« Suis-moi je te fuis », la technique de séduction pourrie que j’ai bien fait d’abandonner

Par  |  | 15 Commentaires

Ah, le fameux « Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis »... cette « technique de séduction » populaire dans les romans à l'eau de rose n'a pas rencontré le succès escompté pour Mymy.

« Suis-moi je te fuis », la technique de séduction pourrie que j’ai bien fait d’abandonner

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Sophie Dulac Distribution.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Le 26 juillet sortira en salles My Cousin Rachel, un thriller en costumes adapté d’un roman de Daphné Du Maurier.

Dans ce film, envoûté par sa cousine Rachel, le jeune Ambrose (puis son neveu, Philip) se laisse mener par le bout du nez… et il est possible que son aimée soit animée par de noirs desseins.

Découvrez la bande-annonce de cette adaptation riche en tension sexuelle, avec Sam Claflin et Rachel Weisz, dont madmoiZelle est fière d’être partenaire !

Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis

La cousine Rachel manipule le héros en jouant à « Suis-moi je te fuis », une technique « de séduction » consistant à souffler le chaud et le froid, se montrer tendre puis distante…

Le but ? Lui faire tourner la tête, le mettre en état de manque, pour mieux le manipuler.

À lire aussi : Ma relation toxique et ses conséquences, trois ans après

Et cette technique, elle est présente dans tant d’œuvres « romantiques » que j’y ai eu recours au début de ma vie sentimentale… avant de me ressaisir.

Quand je pensais que le mystère était séduisant

Plus jeune, j’avais peu confiance en moi. Je vous en ai parlé ici : j’ai mis des années à comprendre que je valais quelque chose.

Il était du coup tout à fait impensable pour moi d’approcher un garçon en lui faisant part de mon affection. ET PUIS QUOI ENCORE ? SAUTER EN PARACHUTE ?!

Du coup, j’étais du genre à « donner des indices » et à « signaler discrètement » mon intérêt via diverses méthodes :

  • Croiser le mec le plus souvent possible
  • Le fixer jusqu’à ce qu’il me regarde, puis détourner les yeux
  • Mettre des paroles de chanson équivoques en statut MSN (je suis vieille, laissez-moi)
  • Soupirer et regarder par la fenêtre en espérant qu’il me fixe (ça marchait pas)

Bon, comme vous vous en doutez, rien de tout ça n’est très efficace.

Parce que, croyez-le ou non, ces garçons étaient des personnes avec leur vie propre, leurs préoccupations et leurs objectifs, qui n’avaient pas que ça à foutre que d’attendre le moment où je regardais par la fenêtre pour contempler mon profil.

SENPAI WILL NEVER NOTICE YOU

Et surtout, je fuyais la moindre opportunité d’interagir directement avec les garçons qui me plaisaient. Rongée de timidité, je préférais rêvasser à notre amour plutôt que de lui donner une chance de devenir réalité.

Je pensais que ça me donnait un air mystérieux, intrigant, que les mecs voudraient creuser, découvrir ce qui se cachait sous la surface.

Au final, j’avais surtout l’air d’une meuf pas très sociable ni chaleureuse, et surtout pas intéressée par eux. Pas de Sam Claflin soupirant à mes pieds, ça non.

Suis-moi, je te tends la main !

En grandissant, en gagnant en assurance, j’ai commencé à comprendre que « suis-moi je te fuis », c’est un concept bien con.

En plus, ça va à l’encontre de la base ultime, à savoir le consentement, parce que la suite c’est « fuis-moi je te suis »… alors que si quelqu’un vous fuit, bon, bah laissez-le faire ! Sa décision est prise !

J’ai parlé dans un podcast madmoiZelle sur la drague du fait que j’avais appris à lâcher prise et à être claire sur mes intentions.

Ça ne marche pas à tous les coups, mais c’est beaucoup plus sain de fonctionner dans la transparence que de se languir en espérant que de minuscules indices seront remarqués et suivis par l’autre.

Ça permet de gagner du temps, et ça pose des bases claires : cette relation, si elle doit arriver, est née de l’honnêteté. D’un respect de l’autre qui passe aussi par une communication simple.

Voilà ce que je dirais à la moi d’il y a quelques années si je pouvais remonter le temps !

En attendant la DeLorean, j’irai au cinéma le 26 juillet voir Sam Claflin se débattre dans les filets de My Cousin Rachel… 

À lire aussi : 21 leçons apprises après 21 ans de couple


Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Lala Piriou
    Lala Piriou, Le 3 août 2017 à 13h53

    skippy01
    Une solution: boycotter les comédies romantiques, après tout c'est de leur faute si les gens se font de fausses idées sur la séduction.
    Oui et puis d'abord pourquoi est-ce qu'on met des couples dans toutes les fictions, même dans celles qui ne sont pas centrées sur l'amour ? Les gens célibataires qui sont heureux célibataires, et les gens qui vivent de longues traversées du désert, ça existe, que diable ! A quand des fictions sur eux et sur d'autres aspects (plus) intéressants de leurs vies ? :boxing:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!