Rétro 2006 : nos coups de coeur Cinéma

Stellou : D’un film, j’attends qu’il me touche, qu’il ait un univers bien à lui et si la Bande Originale est bonne, c’est encore mieux. Parmi les films qui répondaient à ces critères, je citerai ceux qui me viennent le plus spontanément à l’esprit : – C.R.A.Z.Y, film québécois qui combine belle musique, personnages touchants […]

Stellou : D’un film, j’attends qu’il me touche, qu’il ait un univers bien à lui et si la Bande Originale est bonne, c’est encore mieux. Parmi les films qui répondaient à ces critères, je citerai ceux qui me viennent le plus spontanément à l’esprit :
C.R.A.Z.Y, film québécois qui combine belle musique, personnages touchants et originalité.
Little Miss Sunshine, qui suit le parcours d’une famille un peu déglinguée soudainement portée par un seul objectif : inscrire la petite dernière, Olive, à l’élection de Miss dont elle rêve tant. C’est beau, c’est rigolo, c’est touchant, c’est original. A regarder et à garder.

Autres coups de coeur de l’année, pour s’offrir une bonne dose de rire : OSS117 et Borat, qui malgré tout ce qu’on peut en dire, m’a value une bonne succession de bidonnages.

Lulla.by : A toutes les modasses, Le diable s’habille en Prada. Drôle et assez fidèle au roman (sans oublier la garde-robe pour rêver).

Moossye : Mirror Mask de Dave McKean et Neil Gaiman, car c’est un univers unique et magnifique, onirique, fantastique… C’est merveilleux, ça fait rêver…
Le labyrinthe de Pan, de Guillermo del Toro, c’est un film qui a su mêler un sujet très grave et très violent à une fable fanstique, sombre et magique… On verse sa ptite larme.

Creamm : Rechercher Victor Pellerin, de Sophie Deraspe. Un faux-documentaire réaliste sur un peintre contemporain disparu et recherché par la police où l’on voit évoluer des artisans de l’art contemporain au Canada, réels, ceux-ci. Cinéma vérité, caméra à l’épaule, révélation fracassantes, moments touchants et sex, drugs and rock ‘n’ roll au menu !

Miss-ter : De films venus d’un peu partout : l’audacieuse réalisation de S. Soderbergh, Bubble, qui change assez de ce que fait le réalisateur américain habituellement ; la rencontre de l’Espagne et des Etats-Unis dans un film d’Isabel Coixet, The secret life of words, qui joue peut-être un peu trop sur la corde sensible mais de façon tout à fait efficace. Des films français : le nouveau Bruno Dumont, Flandres, puissant et saisissant ; le retour de Tony Gatlif avec le génial Transylvania ; la grâce de l’adaptation d’un roman de D.H. Lawrence par Pascale Ferran : Lady Chatterley. Cerise sur le gâteau, la merveille du Finlandais Aki Kaurismäki, Les lumières du faubourg, et le charme de son personnage Koistinen, stylisé à l’extrême.

Aurélisationnement Obligatoire : Les deux films français qui ont cartonné dans la capitale anglaise – et pour cause – et seuls films français que j’ai vus de l’année : Caché de Aneke dans lequel J. Binoche nous fait une performance digne de l’oscar du Patient Anglais et Le temps qui reste de Ozon où il renoue avec des sentiments forts et de superbes images comme il sait si bien le faire… Côté US, je dirais Capote et l’incroyable perf de Philip Seymour Hoffman.

Ainsi-soit-je : Arthur et les minimoys pour une vision complètement nouvelle de ce genre d’histoire, tout ce qu’il faut d’humour et de côté sentimental pour nous faire retomber en enfance, nous faire rêver et nous faire rire… Terrible.

Sensy : La science des rêves de Michel Gondry. Un film tout comme j’aime, à la fois drôle, touchant et original, servi par de trés bons acteurs. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir réuni Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat et Gael Garcia Bernal.

Sosou : Je vais bien ne t’en fais pas, l’histoire d’une disparition, du passage de l’enfance à l’âge adulte. Un film très touchant avec de superbes acteurs (au sens propre comme au figuré hin hin) et une BO à rester collé à son siège avec la chair de poule.

Linda : Marie-Antoinette et Les Mémoires d’une Geisha que j’ai A-DO-Ré et puis peut-être aussi C.R.A.Z.Y et Volver.

Fab : – Pour rigoler, sans aucun doute : Nos Jours Heureux. Un film où les gamins sont plus mis en valeur que les stars du casting, moi je dis « classe ». J’attends le DVD en janvier avec impatience.
– Pour réfléchir, je dirais à égalité V pour Vendetta et Vol 93. Parce que ces deux films nous incitent à nous poser deux-trois questions et à voir un peu plus loin que le bout de TF1. V pour Vendetta parce que le point de vue est intéressant à notre époque où le terrorisme sème le trouble dans nos sociétés occidentales et Vol 93 parce qu’il m’a attaché à mon siège pendant 1h30.

Et toi, quels sont tes coups de coeur cinéma pour 2006 ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lisa-loup
    Lisa-loup, Le 2 janvier 2007 à 14h41

    j'avais oublié Arthur et les Minimoys, c'est vrai...quel film..

    Et Nos jours heureux. Jsuis fan!

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)