Pourquoi je trouve que Friends restera la meilleure série de l’univers

Par  |  | 23 Commentaires

Friends, c'est LA série emblématique des années 90 et 2000. La preuve, c'est qu'en 2017, certaines personnes la considèrent encore comme la meilleure, à l'instar de Tifaine.

Pourquoi je trouve que Friends restera la meilleure série de l’univers

Attention, on va causer maintenant d’un sujet lourd qui n’est autre que la grande et unique série : F.R.I.E.N.D.S.

Si tu as vécu dans une grotte entre les années 90 et aujourd’hui, tu ne connais peut-être pas ce programme. Mais si tu es un citoyen du monde lambda, il est plus probable que tu aies déjà entendu parler de nos amis Chandler, Ross, Joey, Monica, Rachel et Phoebe.

Friends, un coup de coeur immédiat

Moi quand j’attendais chaque nouvelle saison

Pour cet article, je vais essayer de mettre de côté le fait que c’est la seule série que je me sois retapée MINIMUM une fois par an inlassablement, ce malgré les 10 saisons toutes aussi géniales les unes que les autres.

(Et merde, je commence déjà à ne plus être objective.)

Normalement, je ne m’imaginais pas trop aborder le sujet, car je sais que certaines personnes ne sont pas du tout d’accord.

Mais après tout c’est mon article et je peux y parler un peu de ce que je veux, non ?

Même si c’est pour vous dire que depuis 2 semaines j’ai une envie irrésistible de quiche aux poireaux, ou encore que j’ai un gel douche qui sent bon la framboise et qui m’a donné envie de me bouffer le bras, une fois.

Rentrons maintenant dans le coeur du sujet : Pourquoi Friends est, à mon sens, si bien ?!

Afin de témoigner de la façon la plus concise qui soit, j’ai décidé d’établir une liste en 6 points, tous suivis d’un argument qui m’a semblé louable lorsque j’y ai réfléchi.

La série Friends, le précurseur des sitcoms

Oui, cette série est le précurseur de toutes les sitcoms que vous appréciez regarder à l’heure actuelle.

Si on devait attribuer un arbre généalogique à ce genre, Friends serait de loin placée tout en haut, faisant découler d’elle une multitude de nouvelles arrivantes fraîches et bien grasses.

Mais elle reste la Mère des Mères, et nombreux sont ceux qui ont cherché à obtenir le même succès en se basant sur la recette de la série.

À lire aussi : Les 5 séries comiques du moment, à découvrir au lieu de re-re-re-regarder Friends

Friends et son intrigue réaliste

Que personne ne me dise qu’il ou elle ne peut s’identifier à ça.

Au-delà des rires en fond sonore et de quelques situations un tant soit peu exagérées (un singe capucin comme animal de compagnie, vraiment, Ross ?!), la série marque par son incroyable naturel.

Dix saisons, dix saisons de fêtes communes (Noël, anniversaires, Thanksgiving…), dix saisons de galères comme on en a tou•tes connues (tensions relationnelles, histoires d’amour et/ou aventures foireuses).

Mais aussi GROSSEU-MERDEU pour trouver un taf puis ensuite pour le garder et enfin l’apprécier, engueulades saines et moins saines, complications familiales et j’en passe…

Seulement à la différence des autres séries (dans lesquelles on retrouve également ce genre d’ingrédients), rien n’est romancé.

Les qualités et les défauts de chacun sont mis en avant, sans les embellir ou les dégrader : les personnages sont juste comme ça, c’est tout. Exactement comme vous et moi.

Et c’est ça qui constitue une des plus grosses forces de Friends.

La sexualité est désacralisée dans Friends

Meilleur cours d’éducation sexuelle.

Tout comme le reste, l’homosexualité et le sexe en général y sont présentés de façon évidente.

Pas question d’orchestrer ou d’amplifier les événements, de déformer la réalité… Non, dans Friends comme dans la vie, les hommes ont des aventures, les femmes aussi, certain•es connaissent des coups d’un soir.

Le sujet n’est pas tabou (la bande d’amis échange d’ailleurs à ce propos de nombreuses fois) et, très important, aucune fausse image n’est renvoyée. Ni plus belle, ni plus sale.

Finalement, le sexe y est, à mes yeux, exactement ce qu’il devrait être tout le temps : quelque chose qui fait partie du quotidien, qui se vit comme bon l’entend mais qui ne devrait en aucun cas définir une personne, peu importe son genre.

Et qui N’EST PAS au centre de tout.

Friends joue avec les codes

Ma vie.

Oh ça oui ! Entre :

  • Un mariage avec une femme qui se découvre lesbienne et dont résultera un fils élevé par un papa et deux mamans,
  • Un cynique dont le père se travestit et la mère écrit des romans érotiques,
  • Une hippie libre déjantée ayant grandi dans la rue avec une jumelle qu’elle déteste,
  • Une fille à papa pourrie gâtée qui décide de planter son futur-non-époux à l’autel avant de se lancer dans la vie active,
  • Un Italo-américain aux capacités nutritives élevées issu d’une famille de 7 filles dont il est le seul garçon,
  • Une maniaque ayant eu une relation passionnelle avec un homme de 21 ans son aîné.

On peut dire que la série ne manque pas de couleurs. Même si tous ces facts, sous leurs allures de scandales, ne le sont en réalité pas une seule seconde au cours des épisodes.

On ne s’ennuie jamais dans Friends

Monica approuve.

Ja-mais. Il arrive parfois que même dans nos séries préférées, il y ait des passages de flottement où l’on se dise : « Tiens, les mecs n’étaient plus très inspirés, là ».

Et bien dans Friends, je trouve que ce n’est pas le cas.

Ou si je devais réellement y mettre de la mauvaise volonté, je pourrais citer quelques rares épisodes où les scénaristes se sont servis de passages d’épisodes précédents pour faire office de flash-back (ou pour meubler…).

Mais ces scènes sont peu nombreuses et assez bien justifiées la plupart du temps.

J’aime la série Friends, tout simplement

IDNVZLKVN, ADORABLE

Il y a sûrement encore un tas de choses que je pourrais vous dire au sujet de Friends, et encore un milliard de raisons pour vous vanter cette série, mais je ne voudrais pas commencer à devenir trop subjective (cf : lourde).

De plus que je ne suis ni critique cinéma, ni critique séries, ni même ultra active sur SensCritique.com.

J’avais juste envie de vous partager les raisons pour lesquelles je suis en amour devant A.M.I.S. (Par contre, le nom est vraiment pourri en français.)

N’hésitez pas à me dire si vous aussi vous connaissez les répliques par coeur, ça me soulagerait grandement. Et dites-moi si le programme figure dans votre top 5 des « Séries que j’adoreuh ».

À l’inverse, expliquez-moi pourquoi elle ne vous attire pas tant que ça ou si vous la trouvez surcotée. Promis, je ne vous jugerai pas. (Presque.)

Big up à tous les Unagi.

La bise.

*Marcel je t’aime.

À lire aussi : Charmed, une série discutable au succès incompréhensible

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Tifaine P


Tous ses articles

Commentaires
Forum (23) Facebook ()
  • Sayress
    Sayress, Le 12 novembre 2017 à 14h11

    J'aime tellement cette série <3 Je l'ai vu intégralement je ne sais combien de fois, à chaque fois c'est un régal !

    Non les personnages ne sont pas parfaits, mais je ne trouve pas cette série problématique. Pour ce qui est de Carol et Suzanne, je vois surtout qu'à travers elle, dès 1994, une sitcom américaine mondialement connue nous pose le seul couple du même âge que les six personnages principaux qui va durer durant les dix années de la série sans connaître aucune crise. Qui se marie avec le soutien de l'ex-mari qui accompagne son ex à l'autel pour qu'elle épouse sa compagne contre l'avis de sa famille. Ben est présenté comme un enfant parfaitement équilibré, le divorce de ses parents et l'homosexualité de sa mère n'étant pas présentés comme des obstacles à son épanouissement. Dans une Amérique toujours très conservatrice j'y vois plutôt un engagement de la part des scénaristes.
    Alors oui les autres font des réflexions pas toujours légères, mais je vois plus ça comme une critique; un peu comme lorsque les autres se moquent de Ross dès qu'il parle de sciences. D'après vous c'est uniquement Ross qui est montré comme un boulet ou un peu les autres qui dont montrés du doigts parce qu'hermétiques à ça ? A mon avis on a un mélange des deux.
    Je pense vraiment que cette série est bien plus nuancée qu'elle en a l'air.

    Pour le père de Chandler, c'est pareil. Le problème de Chandler avec son père au final, c'est pas tant qu'il se travestisse dans un cabaret à Las Vegas, mais qu'il a été élevé dans une famille dysfonctionnelle. Ses relations avec sa mère ne son pas géniales non plus.

    Pour Monica, on nous montre combien elle a été blessée par une réflexion de Chandler, qu'il s'en veut profondément quand il comprend... et que dans la réalité parallèle de je ne sais plus quel épisode, elle n'a pas minci, lui est un bon looser et ils finissent tout de même ensemble. Et puis dans tous les flashbacks de l'adolescence de Monica, on a Rachel qui ok est présentée comme la fille super jolie et populaire de l'époque mais tellement superficielle, à côté de la plaque et méchante par moment... En fait à travers le surpoids de Monica, c'est son absence de confiance en elle, sa naïveté et son côté empotée de l'époque qui sont soulignés, du coup elle se cache un peu. C'est pas très subtile, mais c'est ce que je vois, parce que plus qu'une gamine un peu grosse, on a surtout une gamine pas sûre d'elle, la même avec de la confiance, ça n'aurait rien à voir.

    Je m'arrête là, je pourrais parler de cette série durant des heures tellement je l'adore !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!