#ShePersisted, ou quand une remarque condescendante devient un mème féministe

Par  |  | 5 Commentaires

Parfois, en menant un combat, on devient un symbole. Voici l'histoire d'Elizabeth Warren, la sénatrice qui est devenue un mème après s'être levée contre la politique de Trump.

#ShePersisted, ou quand une remarque condescendante devient un mème féministe

« Elle a été prévenue, on lui a expliqué pourquoi, néanmoins elle a persisté. »

C’est avec ces mots symboliques que Mitch McConnell, leader de la majorité au Sénat américain, a réduit au silence la sénatrice démocrate du Massachusetts Elizabeth Warren, mardi 7 février dernier.

Une semaine après, on pourrait s’attendre à que ça ne soit plus de l’actualité à traiter. L’information va vite sur Internet, nous avons eu le temps de passer à autre chose…

Sauf que cette phrase résonne comme le résumé de la vie de nombreuses féministes : on leur a dit de ne pas se lancer, elles l’ont fait, et souvent, elles ont réussi.

« She persisted » (« Elle a persisté » en français) sont les deux mots qui sont devenus un hashtag viral sur les réseaux sociaux.

Sous cette étiquette, de nombreuses personnes rendent hommage à toutes ces femmes qui, elles aussi, ont persisté et qui sont arrivées loin grâce à leur persévérance.

« Néanmoins, elle a persisté » : une phrase devenue symbolique

Rapidement, cette phrase prononcée par le leader de la majorité au Sénat américain est devenue un hashtag (#NeverthelessShePersisted ou simplement #ShePersisted) qui s’est répandu comme une traînée de poudre sur Internet.

Des montages ont été publiés avec ces femmes qui, elles aussi, ont persisté.

Pour toutes les femmes qu’on a tenté de réduire au silence. 

Sur Twitter, une illustration a également été énormément relayée. À son origine on retrouve l’artiste Courtney Privett.

On y lit bon nombre de remarques auxquelles doivent faire face les femmes au cours de leur vieTu cours comme une fille », « C’est un travail d’homme » ou encore « Elle le cherchait bien »).

Des magazines ont aussi décidé de rendre hommage à cette phrase, à l’image d’Upworthy qui compile les histoires de 25 femmes qui ont résisté malgré ce qu’on leur avait dit.

On peut également déjà acheter des t-shirts et objets de décoration avec cette citation sur Etsy.

Derrière ce slogan, l’histoire d’une sénatrice qui ne s’est pas tue

Derrière cette phrase désormais mythique, on retrouve une histoire tout autant symbolique racontée par le HuffingtonPost.

La semaine dernière, le 7 février, Elizabeth Warren, sénatrice démocrate, a tenté de lire au Sénat une lettre de Coretta Scott King, femme de Martin Luther King. Rédigé en 1986, ce message avait à l’époque encouragé le Sénat à rejeter la nomination de Jeff Sessions.

Le 8 février dernier, un vote allait avoir lieu au Sénat pour confirmer le poste de procureur général des États-Unis à ce même Jeff Sessions. Il est désormais confirmé à ce poste.

L’élocution d’Elizabeth Warren a été interrompue, la forçant à finir sa lecture plus tard, dans une vidéo Facebook qui compte à l’heure où j’écris ces lignes plus de 12 millions de vues.

Pour information, on reproche à Jeff Sessions son opposition à l’avortement, à l’immigration et au libre-échange. La lettre, elle, parle du racisme de cet homme.

Nous aussi, persistons

Même si la tentative de la sénatrice Elizabeth Warren n’a pas été soldée d’une réussite totale, elle encourage à l’action. On en parle, cela aide à nous aussi, prendre conscience que des actions sont possibles.

Mieux, cela a permis de créer le hashtag qu’il manquait pour rendre hommage à toutes ces femmes qui ont, elles aussi, persisté.

Et s’il fallait une dernière preuve que cette phrase est en train de devenir une réplique culte… Sachez qu’elle a déjà sa page sur Know Your Mème, un site qui, comme son nom l’indique, recense les mèmes d’Internet !

big-penelope-bagieu-culottees-interview

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (5) Facebook ()
  • Zazouyeah
    Zazouyeah, Le 21 février 2017 à 14h42

    @mélishnek : d'après ce que j'ai compris, le "Senate Majority Leader" (républicain) a utilisé une des sections de la règle 19 du sénat qui dit en gros qu'aucun sénateur ne peut dénigrer ou remettre en question la valeur/les capacités d'un autre membre du sénat (https://www.bustle.com/p/what-is-se...-cant-debate-jeff-sessions-confirmation-36460). Les républicains (en majorité au sénat), on validé cette objection (sans voter formellement), malgré le fait que ce discours n'avait pas été écrit par la sénatrice (démocrate) mais bien par l'activiste Coretta S. King (lettre déjà présentée au sénat pour plaider contre la nomination du même gars en tant que juge fédéral il y a 30 ans) et qu'il critique plutôt sa capacité à être procureur général des USA que sénateur (du fait qu'il a quand même un passé assez douteux en terme d'acharnement contre les personnes de couleur http://www.usatoday.com/story/news/...ama-shaped-sen-jeff-sessions-career/94088186/).

    Le hic c'est surtout que cette règle est très très rarement utilisée, sa dernière utilisation daterait de 1979 (lorsqu'un sénateur avait traité un autre d'idiot et de perfide, depuis lors elle est plutôt brandie pour rappeler les sénateurs à l'ordre sans réelle exclusion) et que s'il avait voulu être cohérent, le même sénat aurait du l'appliquer dans pas mal d'autres cas ces dernières années (https://www.washingtonpost.com/news...very-loosely-enforced/?utm_term=.ee4fcfd532b0). Sauf qu'en fait le sénat fait apparemment un peu ce qu'il veut en matière de règles, puisqu'il est seul juge en la matière la majorité l'emporte sur toutes ces questions..

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!