Par  |  | 20 Commentaires

Sara Forestier et Clémence Bodoc ont parlé d'amour et de vulnérabilité, autour de M, le premier film de Sara en tant que réalisatrice. Elles discutent aussi des coulisses du métier, de l'affaire Weinstein, de désir, de liberté.

Je suis allée voir M, le premier film de Sara Forestier en tant que réalisatrice, dans lequel elle tient également le rôle principal. J’en suis ressortie bouleversée.

Sara et moi avons le même âge, mais clairement pas la même maturité au sujet de l’amour et du rapport à la vulnérabilité.

Elle est actrice depuis plus de 15 ans, a connu le succès — et donc l’attention médiatique — très tôt, en remportant le César du meilleur Espoir féminin à 19 ans, pour l’Esquive.

Moi, j’ai grandi « à l’ombre » de tout ça, et même si ma contribution à madmoiZelle commence à m’apporter une certaine notoriété, mon quotidien professionnel est loin de celui de Sara.

Sara Forestier : « l’amour est un sujet sérieux »

J’ai eu envie de lui parler de son film, de ses inspirations, de son rapport aux émotions, à l’autre, à la vulnérabilité (sentiment avec lequel je peine à me réconcilier)…

Mais aussi d’amour, de rapport au corps et à l’image dans la sphère intime comme dans la sphère professionnelle.

C’est la deuxième fois que je discute comme ça avec Sara. La première, c’était au cours d’un déjeuner, avant de voir son film.

J’ai tout de suite eu avec elle ce que j’appellerai « un coup de foudre amical » : quand quelqu’un me touche en plein coeur alors qu’une heure avant, je ne lui avais jamais parlé.

Après avoir vu M, ça me paraissait encore plus difficile de rester dans une position de journaliste, face à un sujet à interviewer, surtout compte tenu des thèmes que je voulais aborder : très intimes pour moi, pour elles aussi.

Entretien avec Sara Forestier : une expérience de vulnérabilité

Ce n’est pas parce qu’elle utilise ses expériences et ses émotions pour ses oeuvres créatives que ça me donne le droit de disséquer sa vie privée, sans pudeur ni empathie. 

Alors je lui ai proposé cette discussion à coeur ouvert, sans tabou, quitte à couper au montage des questions qu’elle trouverait trop indiscrètes, trop intrusives, ce qu’elle a accepté.

Nous n’avons rien coupé au montage, finalement. Surtout pas le moment où je laisse mon émotion déborder par les larmes, tellement touchée par la sincérité de Sara, sa générosité dans cet échange, dans le partage d’expérience.

On a parlé de nudité dans Le Nom des Gens, de l’affaire Weinstein aussi, du regard des autres, du désir qu’on suscite, celui qu’on exprime, celui qu’on subit…

Voici un Sister Sister un peu spécial, surtout parce qu’il est plus long que d’habitude, et qu’on n’a pas voulu le découper.

Sinon, Sara Forestier et moi avons beau être nées la même année, nos vies nous ont menées sur des chemins bien différents.

J’ai énormément appris sur moi et sur l’échec de mes relations sentimentales en regardant M, et davantage encore en discutant avec elle.

M sort au cinéma le 15 novembre, je ne peux que te conseiller d’aller le voir, seul•e, en couple ou en groupe de gens devant lesquels tu acceptes d’être vulnérable, c’est mieux !

À lire aussi : 6 films romantiques et originaux, qui changent de Titanic

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (20) Facebook ()
  • Camirose
    Camirose, Le 14 novembre 2017 à 17h16

    Merci @Clemence Bodoc. J'ai adoré écouter cette discussion, j'ai trouvé que tes questions étaient justes et qu'elles permettaient à Sara Forestier de raconter, d'aller où elle voulait et parfois de digresser mais il m'a semblé que c'était très sincère. C'est vrai que c'est long mais on peut la regarder en plusieurs fois ou faire autre chose en même temps comme dit Fab. La longueur et le silence étaient nécessaires je trouve parce que c'est comme ça dans une discussion où on réfléchit, ça prend du temps. Et puis je trouve que ça a tout à fait sa place dans le format sister sister.
    Maintenant je vais courir voir ce film parce que l'interview et la bande-annonce m'ont fait chialer !
    En gros MERCI <3<3

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!