Les SDF sont invisibles, même pour leur propre famille

Si votre propre sœur était une SDF croisée dans la rue, seriez-vous capable de la reconnaître ? Pas sûr, comme le montre cette vidéo de la campagne « Make them visible ».

Dans la rue, les SDF sont invisibles, ignorés par la plupart des gens. Ignorés au point que leur propre famille ne les reconnaîtrait pas s’ils venaient à les croiser ? L’association New York City Rescue Mission a fait le test.

Plusieurs New-Yorkais se sont installés dans la rue, « déguisés » en SDF. Dans la vidéo, des membres de leur famille décrivent les liens qui les soudent.

Il y a une femme qui a été élevée par sa grande sœur, une autre qui mange avec son oncle tous les dimanches, un homme qui connaît son épouse depuis 34 ans, un deuxième qui jouait régulièrement avec sa cousine lorsqu’ils étaient enfants, une femme qui dit que personne ne peut mieux la comprendre que son frère et son oncle…

Mais lorsqu’ils vont passer à côté de ces personnes chères à leur coeur, ils ne vont même pas les reconnaître. Quand on leur révèle la supercherie, ils semblent sous le choc. La vidéo se termine par des retrouvailles et des embrassades.

Bien sûr, les vêtements jouent un rôle, ainsi que le fait qu’on ne s’attende pas à croiser un proche dans cette situation. Mais la vidéo montre la terrible indifférence ? ou le terrible évitement ? dont sont victimes les personnes sans domicile : même lorsque les passants leur jettent un coup d’œil, ce n’est pas suffisant pour voir leur visage et les reconnaître.

Cette vidéo coïncide par hasard avec un fait divers, relaté par le site WorstPreview, qui s’est déroulé il y a quelques jours, toujours à New York : l’acteur Richard Gere tournait des scènes dans la rue pour son prochain film, dans lequel il joue un sans-abri. Plusieurs personnes lui ont donné de l’argent ou de la nourriture… sans jamais le reconnaître !

« Changez votre façon de voir les SDF »

Après la prise de conscience de la vidéo, la campagne « Make them visible » (« rendons-les visibles ») veut montrer les « vrais visages » des SDF new-yorkais. Au sens propre ? des photos en gros plan ? mais surtout au sens figuré, en révélant de petits éléments banals de leur personnalité.

Est-il important de savoir que Roberto jouait du saxophone, que Dennis adore le printemps et que Stanley a une super recette de lasagnes ? Ces petits détails rappellent l’humanité des SDF, que l’on aurait tendance à oublier parce que leur existence nous paraît trop éloignée de la nôtre ou que leur vue nous remplit de honte.

« Réfléchissez-y à deux fois avant d’ignorer un SDF », demande Make them visible. Un regard et un sourire sont des choses que vous pouvez toujours donner, parce que l’indifférence blesse.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 28 avril 2014 à 5h29

    Je viens d'une petite ville où il y a UN SDF, poli et agréable, toujours au même endroit, que tout le monde connaît, qui reçoit toujours un sourire et un bonjour, souvent accompagné d'une pièce, d'un sac de nourriture voire d'une bouteille de vin (parce que le "c'est pas pour boire hein" m'a toujours soûlée). Du coup, en débarquant à Paris, j'étais en mode bisounours, ne pas les ignorer etc. Ben le résultat c'est 30% de réclamation d'argent, 30% d'insultes, 30% de remarques obscènes, 9% de types qui m'ignorent et le petit 1% qui reste qui répond gentiment. Donc oui, maintenant, les SDF je les traite comme n'importe quel inconnu croisé dans la rue: je les ignore. Désolée si c'est pas politiquement correct.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)