De l’utilité de sourire dans les transports en commun

Brune a eu une révélation il y a quelques jours : en souriant dans les transports en commun, elle démarre sa journée du bon pied. Et si on s'y mettait ?

De l’utilité de sourire dans les transports en commun

— Publié le 30 mars 2011

Il y a quelques jours, j’ai eu une illumination. C’était une journée tout ce qu’il y a de plus banal. Après m’être levée du pied droit, avoir pris une douche beaucoup trop longue et un petit-déjeuner beaucoup trop court, j’ai sauté dans mes Bensimon et j’ai couru dans le métro.

big-se-lever-matin

J’ai bousculé tout le monde pour avoir une place assise (parce que, quand même, être debout pendant 10 minutes c’est difficile pour les jeunes aussi, pas seulement pour les mutilés de guerre et les femmes enceintes), j’ai mis mon casque sur mes oreilles pour écouter beaucoup trop fort une chanson qui met la pêche.

Et puis un homme est rentré dans le wagon, et a commencé à parler. Réaction quasi-immédiate : « Rho non, encore un qui va me demander de l’argent ». Dans les grandes villes, le matin, pas de place à la solidarité, ni à la misère, et surtout pas dans le métro. J’ai quand même discrètement décalé une oreille de mon casque, par culpabilité, et par réflexe.

Et là j’ai entendu « Messieurs-dames, je suis le contrôleur, je vais passer dans le wagon et vous serez prié•es de me présenter votre sourire, sous peine d’amende ». Voilà qui est intéressant ! Après avoir dévisagé les gens qui m’entouraient, j’ai compris qu’il allait y avoir beaucoup d’amendes. Il y avait ceux, gênés, qui faisaient semblant d’être trop occupés à lire le journal et ceux qui se regardaient les uns les autres avec une connivence blasée qui fait froid dans le dos.

big-lettre-ouverte-dame-rer-b-temoignage

Moi, cet homme m’a donné envie de sourire, ce que j’ai fait, imaginant non sans prétention que mon enthousiasme serait communicatif et que la journée allait commencer sous le signe de la bonne humeur. Mais il a fallu que je me rende à l’évidence : j’avais l’air très niaise à sourire, toute seule au milieu de ce wagon.

J’ai donc décidé de suivre la voie du grand Stéphane Hessel, et de m’indigner. Pourquoi diable ne peut-on pas sourire dans les transports en commun ? Lorsqu’on croise le regard d’un•e inconnu•e dans la salle d’attente de chez le médecin, dans la queue chez Carrefour, au comptoir d’un bar ou dans les cabines d’essayage de chez Zara, on sourit non ? En tout cas beaucoup le font, et ça ne choque personne.

En revanche, si quelqu’un vous sourit dans une rame de métro ou un bus, il n’y a que 3 interprétations possible :

  • Cette personne est ivre
  • Cette personne en veut à ton argent
  • Cette personne est là pour pécho.

Nous passons souvent beaucoup de temps dans les transports en commun, et c’est peut-être le moment de faire en sorte que ce temps-là soit agréable, et qu’on ait pas l’impression d’être un zombie parmi d’autres. Je ne parle pas de taper la discute à tou•tes vos voisin•es et d’entamer une danse de la joie dans la rame (quoique, ça pourrait être sympa, et puis ça peut donner de très jolies idées comme ce blog par exemple)… Juste d’oser sourire aux gens qui nous entourent, sans avoir peur de paraître niais•e.

big-navie-super-gentil-interview

Là par exemple, je sais que j’ai complètement l’air d’un Bisounours à militer pour le sourire en mode « si tout le monde se tenait la main, gnagnagni gnagnagna »… Mais je m’en tamponne, parce qu’il y a toujours une petite dose de ridicule lorsqu’on se lance dans un mouvement planétaire, au tout début (si si, planétaire, vous avez bien lu).

Donc je mets ce ridicule de côté, je sors mon porte-voix et j’appelle les gens du monde entier à sourire dans les transports en commun !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 51 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • PousseMoussue
    PousseMoussue, Le 12 octobre 2016 à 19h21

    @Lou-A. : Je suis tellement d'accord avec toi, tu as dit tout ce que je pensais. Je comprends vraiment pas ce que ça peut faire la tête que fait quelqu'un d'autre, un ou une inconnu/e à qui ont a jamais parlé et à qui on ne parlera probablement jamais :dunno:
    Si on arrêtait avec les injonctions de ce style ce serait cool, moi ce contrôleur me foutrait plus les nerfs que sourire. J'en ai marre qu'on s'autorise à dire aux autres comment iels doivent se tenir/s'habiller/whatever. Laissons les gens faire la tête qu'ils veulent sérieux, perso y'a eu plein de fois où j'ai vraiment, vraiment fait la gueule dans les transports (pas visage neutre hein, la gueule réellement) pour des raisons bien particulières et vraiment pas joyeuses, et franchement j'aurai trouvé ça déplacé qu'un/e inconnu/e (ou pas d'ailleurs) tente de me forcer à sourire sans raison juste parce que ça lui fait plaisir à elle/lui.
    Parce que là, c'est un peu ça : on en a rien à battre de pourquoi les gens font la gueule, on veut juste qu'ils sourient parce que "quand même, c'est plus joyeux comme ça hein". Ben non. Moi je trouve que ça se fait pas.

    Edit : Et à côté de ça je le redis mais : oui, y'a la blinde de types qui prennent un sourire pour une invitation, même si c'est pas le cas voir que ça leur était pas destiné. Moi je préfère m'épargner ça sincèrement.

Lire l'intégralité des 51 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)