The « Stanford Prison Experiment » version 2015 (avec Ezra Miller !) a son premier trailer

The Stanford Prison Experiment est un film indépendant qui traite d'une expérience psychologique menée en 1971 sur des étudiants de l'Université de Stanford. Voici sa première bande-annonce !

Le 16 juin 2015 — The Stanford Prison Experiment a désormais sa bande-annonce officielle ! Au programme : de belles images et de l’angoisse, beaucoup d’angoisse, ce qui donne un bon aperçu du déroulement du film.

Tu assistes d’abord au « casting » des participants à l’expérience. Le chercheur qui l’organise pose à tous la question : « Préfèrerais-tu être un gardien ou un prisonnier ? » — à laquelle Ezra Miller répond : « Prisonnier ça a l’air moins fatiguant ».

Une fois les rôles attribués, on découvre comment l’expérience dégénère peu à peu et bascule dans la violence : les gardiens prennent leur rôle de plus en plus au sérieux, et s’attaquent physiquement et psychologiquement aux prisonniers. The Stanford Prison Experiment promet donc d’être assez fort, et peut-être difficile à regarder.

D’après Indiewire, la sortie du film est prévue pour le 17 juillet prochain aux États-Unis ; date à confirmer en France.

Le 3 février 2015 – Ezra Miller, l’enfant creepy de We need to talk about Kevin et le Patrick du Monde de Charlie (The Perks of being a Wallflower) est de retour dans un film indépendant ! The Stanford Prison Experiment a été présenté le 2 février au festival de Sundance aux États-Unis, pour lequel il a été nommé dans la catégorie film dramatique.

Si tu connais un peu le parcours d’Ezra Miller, tu ne seras pas surprise d’apprendre que le pitch du film n’a rien de léger ni de drôle, au contraire. L’histoire de The Stanford Prison Experiment s’appuie sur une expérience menée en 1971 par un chercheur sur des étudiants à l’Université de Stanford, en Californie, afin d’étudier les effets psychologiques de l’incarcération.

Le professeur Zimbardo a recruté pour cela des volontaires via une petite annonce, auxquels il a attribué aléatoirement les rôles des prisonniers et de gardiens. Les étudiants ont ensuite été enfermés dans le sous-sol de l’université, et bien évidemment, l’expérience a dégénéré : la violence grandit et les personnalités se révèlent.

À lire aussi : Comment réveiller le tortionnaire caché en chacun(e) de nous ?

Billy Crudup, l’acteur de de Public Enemies, qui incarne dans le film le chercheur Philip Zimbardo, a expliqué à ET Online :

« L’une des grandes questions dont traite le film est « Sommes-nous ce que nous pensons être ? ». Cette histoire parle de la manière dont nous n’exploitons pas pleinement notre propre conscience, et du fait que ce que nous pensons être le véritable nous est en réalité le produit de nombreuses situations, institutions et endroits différents. »

Le reste du casting inclut notamment Olivia Thirbly, que tu as peut-être aperçue dans des seconds rôles dans Juno et Sex-Friends, et qui joue ici une professeur de psychologie et amie du chercheur.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • A Kane
    A Kane, Le 16 juin 2015 à 20h35

    Je suis personnellement très dérangée par le fait que dans le film les participants choisissent si ils seront gardes ou prisonniers alors que dans la réalité ils ont été aléatoirement assignés à l'un des deux groupes.

    Ça peut paraître un détail, mais c'est un élément important pour l'interprétation des résultats de l'étude, dans le sens où ça invalide une attribution complètement intraindividuelle au comportement des participants et soutient une interprétation en terme d'influence de l'environnement (les gardes ne sont pas juste des sadiques qui ont volontairement choisi une position de pouvoir pour en abuser, mais des gars normaux dans une situation qui les a poussé à agir d'une certaine façon).

    C'est pas la peine de faire un film sur une expérience de psycho si c'est pour modifier l'histoire d'une manière qui pousse à en tirer des conclusions opposées celles qui sont généralement acceptées par les psychologues.

    Bon faut encore que je voie le film avant de m'énerver complètement, mais si déjà dans la BO de 2 minutes ils altèrent la réalité de cette manière, ça m'étonnerait qu'ils la respectent pendant les 120 autres minutes..

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)