Reprendre la clope après avoir arrêté… c’est chiant, mais ce n’est pas un drame !

Sophie Riche avait arrêté de fumer, mais a rechuté il y a peu. Elle explique dans sa vidéo comment cette rechute a pu avoir lieu, tout en partageant les conseils qu'elle tire de son expérience, toujours avec humour et sincérité. Et elle compte bien arrêter à nouveau !

Reprendre la clope après avoir arrêté… c’est chiant, mais ce n’est pas un drame !

Ce 5 juin, Sophie Riche a publié une vidéo sur sa chaîne YouTube.

Cette nouveauté fait partie de la série Arrêter de fumer… ce qui peut surprendre, étant donné que la dernière vidéo en date, dans cette rubrique, remonte à janvier 2017 !

Pourquoi rouvrir cette série, donc ? Parce que Sophie a rechuté, comme elle l’écrit en description :

« Bon bah voilà. J’ai repris la cigarette, tombant à nouveau comme une débutante dans le piège de la nicotine. »

Rechuter après avoir arrêté de fumer, embêtant mais pas dramatique

Dans sa vidéo, Sophie raconte les étapes de sa rechute, et analyse ses erreurs avec du recul. Elle reste optimiste sur la suite, et conserve son humour !

Elle explique sa difficulté à raconter sa rechute, tout simplement parce qu’elle la voit comme « un aveu de faiblesse ». Mais elle détaille aussi ses motivations, qui clairement nous visent toutes et tous, fumeuses ou non.

« Pour dissuader les non‑fumeurs de fumer un jour, pour dissuader les anciens fumeurs de refumer un jour et pour aider celles et ceux qui ont craqué et sont, à nouveau ou non, accro à la clope, je vous fais part de mon témoignage.

C’est pas une fatalité, et j’arriverai à arrêter à nouveau, ça c’est sûr. Mais si mon échec actuel peut vous permettre d’être vous plus forts face à la cigarette, bah ça aura au moins servi à ça. »

« Ça n’apporte rien du tout, de fumer, quel que soit le moment »

La force de Sophie dans cette vidéo, c’est sa manière de prendre conscience de ses erreurs, puis de les considérer avec du recul afin de ne pas les réitérer.

Elle considère qu’il est important de connaître les raisons de la rechute pour mieux la combattre. En les énumérant, elle nous permet à nous, hypothétiques fumeuses en cours d’arrêt, d’éviter les mêmes écueils.

Cette rechute n’entame en rien sa détermination, et elle ne panique pas : il est toujours possible d’arrêter à nouveau !

Ce sera d’ailleurs certainement plus simple après 3 semaines, par rapport à son premier arrêt, qui clôturait 7 ans de poumons enfumés.

À lire aussi : Lolo te donne envie d’arrêter la clope (si tu fumes pas, on est content pour toi)

Sophie rappelle également que les « fringales » de clope sont dures à gérer sur le moment, mais qu’elles sont souvent très brèves.

Son message : ça passe, et il ne faut pas hésiter à faire appel à ses proches — ni à écouter leurs conseils, of course — pour (ré)arrêter de fumer !

Et de rappeler, tout de même…

« Il n’y a rien à gagner en fumant. Rien. »

En tant que fumeuse qui a plutôt peur d’arrêter, je ne peux que remercier Sophie pour son authenticité, sa détermination et son énergie !

À lire aussi : Ces attitudes absurdes qu’on adopte quand on fume

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Mathilde Trg


Tous ses articles

Commentaires
  • Nedjma
    Nedjma, Le 10 juin 2018 à 23h58

    @Mel0 c'est larrant, moi aussi j'ai encore des envies de fumer, alors que l'odeur de la clope m'insupporte de plus en plus. Je crois que ce qui m'attire le plus, c'est le côté déstressant facile. Quand je fumais, dès la 1e bouffée mon stress redescendait tout de suite.
    Arrêter de fumer c'est aussi apprendre à gérer son stress autrement, et c'est vraiment ce qui est le plus difficile me concernant.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!