mon adresse, mon numéro de téléphone etc. Au final j'ai mis presque 1h à avoir ma pilule et j'ai eu l'impression d'avoir eu besoin de me mettre à nu pour l'avoir... Ca décourage. A ce moment là, j'ai plus compris pourquoi on croisait autant de mères adolescentes.

  • Treize
    Treize, Le 12 septembre 2013 à 15h58

    @nasty-wasp
    Mais tellement pour ta dernière phrase !
    Moi aussi j'étais bercée d'illusions sur le libre-arbitre et la grande intelligence des gens. Et finalement, j'ai passé une journée avec ma belle-mère à son comptoir un jour où mon copain y bossait pour lui filer un coup de main, et putain j'ai cru que j'allais mourir tellement certains planent à 10 miles. J'ai réalisé ensuite que dans mon entourage tout le monde a le bac, tout le monde a fait des études supérieures et a un certain niveau de culture mais qu'ils ne sont pas représentatifs du "français moyen", et qu'il n'y a qu'au contact de toutes les catégories de population qu'on réalise que certains ont besoin du pharmacien et que l'automédication pourrait être dangereuse...

    Alors là, ce ne sont "que" des tests de grossesse (encore que certains n'ont aucune idée de comment les enfants sont faits :lol:) mais je crains qu'il ne s'agisse d'un premier pas en faveur d'une commercialisation des médicaments en vente libre en grande surface :erf:.

  • Xneuroticx
    Xneuroticx, Le 12 septembre 2013 à 16h04

    lhooq;4354273
    Le conseil devrait être systématique pour chaque vente, et c'est loin d'être le cas je suis bien d'accord, mais de là à mettre le paracétamol et cie en vente libre, il y a un pas que je n'aimerai pas qu'il soit franchi. N'en déplaise à M. Leclerc avec son super argument du "toujours moins cher". Y'a qu'à voir l'évolution du prix de l'ibuprofène en Italie avant et après la commercialisation en grandes surfaces. Il a d'abord baissé pour ensuite se retrouver plus cher qu'en pharmacie à l'origine... Quel beau progrès pour le consommateur ! Si certaines veulent les sources, je demanderai à mon copain de me les retrouver.
    Et @Nasty Wasp

    Pour clarifier mon propos, je ne suis partagée sur la vente des médicaments (disponibles sans ordonnance) en libre service, je suis contre car ça serait la mort de beaucoup de pharmacies et je suis pour parce que je trouverais ça beaucoup plus pratique et parce que comme j'adore lire les notices des médicaments je suis assez au courant de ce que je prends et de comment le prendre ^^'

    Et je suis mitigée à cause de cet argument qui est que le pharmacien peut conseiller les personne alors que ça devrait être il doit, comme l'a si bien dit @L.H.O.O.Q.  ça devrait être systématique ! Sinon je trouve que l'argument tombe un peu à l'eau :/
    J'ai eu beau aller dans tout un tas de pharmacies différentes (même des pharmacies du fin fond de la campagne du Poitou Charente) et jamais on ne m'a conseillée/mise en garde.
    Dans tout le cas je pense par contre que si ça se fait il faut absolument garder la ventre aussi en pharmacie pour les personnes qui ont besoin d'une personne à qui poser des questions.

  • Marie Obrigada
    Marie Obrigada, Le 12 septembre 2013 à 16h05

    @lhooq : En fait, je suis d'accord avec toi. Je voulais juste dire que nous sommes tous victimes de préjugés concernant nos métiers, par faute de méconnaissances je suppose. (mais ça n'apporte rien au débat)

  • Nasty Wasp
    Nasty Wasp, Le 12 septembre 2013 à 16h13

    Puis faudrait aussi rappeler qu'un test de grossesse ne signifie pas forcément "Oh putain, je me suis foirée sur ma contraception, si ce test est positif je suis bonne pour avorter", parfois ça annonce aussi une très bonne nouvelle, qu'on espérait être enceinte ou pas du tout. On voit plus souvent le petit sourire en coin de la pharmacienne que le regard méchant, quand il s'agit de tests de grossesse. :)

  • Nekogirl
    Nekogirl, Le 12 septembre 2013 à 16h16

    Les tests de grossesse en vente en supermarché, OUI !

    Les médicaments, non ! Trop de petits trucs inconnus sur les médicaments ! De plus, je suis maman, et les conseils de mon pharmacien quand y a un rhume, un petit bobo, je ne m'en passe pas ! J'achète beaucoup en pharmacie, je prends même mes produits de beauté dans la pharmacie en bas de chez moi.

    Mais par contre, le test de grossesse, peut-être justement à cause de l'intimité que j'entretiens avec ma pharmacienne, j'ai pas envie qu'elle se sente obligée de demander si c'est une bonne ou une mauvaise nouvelle...

  • Nepthys
    Nepthys, Le 12 septembre 2013 à 16h18

    xneuroticx;4354300
    Et je suis mitigée à cause de cet argument qui est que le pharmacien peut conseiller les personne alors que ça devrait être il doit, comme l'a si bien dit @L.H.O.O.Q.   ça devrait être systématique ! Sinon je trouve que l'argument tombe un peu à l'eau :/
    Je suis pas tout à fait d'accord avec le "il doit", j'aurais plutôt envie de dire qu'un pharmacien devrait demander à la personne si elle veut des conseils.

    J'avais réussi à être chez mon copain et oublier ma plaquette de pilule chez moi, donc le lendemain j'ai du aller en pharmacie cherche une pilule du lendemain. Le pharmacien me l'a donné sans conseils. Et, après, je l'ai prise et voilà. Je l'aurais très mal pris si il s'était mis à me donner des conseils sur la contraception.

    Mais, pour celles qui ont besoin de conseils et n'osent pas en demander, le fait de proposer du conseil aideraient surement au dialogue.

    Enfin de toutes façons, les pharmaciens c'est comme dans toutes les autres professions: y'a des très bons, des bons, des incapables, des sympathiques, des antipathiques, des gens passionnés par leur métier, d'autres qui s'en foutent complètement.  :)

  • Xneuroticx
    Xneuroticx, Le 12 septembre 2013 à 17h43

    nepthys;4354323
    xneuroticx;4354300
    Et je suis mitigée à cause de cet argument qui est que le pharmacien peut conseiller les personne alors que ça devrait être il doit, comme l'a si bien dit @L.H.O.O.Q.    ça devrait être systématique ! Sinon je trouve que l'argument tombe un peu à l'eau :/
    Je suis pas tout à fait d'accord avec le "il doit", j'aurais plutôt envie de dire qu'un pharmacien devrait demander à la personne si elle veut des conseils.
    Oui effectivement ^^
    Enfin je trouve que souvent il manque un petit truc qui rende les pharmaciens (pas tous bien sur vu vos témoignages) moins dispensables.

  • Earl
    Earl, Le 12 septembre 2013 à 19h21

    enkephaline;4354185
    earl;4353768
    enkephaline;4353735
    En fait ça me choque vraiment que tant de filles aient été confrontées au jugement ou regard désapprobateur d'un pharmacien en aillant acheter un test. Soit j'ai jamais fait attention soit je suis toujours tombée sur des gens respectueux, mais j'ai jamais eu aucune réflexion en achetant un test de grossesse ou des préservatifs ou une pilule du lendemain. Et pourtant je viens d'une petite ville de Province pas spécialement décoincée de la culotte :eh:

    Je suis assez perplexe sur l'intérêt réel de la vente des tests en supermarché, en fait niveau intimité ça me parait pire d'aller chercher ton test au rayon des tampons (imaginons qu'ils soient mis là) et ensuite aller le passer à la caisse, que d'aller en prendre un discrétos dans la pharmacie ou le demander à voix basse à ta pharmacienne. Alors peut-être que le côté "impersonnel" des grandes surfaces aide à préserver son anonymat, mais perso je me sentirais pas tellement incognito. Et pourquoi en avoir honte, merde ? Au pire on va dans un quartier plus loin si on veut éviter les commérages des voisins, ou, dans le cas de mineures qui veulent éviter que ça revienne aux oreilles des parents (encore que c'est interdit, secret professionnel toussa), le bon vieux planning familial est là (et pas que pour les mineures d'ailleurs), merde, ça fait des années qu'on nous le dit, au collège, sur Internet, dans les brochures ... si chaque adolescente de France n'est pas au courant qu'elle peut aller au planning, c'est qu'il y a encore du boulot en matière de prévention et d'éducation sexuelle.

    Et si ça vient en grande surface, j'aurais peur que ça dégénère : pack de 10 tests en réduction, tests de grossesse discount ... et c'est pas si cher que ça, les moins chers sont dans les alentours de 5-7 euros.

    Et effectivement, même si l'utilisation en elle-même est pas très compliquée (tout le monde peut lire une notice ou faire un coup de Google), ça me semble important qu'un pro soit là pour te dire quand l'utiliser, et les éventuelles mesures à prendre si le test est positif.

    Bref, là comme ça je suis pas convaincue, j'attends de voir.
    Bah oui, mais si tu es jeune et vis dans un village relativement isolé, tu ne peux ni changer de quartier, ni aller au planning familial sans passer par la case "papa maman qui font les chauffeurs"... Ce n'est pas l'idéal non plus, ce n'est pas aussi simple que tu le décris pour tout le monde d'acheter un test de grossesse !


    Perso, ce que j'apprécie dans cette mesure c'est qu'elle donne le CHOIX aux femmes, et en matière de contraception et tout ça, c'est important ! On le voit bien ici : il y a des Madz qui préfèrent aller voir leur pharmacien et avoir des conseils, d'autres qui préfèrent l'anonymat des grandes surfaces. Donc merci une réforme qui permet à chacun de faire comme bon lui semble :hugs:
    Le problème peut être inversé aussi : là où j'habitais quand j'étais ado, y'avait un supermarché, mais genre à 5km. Sur le chemin j'pouvais croiser 10 pharmacies et le planning familial en tournant à gauche. Les grandes surfaces sont généralement excentrées, et pas forcément très accessibles dans les petits villages. Alors que généralement dans tous les bleds, t'a au moins une pharmacie. Du coup l'argument du côté "accessible" par le supermarché me semble pas hyper convaincant.

    Ah et j'avais oublié, pour ça on peut aussi aller voir l'infirmière scolaire.

    J'en viens à me dire qu'on devrait distribuer un test de grossesse avec les capotes aux collégiens, pendant les cours d'éducation sexuelle, mais d'un autre côté ça allégerait le côté grave des conséquences, ça ferait genre "c'est bon t'as un test de téco pour vérifier plus tard, mets pas de capote !".
    Ben oui, mais plus tu multiplies les points de vente, plus t'as de chance que la personne en ait au moins un à proximité de chez elle.
    Tu n'as peut-être pas compris l'idée : on retire le monopole des pharmacies, mais ça ne veut pas dire qu'elles vont cesser d'en vendre ! Donc les gens pourront en acheter en supermarché EN PLUS de la pharmacie.

  • Maryana
    Maryana, Le 12 septembre 2013 à 22h07

    foxey;4354923
    (Mais pour celles qui parlent du prix trop élevé des tests, vous les achetez combien ? Parce que pour en avoir acheté un avant-hier, j'ai payé 4€50 et le mec était navré de ne plus avoir ceux à 2,90 en stock:yawn: 4€50 pour savoir si je vais devoir avorter, ça me paraît pas excessif quoi :shifty:)
    Moi je les ai toujours achetés au moins 8€ ! Ca peut en rebuter certaines. Je pense que les pharmaciens ont dû me refourguer les plus chers en même temps, vu que j'étais toujours stressée et que j'ai pas demandé s'il y avait moins cher.
    Enfin, dans tous les cas, au moins dans une grande surface on pourra plus facilement comparer les prix. :)