Taken

Sorti le 27 février dernier, Taken a eu du mal à rivaliser avec le phénomène qu’ont engendré les Ch’tis de Dany Boon ou encore les puits de pétrole de There will be blood. Et pourtant, c’est un film haletant où rien n’arrive par hasard et qui nous procure une bonne dose d’adrénaline. Et en plus […]

Taken

Sorti le 27 février dernier, Taken a eu du mal à rivaliser avec le phénomène qu’ont engendré les Ch’tis de Dany Boon ou encore les puits de pétrole de There will be blood. Et pourtant, c’est un film haletant où rien n’arrive par hasard et qui nous procure une bonne dose d’adrénaline. Et en plus c’est français… mais qu’avec des étrangers dedans !
Deuxième long-métrage de Pierre Morel, déjà réalisateur de Banlieue 13 sorti en 2004, Taken raconte le combat d’un père pour retrouver sa fille, kidnappée avec sa meilleure amie lors d’un séjour à Paris. Et crois moi, quand le papa est interprété par Liam Neeson et qu’il a en plus travaillé pour les services secrets, ça rigole pas. Je dirais même plus : « CA VA CHIER ! »

Jamais sans ma fille

Kim a dix sept ans, elle a le look d’une star américaine et elle vient juste de fêter son anniversaire. Elle vit avec sa mère et son beau-père à Los Angeles et rêve de devenir chanteuse. Comme toutes les ados de son âge, Kim est un peu fofolle et aimerait voyager pour découvrir le monde. Le problème c’est que son père, Bryan, a un peu de mal à la voir grandir et à la laisser vivre sa vie. Sous ses airs de dur et de karatéka façon Bruce Lee croisé avec un Chuck Norris au réveil, Bryan est en réalité à la limite de la dépression parce qu’il supporte très mal de s’être retrouvé seul après son divorce et d’avoir raté l’enfance de sa fille. Pourquoi ? A cause de son ancien boulot : agent du gouvernement, genre grand patriote qui a lutté corps et âme contre les méchants pendant des années.

Imaginez donc le clash lorsque Bryan refuse que Kim parte chez les cousins de sa meilleure amie… à Paris. « T’es trop jeune, on sait pas c’qui peut se passer ma chérie… ». Poussé par Leonore, la mère de Kim et donc son ex-femme, il finit par accepter. Ce qu’il ne sait pas encore et qu’il ne découvrira qu’une fois à l’aéroport, c’est que sa fille chérie a en fait prévu de faire le tour de l’Europe. Sous la pression de Leonore, Bryan décide une fois de plus de laisser couler et laisse Kim s’envoler pour Paris…

Jusqu’ici, tout va bien. Kim et sa copine descendent de l’avion, en vie. Elles débarquent chez les cousins, en vie. Premier problème : Kim réalise que sa meilleure amie lui a menti, les fameux cousins sont en vacances… Deuxième problème : des gars pénètrent dans l’appart’ et les kidnappent. C’est déjà plus grave. Heureusement qu’à ce moment là Kim était au téléphone avec super-parano-Papa et qu’elle a bien écouté ses instructions : « Garde ton calme fillette et décris-les moi », ce qu’elle fait avant de disparaître alors que, au bout du fil, Bryan est complètement impuissant. Sous le choc, il retrouve malgré tout rapidement ses vieux réflexes et se met immédiatement au boulot pour la retrouver…

Papa va casser du méchant

C’est véritablement à partir de cette scène (qui m’avait d’ailleurs plus emballée dans la bande-annonce) que le film se met en route et que tout commence à s’enchaîner rapidement. Plus de blabla ni de détails inutiles. Liam Neeson prend son flingue et commence à mener sa petite enquête dans les rues de notre chère capitale. Grâce à ses anciens contacts, il apprend que Kim a été enlevée par des proxénètes de l’Est et qu’il a environ deux jours pour la retrouver avant qu’elle ne disparaisse à jamais… Une course contre la montre débute et chaque seconde est précieuse : il fera tout pour la ramener à la maison vivante.

Taken te prendra aux tripes par son histoire parce que ça n’a vraiment pas l’air plaisant de se faire kidnapper, encore moins d’être rendue accro à la drogue avant de se faire revendre comme un vulgaire tapis. Amatrice de film d’action au suspense de fou, Taken te plaira à coup sûr. Encore plus si la violence physique ne te répugne pas, parce que ne nous voilons pas la face : Bryan n’y va pas de main morte pour retrouver sa petite Kimmy. Mais bon, les pourris sont des pourris et on ne va pas les plaindre, on est même parfois content qu’ils se fassent dégommer.

Un film d’action pas con con

Le jeu de Maggie Grace, alias Kim (ou encore Shannon dans la série LOST), est certes quelque peu poussé en tant qu’ado surexcitée et agace plus qu’autre chose mais heureusement on ne l’a voit pas tant que ça. Finalement, c’est surtout Liam Neeson qui reste scotché à l’écran. On le suit tout au long du film et il n’y a vraiment rien à dire : l’acteur irlandais est impeccable, comme toujours. Notons également la présence de Famke Janssen, qui n’apporte pas grand-chose au film si ce n’est la preuve qu’elle ne vieillit pas trop mal.
Dans le fond, Taken aborde des questions sérieuses : la traite des femmes, l’immigration, les filières mafieuses implantées en France (et oui, pour une fois, ça ne se passe pas chez les autres)… Le film nous pousse à nous mettre à la place de Kim et à imaginer la vie de toutes ces malheureuses kidnappées mais on s’identifie surtout à Bryan : comment réagirait-on dans une telle situation ? Serait-on prêt à tout, mais alors vraiment tout, même aux pires atrocités, pour retrouver notre unique enfant ?

Bref, je n’ai pas souvenir d’avoir vu un aussi bon film d’action avec un scénario (écrit par Luc Besson, siouplé) solide, cohérant et non dénué de sens comme celui-ci depuis longtemps. Taken est efficace, très prenant et loin d’être une simple tuerie ou un film à tendance xénophobe, comme le laissait entendre la presse d’ailleurs vivement contestée…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire