Coucher avec des robots, c’est pour demain… la première brique d’un vrai Westworld ?

Par  |  | 4 Commentaires

Entretenir un rapport sexuel avec un robot, ce sera possible dès 2017. Quelles seraient les conséquences ?

Coucher avec des robots, c’est pour demain… la première brique d’un vrai Westworld ?

Lors d’une conférence londonienne consacrée aux jouets sexuels interactifs et aux relations avec les humanoïdes, un chercheur a déclaré que les relations sexuelles avec les robots… c’est pour demain, nous informe TV5.

Je vous vois déjà. Mymy a réagi avec un grand « WESTWORLD ». Et Aliénor a lâché un tonitruant « REAL HUMANS ». Moi j’étais en mode : « oh, mon Dieu, le futur c’est aujourd’hui, Black Mirror appartient au passé ».

Ce n’est même plus un thème de science-fiction là, c’est la réalité !

Le robot sexuel, nouveau marché porteur ?

Les poupées gonflables existent, mais la société américaine Abyss Creations va plus loin en souhaitant commercialiser des robots humanoïdes à usage sexuel en 2017. Littéralement l’an prochain.

Le sexe virtuel est un marché verdoyant. La pornographie n’a jamais aussi bien marché, et la réalité virtuelle vient permettre de nouvelles pratiques. Le débat sur le forum était d’ailleurs très animé à ce sujet !

La technologie se développe, et il faut savoir vivre avec son temps.

fiancee-pas-comme-les-autres

Ryan Gosling incarne un homme tombant amoureux de sa poupée dans Une fiancée pas comme les autres

Des applications plus chastes tentent déjà de mettre un peu de circuits imprimés dans votre sexualité.

Kissenger permet d’envoyer des baisers à distance grâce à des capteurs sensoriels qui détectent la pression de vos lèvres, et Teletongue (encore en cours de développement au Japon), relayera des bruitages ou des sensations de léchage.

On passe au niveau supérieur avec un robot physique, ayant les traits d’un homme ou d’une femme. Bien sûr, il faudrait voir à quel point ils ressembleront vraiment à des êtres humains. Est-ce qu’ils correspondraient à des canons de beauté très divers ?

Si on imagine que le marché ne sera pas uniquement développé pour la robote sexy à la Ex-Machina, je pense que c’est une suite logique au marché économique.

Je dois avouer que je suis curieuse de savoir quelle sera la texture de la peau synthétique par exemple. Oui, je vois déjà plus loin que le simple robot de métal. Ah, et aussi le prix, je doute que ce soit accessible au plus grand nombre.

À lire aussi : Les « male dolls », ces poupées gonflables mâles en érection

Le robot, outil sexuel de demain ?

Si la fonction du robot est de fournir ce service sexuel, il remplirait son rôle comme un outil basique.

Sociologiquement parlant, le docteur David Levy, l’auteur de l’ouvrage Love and Sex with robots, suggère même l’idée du mariage avec les robots en milieu de siècle.

Bon, je pense qu’il met un peu la charrue avant les bœufs sachant que rien que le mariage entre couples de même sexe n’est même pas encore reconnu partout en 2016… Alors, en 2050, dire « oui » à un robot ? J’attends de voir.

Il avance également une autre théorie, celle de l’identité robot, qui n’est clairement pas sans rappeler Real Humans, où les droits des machines deviennent un thème majeur dans la saison 2. Surtout que certain•es en prennent pour compagnons de vie alors que c’est illégal.

marriage-to-robots

L’article mentionne également un point plus pratique.

Lynne Hall, du département de sciences informatiques de l’université britannique de Sunderland, précise que le sexe avec les robots au moins n’engendrera aucune maladie et que ce sera l’utilisateur•trice qui gardera le contrôle.

Le sexe avec un robot vu par… la société

Lynne Hall soulève un autre point : le dégoût que peuvent éprouver les êtres humains face au sexe avec des robots, qui peut paraître immoral. Pour elle, ça ne pourra tout de même pas remplacer le sexe entre humains car après tout, les gens consomment bien du porno sans arrêter leurs pratiques sexuelles.

Les robots ne sont pas (encore ?) vus comme des personnes. Demain, ils ne seront que des sextoys, et rien de plus. Pas d’attachement émotionnel possible. Pour ça, il faudra attendre… après-demain.

Jude Law incarne Joe, un robot sexuel dans A.I. de Spielberg

Néanmoins, plus les robots sont humanoïdes, plus la comparaison avec la prostitution est facile. Le terme d’« esclave sexuel » est souvent utilisé dans la science-fiction.

Le jour où les robots nous ressembleront et seront munis d’intelligences artificielles réelles, se rebelleront-ils contre les humain•es ? Serons-nous toujours capables de les traiter comme des machines ?

Tant de questions qui émergent à l’aube d’une innovation dans nos vies sexuelles !

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (4) Facebook ()
  • Siglyra
    Siglyra, Le 23 décembre 2016 à 11h43

    Effectivement on est très loin de l'IA comme on peut voir dans les films. Recréer la complexité du cerveau humain, qui permet d'apprendre et d'avoir des émotions, n'est pas (pour l'instant, mais pas dans le futur proche non plus) possible. Donc pas de problèmes d'éthique. Après, j'espère juste que l'offre sera la même pour les hommes et les femmes, et évitera la propagation (comme la grande majorité du porno) de l'image des femmes humaines comme objet sexuel.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!