Trois BD pour avoir chaud dedans même s’il fait froid dehors

Les cours reviennent, le boulot reprend, les partiels arrivent... Tout ça ne t'enchante pas ? Bonne nouvelle ! Voici quelques BD qui te redonneront le sourire.

Trois BD pour avoir chaud dedans même s’il fait froid dehors

Le mois de janvier commence, et avec lui vient le temps tout pourri qui sert à rien. Car si décembre est froid, il est n’en est pas moins accompagné de Noël, donc ça va. Mais en janvier, il n’y a RIEN de bien (à part la galette mais c’est déjà fini) (et les soldes, ok). Alors pour t’aider à affronter ce mois nul, je te propose de découvrir quelques BD qui donnent chaud au cœur à défaut de donner chaud au corps !

Le viandier de Polpette (Gallimard)

Tu connais peut-être Lou, la série mythique de Julien Neel. Celle-ci a remporté un énorme succès, et c’est souvent cette œuvre qu’on cite quand on parle de l’auteur. Mais laisse-moi t’en présenter une qui vaut aussi le détour.

Le viandier de Polpette raconte l’histoire d’une petite communauté vivant dans une auberge cachée tout au fond d’une forêt. Le propriétaire de l’auberge, Fausto, est un jeune héritier immature qu’on a envoyé ici pour qu’il n’embête personne. Il vit entouré des quelques clients durables de l’établissement, de ses employés, et surtout de Polpette, son cuistot.

Au fil des pages, tu découvriras les aventures de cette petite troupe, mais aussi les recettes de cuisine de Polpette. L’album est scénarisé par Olivier Milhaud, qui est aussi féru de cuisine. Et c’est ce qui fait toute la beauté du livre : sous les traits de Julien Neel, la forêt et l’auberge sont printanières, reposantes, ensoleillées… Et le récit et agrémenté de quelques recettes qui ne prennent généralement qu’un tiers de page, mais qui font gargouiller le ventre !

L’univers pastel et la diversité des personnages donnent vraiment un côté bucolique à la BD : à chaque lecture (car évidemment je l’ai lue plein de fois), je m’y suis plongée entièrement, au point de décrocher de la réalité.

Saveur Coco (Dargaud)

Saveur Coco est sans nul doute l’une des BD les plus barrées que j’aie pu lire. Deux amis, Jiri et Polka, sont perdus en plein désert, sans eau. Et ils s’ennuient ferme. Au lieu de rester plantés là, ils décident de partir au hasard afin de trouver de quoi étancher leur soif. Sur leur route, ils rencontreront quelques personnages bizarres qui ne leur seront d’absolument aucune aide. Et le seul poisson qu’ils verront… volera dans le ciel.

L’histoire entière est complètement absurde. Mais le plus étrange, c’est qu’elle donne chaud. Très chaud. Au fil de ta lecture, tu te surprendras à avoir la bouche pâteuse, et à rêver comme les protagonistes à un grand verre d’eau fraîche…

Les planches sont joliment ordonnées, et enluminées à la façon de pictogrammes mexicains. Quand aux couleurs, elles sont très claires, voire aveuglantes. Même les planches qui se passent en pleine nuit m’ont donné l’impression d’être accablée sous la chaleur mexicaine !

Portugal (Dupuis)

Cet album a eu beaucoup de succès et même si tu ne t’intéresses pas à la bande dessinée, tu en as sans doutes entendu parler. Mais comment passer à côté de Portugal dans une sélection de BD sur le soleil et la chaleur ?

C’est l’histoire d’un jeune homme qui revient dans le pays de naissance de ses parents (le Portugal, donc, pour celles du fond qui suivent pas), après une rupture douloureuse. Ennuyé par son travail, déçu par ses relations humaines, il s’installe momentanément dans un petit village portugais, au milieu de sa famille qu’il connaît à peine…

Les couleurs sont saturées, souvent dans des tons ocres, des couleurs chaudes. Les paysages sont magnifiques et comme brouillés par la chaleur de l’été. Mais ce qui est apaisant surtout, c’est cette quiétude qui enrobe l’histoire. Le personnage principal traverse des galères, mais tout le long de ma lecture je me suis sentie comme en plein mois d’août, lorsque tout est au repos.

D’ailleurs, la plupart des livres de Pedrosa valent le coup d’oeil. Ses thèmes et les émotions qu’il crée sont extrêmement variés, si bien que d’un album à l’autre, seul le trait est le même.

Et si après avoir lus ces trois albums tu ne transpires pas à grosses gouttes, je mange mon chapeau. Mais comme j’en ai pas, je prends pas trop de risques.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sololli
    Sololli, Le 6 janvier 2014 à 23h52

    Renaud Dillis (le dessinateur - coloriste - scénariste de saveur coco) a fait une autre BD absolument génial qui s'appelle Abélard. Je ne sais pas si elle vous donnera chaud, mais en ce qui me concerne, elle m'a plutôt tordu les boyaux (ou broyer les tripes, selon ses préférences). Un univers plein de douceur, de cruauté parfois, de poésie et d'espoir.
    Merci pour cet article, maintenant je meure d'envie de lire toutes ces belles choses!

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)