Ces tendances que j’aurai du mal à assumer plus tard

Le propre de la mode, c'est de finir par se démoder. Et les grandes tendances de 2013 n'échapperont pas à la règle !

Ces tendances que j’aurai du mal à assumer plus tard

Que les choses soient claires Gilbert : la mode, je ne la comprends pas toujours, mais je l’aime comme une star de cinéma. Et que je le veuille ou non, je finis souvent par suivre des tendances qui m’auraient parues totalement australopithèques il y a encore quelques années.

Du coup, bien que j’adore et j’adhère aux lookbooks de 2013, je ne peux pas m’empêcher de penser à ces fringues qui risquent de me paraître totalement hors-sujet quand j’aurai pris un coup de vieux.

La jupe de poupée (qui fait non toute la journée)

Jupe en mesh brodé H&M (24,95€) – Mini jupe contrastante Zara (soldée à 29,99€)

Si tu as pratiqué la danse classique dans tes jeunes années (parfois sous la torture), tu es peut-être comme moi atteinte de ce syndrome de Peter Pan qui consiste à porter une jupe de tutu dans la vie quotidienne.

Un peu comme quand, gamine, tu partais à l’école toute fière avec ta robe et ta couronne de princesse Starla. Même si ça fait bientôt treize ans que j’ai dix ans, je vis dans une chanson d’Alain Souchon pour toujours et je m’en bats les cuticules de ce que pensent les gens. Je me dandine le postérieur dans la dentelle et les couleurs pastels.

Seulement voilà, la fatalité étant ce qu’elle est, la peau de mes cuisses va finir par plisser et mes fesses vont ramollir. Pas sûr que d’ici un demi-siècle, la jupette bouffante soit réellement seyante sur mon fessier nourri aux Ferrero Rocher (parce que je n’ai pas non plus l’intention de faire du sport).

Nous voilà face à une question existentielle : pourrai-je toujours jouer les ballerines en maison de retraite, au risque de ressembler plus au vilain petit canard qu’à Natalie Portman en cygne blanc ?

Le t-shirt sous ecstasy

Top imprimé guépard Pimkie (soldé à 9€) – top palmier Pimkie (12,99€) – t-shirt Mirror Mirror on the wall (18€ sur Raaad)

Des heures et des heures d’errance sur Tumblr ont rendu ma rétine de moins en moins sensible aux agressions visuelles. Mieux, j’ai fini par trouver totalement banale l’idée de voir des dauphins flotter sur un arc-en-ciel, et ce sans avoir sniffé les herbes de mon thé (parce que la drogue, c’est mal).

Je sais que le seapunk n’est pas un poisson, et je prends très au sérieux les gens qui vouent un culte à la licorne rose invisible, même s’ils écrivent sur Wikipédia. Un petit air d’années 90 a flotté sur la mode de ces deux dernières années alors que les gifs de chaton fleurissaient sous les sunlights des tropiques de 9gag.

Désormais, je suis de la team des hipsters qui n’envisagent plus le monde animal que rose, sucré, et sérigraphié sur du jersey.

Mais quand j’aurai atteint un âge raisonnable, il est fort probable que mes tops de conte de fée me fassent le même effet qu’un t-shirt des 70 ans de Johnny : c’est ridicule donc c’est drôle, mais c’est tellement ridicule que que ça dépasse le stade du drôle pour redevenir véritablement ringard.

Je regarderai donc mes photos d’étudiante avec l’air navré que tu prends quand tante Gilberte t’envoie une carte postale d’un nudiste sur une tombe romane en t’assurant que « c’était la plus belle du présentoir ».

Le legging frétillant de la gambette

Legging BamBam Orion Urban Outfitters (soldé à 25€) – legging aztèque festif Asos (soldé à 11,93€) – legging tribal multicolore Forever 21 (10,75€)

Bien qu’ayant ma carte de membre à la ligue de défense des collants, j’avoue avoir cédé aux sirènes du legging. Plus solide, plus chaud, plus fiable question saucissonage au niveau de la taille. Et surtout, disponible dans toutes les couleurs, recouvert des motifs les plus fifous que la terre ait porté : galaxie, moules-frites et chatons.

Bien sûr, j’ai remarqué que se promener les guiboles dans du lycra imprimé faisait parfois tiquer certains de mes concitoyens, mais je continue, sereine, persuadée qu’ils n’ont rien compris à l’humour et à l’inévitable progrès qui gagne le monde de la mode.

Faisons maintenant un petit retour vers le futur de trente ans, et considérons donc le legging avec un peu d’objectivité. Et là, c’est le drame, la vérité éclate comme une baudruche touchée par une épingle. C’est un CALEÇON. Parfaitement, un caleçon. Comme celui que tu portais le mercredi pour aller au centre aéré.

Je sais, on a tenté de nous le faire oublier en troquant les fleurettes pour des motifs aztèques, mais rien n’y fait. Dans quelques temps, je me demanderai probablement ce qui m’a poussée à me transformer en groupie de Véronique et Davina et à faire de mes jambes deux vases grecs.

La couronne de nymphette

Bandeau couronne de fleurs Urban Outfitters (soldé à 32€) – guirlande de fleurs chrysanthèmes Topshop (18€) – serre-tête maxi-fleurs couleur Bershka (soldé à 5,99€)

Peut-être suis-je influençable, mais à force de voir des blogueuses mode comme Pandora ou Dickface poser dans les jardins parisiens avec la moitié d’un bouquet sur la tête, je suis tombée dans le panneau à mon tour.

Pâquerettes, roses, marguerites et lilas sont mes divisions, mes soldats, et s’invitent dans mes cheveux au quotidien. J’ai investi dans les couronnes et je songe sérieusement à dévaliser le rayon mariage de Tati pour continuer à me parer à moindre frais.

Plus tard, sans doute, je douterai un peu du look que donnaient les chrysanthèmes à ma chevelure. À soixante piges, je ressemblerai probablement plus à une vieille folle à chats échappée d’un mariage qu’à une délicate elfe des bois (si tant est que ce soit le cas actuellement). Du coup, pour compenser, j’adopterai un langage aussi fleuri que mes cheveux blancs.

Et toi, quelles sont les looks du moment dont tu risques de ne pas te vanter dans le futur ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Grand Mère Feuillage
    Grand Mère Feuillage, Le 5 juillet 2013 à 17h20

    J'ai 40 ans et j'assume toujours la jupe de poupée et les fleurs dans les cheveux...
    Le t-shirt psychédélique, ben euh quand j'avais 15 ans c'était le t-shirt à tête de loup que je ne voulais pas porter, pourquoi porterai-je un avec des animaux sous ectazy?
    Les leggings me font de l'oeil, mais alors grave... Mais déjà au boulot, j'ai droit à des remarques pour les fleurs dans mes cheveux (mais comme je viens des îles ça passe mieux), alors je n'imagine même pas pour le legging imprimé galaxie qui me fait terriblement envie depuis qu'il est sorti.
    Et des look de mon adolescence ce que je ne porterai absolument plus pour sortir c'est le survêtement! Mais j'ai arrêté en entrant au lycée.

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)