Le snowboard – Les madmoiZelles & leur sport

Le snowboard est à l'honneur, après le ski, dans ce nouvel article « Les madmoiZelles & leur sport » !

Le snowboard – Les madmoiZelles & leur sport

Dans le monde impitoyable des sports d’hiver, il existe la fameuse petite gué-guerre entre les skieurs et les snowboarders ! Après avoir abordé le ski il y a deux semaines, il est temps de s’intéresser à son cousin sans bâton !

Il existe différents styles de planches, à utiliser selon la pratique choisie (les madmoiZelles vous en parleront plus tard dans l’interview). On distingue ainsi plusieurs disciplines :

  • les courses, qui sont semblables à celles du ski (des descentes, des slaloms…)
  • le boardercross : 4 snowboarders s’élancent ensemble sur une piste jalonnée de virages et de tremplins ; passées les phases de qualifications où seul le temps compte, c’est le premier qui passe la ligne d’arrivée qui gagne la course
  • le freestyle : ou snowboard acrobatique, qui consiste à réaliser des figures dans un snowpark à l’aide de tremplins divers
  • le jib : qui s’apparente de près au freestyle mais qui consiste à utiliser différents objets présents dans le paysage pour réaliser des figures, se pratique donc beaucoup en ville

Quand le snowboarder ride avec le pied droit devant, on dit qu’il est en position goofy, quand il est pied gauche devant, on dit qu’il est en position regular. Enfin, lors d’un saut, lorsqu’il attrape sa planche avec sa main, il fait un grab ! Maintenant que vous savez tout ceci, vous pourrez regarder les Jeux Olympiques de l’année prochaine en toute sérénité (d’ailleurs, sachez que le snowboard a été intégré assez tard aux JO, puisqu’il n’a fait son apparition qu’en 1998 à Nagano) !

Au même titre que que la Coupe du monde de ski alpin, la Coupe du monde de Snowboard se déroule en ce moment même (elle a débuté en août 2012 pour se terminer fin mars 2013, et emmène les snowboarders aux 4 coins du monde). Actuellement, les Français ont récolté 6 médailles !

Qu’en disent les madmoiZelles qui pratiquent ?

Quatre snowboardeuses ont répondu à mes questions entre deux descentes de pistes : Mayline, 17 ans, 5 ans de pratique, ride à Puy Saint Vincent 1600 ; Émilie, 31 ans, 17 ans de pratique, ride dans la vallée du Mont Blanc (St Gervais, Combloux, Les Houches, Chamonix) ; Raphaëlle, 24 ans, 9 ans de pratique, ride à Méribel ; Ida, 19 ans, 4 ans de pratique, ride à Samoens (74), Les Carroz (74), Les 7 Laux (38).

Émilie et Mayline

Quelles sont selon toi les qualités essentielles à la pratique du snowboard ?

Raphaëlle : « Avoir une bonne forme physique, aimer la neige (ça rend plus facile le moment où on tombe dedans) et aimer les sensations fortes : rien de mieux que de se retrouver face à la pente ! »

Ida : « De bons genoux et en général de bonnes articulations ! Je dirais que le snowboard est assez intuitif ; pas besoin d’avoir des années de ski derrière soi. Personnellement, je n’avais pas mis les pieds sur les pistes depuis pas mal d’années avant de commencer le snowboard, et je n’ai même pas la première étoile ! »

Émilie : « Il faut garder une âme de gosse pour avoir envie de toujours s’éclater, être un peu folle, être rapide pour savoir s’adapter aux conditions ! »

Que recherches-tu dans la pratique du snowbord ? Qu’est-ce qui te plait le plus ? Et au contraire, quelles sont les petits contraintes liées à une pratique régulière ?

Mayline : « Ce qui me plait le plus c’est le fait de ne plus m’encombrer de bâtons, et de pouvoir m’asseoir un peu partout sans galérer pour me relever sur une piste. Et surtout, le confort des chaussures de snowboard ! »

Émilie : « Ce que je recherche c’est l’adrénaline, la vitesse, la rencontre avec un milieu qui nous raconte une histoire. »

Raphaëlle : « Le truc qui envoie du pâté, forcément c’est le cadre. La montagne, c’est pas seulement magnifique, ça te rappelle que finalement au milieu de tout ça on est pas grand-chose. Après, et ça va avec, il y a les sensations. L’ambiance aussi, le côté journée entre potes. Faire du sport sans avoir l’impression d’en faire, c’est quand même génial ! La contrainte principale, en tout cas pour moi, c’est le retour à Paris… »

 

Ida : « Le kiff c’est aussi le mélange d’euphorie et d’adrénaline que tu ressens juste avant la première descente de la saison. D’ailleurs, en parlant saison, heureusement que ces types de forfait existent, sinon je dirai que le GROS problème du snowboard c’est le prix des remontées. »

Mayline : « Sur une pratique régulière, les seules contraintes relevées sont les courbatures et une petite douleur au coccyx quand on tombe souvent au début ! »

Raphaëlle

Le prix de l’équipement complet n’est-il pas trop élevé ? Existe-t-il plusieurs formes de planches ? Pour quelles pratiques sont-elles recommandées ?

Émilie : « Comme dans tous les sports, vous trouverez du matériel très cher avec des marques de niche mais il y a aussi des marques qui offrent du matériel abordable. L’important c’est de bien savoir quel usage vous allez avoir de votre planche : niveau, style de ride… Pour le snowpark, les tricks et les jibs, il faut une planche freestyle (planche plus courte, plus légère, plus souple et twin tip). Pour les courbes, le slalom et la vitesse sur piste, il faut une planche alpine/carving. Pour une planche plus polyvalente « all mountain » qui va bien sur piste, hors piste et quelques jump, il faut une planche freeride. Mais il existe encore plein d’autres types de snowboard reliés a différentes pratiques ! »

Raphaelle : « Si on pratique assez souvent, l’équipement s’amortit assez bien. Sinon, mieux vaut louer son matériel ! Je sais d’ailleurs qu’il est possible de le réserver à l’avance et de bénéficier de réductions sur ce site : skidiscount.fr (mais je n’ai jamais testé) »

Ida : « Le prix de l’équipement, sans compter les vêtements (boots, masque, casque…), peut paraître assez élevé : pour ma part ma planche (fixations incluses) a coûté 300€. Mais, pour quelqu’un qui vise une pratique régulière, je peux vous dire que c’est largement amorti ! »

Quelles sont les valeurs que t’a enseigné la pratique du snowboard ?

Émilie : « Le courage, le dépassement, l’humilité. »

Raphaëlle : « Ce que cela m’a enseigné de plus important, c’est de comprendre que pour prendre son pied dans un sport (celui-là comme dans d’autres) il n’y a pas besoin d’être le/la meilleur-e. Je ne vais peut-être pas être capable de m’engager sur les gros modules du snowpark, mais ça n’empêchera pas ma journée d’être au top. De toute façon, on a toujours une marge de progression, et c’est aussi ça qui est intéressant. »

Ida : « Pour moi le snowboard c’est un idéal de liberté. Mais c’est aussi très lié au respect : de la nature, car c’est elle qui nous prête notre extraordinaire terrain de jeu ; et des autres bien sûr, on ne le répète jamais assez mais « Mec, t’es pas tout seul sur la piste ». »

Quelle discipline préfères-tu dans le snowboard et pourquoi (course, boardercross, freestyle…) ?

Mayline : « Le freestyle, c’est vraiment la discipline que je préfère dans le snowboard. Le fait de faire des figures m’a toujours intéressé et la satisfaction ressentie quand un trick est rentré est particulièrement séduisante ! J’adore ça, vraiment. »

Émilie : « On me voit rarement sur un snowpark, par contre boardercross, freeride, carving… J’adore la vitesse, la poudreuse, quelques petits tricks mais j’aime pas trop avoir la tête à l’envers ! »

Raphaëlle : « Le freeride. Surfer sur la poudreuse… on a presque l’impression de voler ! »

Ida : « Je n’ai pas 10 ans de pratique derrière moi, mais je peux dire que pour y avoir goûté, la poudreuse c’est le pied ! Mais tout ce qui est course ou contests, j’accroche pas. Le snowboard c’est pour moi un moyen d’évasion, je ne veux pas que ça devienne une source de stress ou de contrainte. C’est pour ça que je ne veux intégrer aucun club. En revanche le Jib me tente bien, mais on a pas assez de neige dans la rue… »

Qu’est-ce qui t’attire plus dans le snowboard que dans le ski, plus « traditionnel » ?

Ida : « Honnêtement? Je ne sais pas. Vraiment. Je n’avais pas fait de ski pendant des années, j’ai voulu essayer quelque chose de nouveau. Et comme il est de bonne guerre de se vanner entre skieurs et snowboardeurs, je n’ai qu’une chose à dire : nous, on a des boots, on peut marcher. »

Raphaëlle : « Très sincèrement, ce qui m’a attirée au début, c’est que j’en avais marre de me trimballer mes deux skis, mes bâtons, d’essayer de marcher sans avoir l’air d’un clown avec mes pompes de ski… Alors j’ai voulu essayer le snow, comme ça, pour voir, et c’est vrai qu’une fois qu’on a compris le truc, les sensations sont là très vite, au moins aussi intéressantes qu’en ski, bien que différentes. »

Quel-le-s sont les snowboarders français-es et internationa-ux-les que tu admires le plus et pourquoi ?

Émilie : « Dans ceux qui me font rêver depuis toujours : Terje Haakonsen, Axel Pauporté, Doriane Vidal. Dans la nouvelle génération : Jess Kimura très rock’n roll, j’adore Defender of awesome, Gigi Ruf et Enzo Nilo, des styles très différents mais c’est ça qui est bon ! »

Mayline : « Shaun White est vraiment le snowboarder que j’admire le plus au monde : il fait vraiment des sauts magnifiques (et il est roux) ! Sinon Craig Kelly était vraiment bon dans ce domaine la aussi, il a gagné quatre fois les championnats du monde quand même ! »

Ida : « Les Frères Xavier et Victor de Le Rue, Arthur Longo du côté des français. A l’international, je suis particulièrement fan des mecs de Gnarly (aussi connus comme Givin, leur boîte de prod vidéo). Ces types sont juste dingues ! Ils font du jib de malade et j’aime leur façon de voir le snowboard, une espèce de volonté de retour aux sources, de pas se prendre au sérieux et de rester un peu éloigné de la grosse industrie que c’est devenu. »

Infos et liens

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire