Cent soubrettes japonaises cuisinent des pancakes dans une pub beaucoup trop WTF

Pour vendre ses poêles, la marque FlavorStone met en scène des soubrettes joyeuses. C'est drôle, mais un peu... gênant.

Sache-le : sur une planète pas si lointaine (la nôtre), et un pays certes pas si proche, le Japon, il existe des gens prêts à tout, et encore plus à n’importe quoi, pour te vendre des ustensiles de cuisine. Le site Ufunk a déniché une publicité pour la marque de poêles à frire antiadhésives FlavorStone, qui met en scène une centaine de petites nanas japonaises habillées en soubrette, qui se relayent pour passer un pancake de poêle en poêle afin que celui-ci puisse être délivré tout beau tout chaud à leur maître.

Alors oui, c’est bien joli, tous ces jeunes filles gracieuses en mini-robe et tablier qui font des galipettes sur une musique à peu près aussi entêtante que le générique d’Hamtaro… Mais un seul visionnage suffit pour réaliser qu’il n’y a pas que le pancake qui est un peu fumant dans cette histoire !

Certes, le Japon est un habitué des pubs WTF et le spot ne se prend pas au sérieux. Mais le concept est un peu perturbant : voilà donc 100 petites nanas dans une tenue qui ferait un chouette cosplay, mais qui tient à la fois de la bonniche et du fantasme, tout ça pour vendre du matériel de cuisine ! Et lorsque 100 femmes se plient en quatre pour qu’un vieil homme puisse manger son fichu pancake, sexisme, je crie ton nom (oui, encore).

En plus, le produit est sérieusement décrédibilisé. Parce que franchement, si la poêle était si efficace que ça, il pourrait bien se le cuisiner tout seul, son petit déjeuner. Ce n’est pas comme si la recette était compliquée !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mircea Austen
    Mircea Austen, Le 15 janvier 2015 à 17h43

    J'ai vu des pornos qui commençaient comme ça.......

    Mais c'est un constat que je fais souvent.

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)