J’ai bénéficié des Restos du Coeur

Les Restos du Coeur, on en entend parler, on leur donne parfois quelques denrées alimentaires... Mais qu'est-ce que ça fait de se retrouver de l'autre côté ? Voici le témoignage d'une madmoiZelle soutenue par l'association pendant une période difficile.

J’ai bénéficié des Restos du Coeur

Il y a toujours des hauts et des bas dans la vie ; parfois tout roule, la vie est belle, les oiseaux chantent et la neige tombe (oui c’est de saison). Et puis il y a certaines périodes plus difficiles.

Mon homme avait un boulot, moi je sortais de mon congé maternité et je commençais à en chercher un (ainsi qu’une place en crèche pour mon petit, ce qui est au moins aussi compliqué à trouver). Mais les choses ne roulent pas toujours comme on le voudrait, et suite à un harcèlement moral fort bien mené de la part de l’employeur de mon Jules, le voilà qui me rejoint dans le charmant pays du chômage.

Démarches solidaires

C’est parti pour les démarches : allocations de retour à l’emploi, demande de RSA, et j’en passe. On envoie en parallèle des dizaines de C.V. mais aucun retour positif. Et au détour d’une MLJ (Mission Locale Jeunes), on nous suggère de faire une demande auprès des Restos Du Coeur.

Nous voici donc partis pour un rendez-vous avec les bénévoles, apportant un beau dossier plein de paperasse, justificatifs et autres déclarations de (non-)revenu. Nous y sommes reçus très gentiment par une dame qui a l’âge d’être ma grand-mère… Comme toutes les autres bénévoles. Ce qui me fait réfléchir sur l’engagement des jeunes (et donc le mien : sitôt dit sitôt fait, je fais ce que j’hésitais à faire depuis quelques années, et je m’engage à la Croix-Rouge). Notre dossier rentre dans les critères (serrés) de l’organisme : nous sommes acceptés, et une fois par semaine nous recevrons de la nourriture, jusqu’à la fin de l’hiver. Ils nous donnent rendez-vous le vendredi suivant pour récupérer nos premières « courses ».

Dans les locaux des Restos

Nous voici arrivés à l’heure de l’ouverture, avec quelques vingt personnes frigorifiées qui font déjà la queue devant le bâtiment. Les bénévoles arrivent, et les autres demandeurs avec eux. Nous sommes en tout une quarantaine et ce n’est que le début de l’après-midi.

Comment vous dire ce que l’on ressent… Une reconnaissance incroyable pour cette association qui nous aide à tenir le choc et à nous nourrir convenablement. Et mêlé à gratitude, le sentiment étrange de prendre la place de quelqu’un qui serait plus mal loti encore que nous, quelqu’un qui, peut-être, n’ose pas venir ou ne sait même pas qu’il a droit à cette aide. Un assortiment au drôle de goût, de soulagement et de honte. Honte d’en être arrivés là si vite, d’être descendus si bas. J’en ris et j’en pleure en même temps.

Quand on nous appelle, nous entrons et attendons notre tour. Pour nous faire patienter, les bénévoles nous proposent de boire un thé, un café, de manger quelques biscuits. Ils discutent avec nous, jamais intrusifs, jamais juges. Ils s’extasient sur notre fils, lancent une plaisanterie et nous aident à nous détendre. La première fois est la plus dure.

Les Restos du Coeur, une vraie démarche de solidarité

Nous ressortirons des locaux avec deux sacs de courses pleins à craquer de lait, de farine, de pain, d’oeufs, de légumes et de viande, de conserves… Et même de petits pots pour le bébé. Environ six repas complets par personne. Un repas par jour en somme, offert par les Restos du Coeur, par tous les donateurs anonymes. Nous ressortirons surtout avec un peu de chaleur humaine, de sourires partagés, et flottant en silence, le doux mot de solidarité…

Nous continuons une fois par semaine d’aller chercher nos colis alimentaires ; nous poursuivons notre recherche d’emploi, activement. Et nous nous sommes fait la promesse, quand tout ira mieux, de poser à notre tour un petit quelque chose dans les caddies de collecte des Restos du Coeur.

Alors si vous aussi vous êtes en difficulté, ne pensez pas que les aides sont pour les assistés, que c’est « profiter du système » que de demander secours. Quand des mains se tendent, c’est aussi faire preuve de courage et d’honneur que d’être capable de les saisir.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Loww
    Loww, Le 9 janvier 2013 à 13h04

    Bonjour,
    Je cherche désespérément un contact dans une antenne nationale ou un président d'antenne départementale très calé sur la communication nationale...

    Si l'une de vous à une idée pour m'aiguiller, je suis preneuse ! :puppyeyes:

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)