Sélection de clips #4 : Best of MTV

MTV ayant diffusé chacun de ces clips 1 234 485 fois, passer à côté reléverait presque de l’exploit ou de la haute trahison. Tu connais cette sélection. Le contraire est impossible, à moins que tu aies vécu au fin fond de l’Albigeois de 1995 à 2004, des boules Quiès (TM) dans les esgourdes et refractaire […]

Sélection de clips #4 : Best of MTV

MTV ayant diffusé chacun de ces clips 1 234 485 fois, passer à côté reléverait presque de l’exploit ou de la haute trahison. Tu connais cette sélection. Le contraire est impossible, à moins que tu aies vécu au fin fond de l’Albigeois de 1995 à 2004, des boules Quiès (TM) dans les esgourdes et refractaire à l’idée d’entendre le moindre Fa dièse.

A présent, tu n’as plus qu’à faire comme si on était dix ans plus tôt, tu es en train de sécher les cours (on est en mai c’est bon, c’est les vacances quoi) / tu as une insomnie / tu rentres de boîte, bref, c’est un peu la glande et ton seigneur c’est la chaîne 74, j’ai nommé MTV. Let’s go :

Maria Maria, c’est en vrac : le début de la mode latino et des foulards façon gitane autour du cul, l’avènement des vêtements rouges et des mensonges à propos d’improbables origines espagnoles (ne mens pas je sais que tu l’as fait aussi).

Chargement du lecteur...

 

Ouais, quand Kurt est mort on a toutes un peu pleuré. Moi je jouais au jeu des sept familles quand la nouvelle est tombée et franchement, une partie de mon âme d’enfant s’est envolée avec cette triste annonce. Heureusement, MTV avait eu la bonne idée d’organiser des concerts Unplugged avant que ça ne sente le sapin, on a eu chaud au cul :

Chargement du lecteur...

On rhabille la gamine, parce qu’une chanson de Nirvana unplugged sans une deuxième chanson de Nirvana unplugged, c’est comme un baiser sans moutarde ou manger le chocolat du Kinder et devoir laisser la surprise à un petit neveu, fuck.

Allez, enlève tes Doc Martens et chaloupe un coup, en l’honneur de ce clip dont -personnellement et même après m’être tapé deux millions de séries en VO- je ne comprends toujours pas l’introduction, lol.

On ne peut pas parler de best of sans évoquer la grande époque J-Lo, où il lui suffisait de se promener en pyj dans son couloir pour affoler le chaland. Ambiance sensoual, à base de total look blanc et de moue ingénue, J-Lo je te dédie toute mon adolescence.
p.s : Faut quand même noter que le mec qu’on voit devant son ordi a du ROUGE A LEVRES

En fait, la chanson pourrait être vraiment culte si Lord Kossity ne disait pas à une fille qu’il veut séduire « ondule comme un ver de terre » juste après avoir effectué une petite cabriole (0’38). A noter, l’air juvénile des deux Loulous et la dame qui fait du rodéo sur une mini voiture. Lol quoi.

Je n’ai pas commencé par Thriller pour que tu ne te dises pas : « cette sélection ne va rien m’apprendre« . Mais je ne pouvais pas passer à côté. Allez, ouvre gros tes globes occulaires et danse to di left, to di right ! to di left, to di right comme Michael. Une pensée pour lui, on sait qu’il tente le come back pour cause de cheikh en bois d’amour de la scène.

Lors de ma crise d’adolescence #123, mon but ultime c’était de comprendre pourquoi les Daft Punk avaient choisi cette mise en scène géométriquement parfaite. Et puis dernièrement j’ai entendu que c’était juste un délire, heureusement que j’ai pas appris ça avant mes 16 ans, sinon je me connais j’aurais pris mon sac Chiemsee et j’aurais fait du stop au moins jusqu’à Colmar.

Chargement du lecteur...

Pour montrer combien il était fier d’être américain, Tom Sawyer courait pieds nus sur les bords du fleuve Mississipi. Le jeune garçon de ce clip a une conception toute différente du patriotisme. Il s’engage dans l’armée US pour aller faire la guerre en Irak, le tout sans en parler à sa copine au préalable… Memories de l’année 2003″, tension :

Je crois qu’une chanson vaut mieux qu’un long discours. Big up au mec qui a la même tête que Jean Paul Gaulthier sauf avec les cheveux verts.

Attention, séquence bouillon de culture : De prime visu (j’espère que tu saisis le sens de cette expression que je viens tout juste d’inventer) Eminem n’a pas l’air de celui qui va définir « le style Eminem ». Et pourtant, avec ce clip il introduit son state of mind, permet à des millions de blancs d’avoir le droit de rapper sans rougir. lol

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 18 mai 2009 à 1h22

    Super sélection ! Surtout pour Prodigy didonc, ça fait très longtemps que j'ai pas vu le clip !
    Ahlala quand même les 90's ça a été une super décennie côté musique.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)