Soraya, Delphine et Anaïs, stagiaires à l’ONU à New York

Elles sont françaises, titulaires d’un diplôme de Sciences Politiques et travaillent pour le Système des Nations Unies à New York. Situé sur les bords de l’East River, l’ONU tente de réguler, depuis 1945, les relations internationales. Delphine, Soraya et Anaïs me racontent leur ville d’adoption… madmoiZelle.com : Qu’est-ce qui dans votre parcours, vous a amené […]

Soraya, Delphine et Anaïs, stagiaires à l’ONU à New York

Elles sont françaises, titulaires d’un diplôme de Sciences Politiques et travaillent pour le Système des Nations Unies à New York. Situé sur les bords de l’East River, l’ONU tente de réguler, depuis 1945, les relations internationales.
Delphine, Soraya et Anaïs me racontent leur ville d’adoption…

madmoiZelle.com : Qu’est-ce qui dans votre parcours, vous a amené à New York ?
Delphine : Pour moi, ça correspond à un souhait. Cet emploi aux Nations Unies était l’occasion de revenir dans cette ville, j’avais déjà vécu ici il y a quelques années… Donc c’était un souhait tant sur le plan professionnel que personnel.
Soyara : C’est le hasard qui m’a amené ici. Je voulais travailler pour l’ONU pour lequel j’avais déjà fait deux stages en Europe et en Afrique. L’offre correspondait à ce que je cherchais et c’est vrai qu’il y avait l’attrait de venir à New York.
Anaïs : Moi aussi, c’est le hasard. Je cherchais avant tout un stage en rapport avec les relations internationales, et c’est vrai qu’en voyant l’annonce je n’ai pas hésité pour postuler.

madmoiZelle.com : Quelle image de la ville aviez-vous avant d’y arriver ?
Soraya : L’image de Sex and the City, une grande ville avec des buildings partout… Plus sérieusement, j’avais deux points de vues : des gens qui me disaient que c’était tellement grand qu’on se croyait dans une jungle humaine, et d’autres qui au contraire me disaient qu’on s’y sentait très vite chez soi.
Anaïs : L’image de jungle urbaine aussi. J’étais déjà venue en touriste et je ne pensais pas pouvoir y vivre. Ça me paraissait trop intense, très dense, tout le temps en mouvement, c’est l’image que ça m’avait laissé.

madmoiZelle.com : Et après quelques mois ici, qu’en est-il de ces a priori ?
Soraya : Je trouve, qu’au final, c’est pas si grand que ça en a l’air. On s’approprie vite les lieux.
Delphine : En ce qui me concerne, je trouve ça moins stressant que ça ne le paraît. Moins stressant que Paris à bien des égards !
Anaïs : Je reste sur l’idée qu’ici tout va très vite, le rythme des choses est impressionnant, à tous les niveaux. Les gens partent et viennent très rapidement, personne ne semble vraiment être d’ici. Ce turnover permanent amène aussi à une énorme diversité culturelle, et même si je le savais avant de venir, c’est quelque chose qui me marque tous les jours.

madmoiZelle.com : En quoi consiste votre mission à l’ONU exactement ?
Soraya, Delphine : Nous travaillons toutes les trois dans le domaine économique et social sur des thèmes comme le développement de l’Afrique, la lutte contre la pauvreté, la question de l’égalité hommes/femmes, des thèmes importants pour à l’ONU. …
Concrètement, on défriche les terrains pour les diplomates avant les discussions des résolutions.

madmoiZelle.com : En quoi être à l’intérieur du système Onussien a changé votre vision de l’institution ?
Soraya : En ce qui me concerne, être à l’intérieur m’a fait réaliser que ca n’était pas toujours aussi efficace que ça devrait l’être. C’est souvent beaucoup de discussions pour au final peu d’avancées concrètes sur le terrain.
Delphine : D’un point de vue professionnel mais aussi personnel, j’ai réalisé à quel point il était enrichissant d’être confrontée quotidiennement à des cultures différentes. Mais c’est aussi cette diversité et les différences de mentalité et de culture qui amènent à une certaine lenteur et parfois à un manque d’efficacité. Il faut en permanence s’adapter à l’autre, c’est enrichissant mais ça prend du temps.

madmoiZelle.com : Pour revenir à New York, quelle est la première chose que vous avez fait en arrivant dans la ville ?
Soraya : J’ai sorti mon appareil photo et j’ai marché dans les rues, comme ça, au hasard… Je crois que le premier jour, j’ai descendu Broadway de la 96e rue à Times Square, sans but précis. Quand on sait que l’on est là pour un bout de temps, on ne se précipite pas forcément sur les choses les plus touristiques, alors j’ai juste pris le temps de me balader un peu, appareil photo entre les mains.
Anaïs : Je savais que j’aurai le temps de découvrir, donc de suite, comme je n’avais pas de logement, j’ai cherché un appartement.
Delphine : Pour ma part, comme je connaissais déjà bien la ville, j’ai été à un brunch dans Nolita avec des amis.

madmoiZelle.com : Votre endroit préféré dans la ville ?
Delphine : Peut-être pas très original, mais je vais dire l’ONU… Central Park aussi, et bien sûr les centaines de cafés et restaurants qui se trouvent Downtown..
Soraya : J’aime beaucoup le Brooklyn Bridge, aussi touristique qu’il soit, je le trouve vraiment très beau.

madmoiZelle.com : Y a-t-il un endroit trop peu connu de NY que vous conseilleriez aux madmoiZelles de visiter ?
Soraya : Moi, je leur dirais de sortir un peu de Manhattan si elles en ont le temps. Dans Brooklyn, il y a vraiment des trucs sympas. Williamsburg, par exemple, est un quartier qui mérite vraiment le détour.
Delphine : La plage… On associe peu New York à la plage, pourtant à 45 minutes de métro de Manhattan, il y a vraiment des plages superbes.

madmoiZelle.com : Un défaut que vous trouvez à cette ville ?
Soraya : On a parfois vraiment l’impression de marcher sur les poubelles… Pour le pays le plus riche du monde, je trouve que c’est relativement sale.
Delphine : Comme on le disait, la ville vit 24h sur 24h, y’a pas de temps de récupération, pas de temps off… Mais, ça pourrait être pire, disons…
Anaïs : Je trouve aussi que parfois ici tout est TROP… Trop tout, trop de gens, trop de consommation, trop de bruit… Y’a un coté à profusion qui peut faire peur.

madmoiZelle.com : Quel est le film ou le livre qui illustre le mieux le New York dans lequel vous vivez ?
Soraya
: Ca ne serait pas forcément un film ou un livre mais plutôt une série : Sex and the City, même si c’est vrai que je n’ai pas les moyens de vivre comme elles, que je ne peux pas aller dans les même lieux.
Anaïs : Moi ça serait plus les séries policières style Law and Order… Le rythme, la densité, la rapidité de la ville y est bien décrite, et puis ils sortent de Manhattan !
Delphine : Le film de Woody Allen, Melinda & Melinda, la pièce Central Park West du même auteur, et enfin Friends !

madmoiZelle.com : Pour finir, qu’est-ce qu’une madmoiZelle à New York en 2008 ?
Anaïs : Une célibataire qui va en « date »…
Delphine : Une hyperactive multiculturelle !!!!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Chouboup
    Chouboup, Le 23 septembre 2008 à 19h02

    d''accord avec toi on se cultive tout en prenant plaisir à lire les expériences de toutes ces personnes qui nous montrent que quand on veut on peut... :)

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)