Vers une rentrée universitaire agitée ?

Dans une interview accordée à Libération, Jean Fabbri, secrétaire général du Snesup FSU, prévoit une rentrée « combative ».« On appelle à des débats dans toutes les facs, pour se battre contre les suppressions de postes. Le gouvernement n’accorde pas sa confiance au monde universitaire et préfère que l’université soit régie de façon managériale et libérale. » Dans la […]

Vers une rentrée universitaire agitée ?

Dans une interview accordée à Libération, Jean Fabbri, secrétaire général du Snesup FSU, prévoit une rentrée « combative ».
« On appelle à des débats dans toutes les facs, pour se battre contre les suppressions de postes. Le gouvernement n’accorde pas sa confiance au monde universitaire et préfère que l’université soit régie de façon managériale et libérale. »

Dans la ligne de mire : Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur. Profitant de la publication du très controversé classement de Shanghai, calamiteux pour les établissements français, elle a réaffirmé « l’urgence des réformes ». Objectif affiché : dix universités françaises parmi les cent premières mondiales d’ici à 2012 (contre trois aujourd’hui…).

Cette volonté affirmée de rivaliser demain avec les meilleurs établissements anglo-saxons, de culture libérale, heurte de plein fouet la sensibilité des défenseurs de l’université à la française.

De l’huile sur le feu sur lequel beaucoup comptent aujourd’hui, parmi les syndicats, pour raviver la flamme du combat dès la rentrée.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maudinette88801
    Maudinette88801, Le 1 septembre 2008 à 11h22

    """"Nous, ce qu'on veut, c'est des universités de vraies qualités niveau études""
    Ce qui revient a donner raison a Valerie Pecresse, qui souhaite d'etre mieux classer, ce que tu veux, elle le veux aussi, je pense qu'il faut arreter de critiquer systematiquement ce que le gouvernement fait. Soit tout n'est pas forcément accepter par tous, mais je pense que l'envie qu'elle a de faire progresser l'université est commune a celle des etudiants de vouloir que l'université progresse. Chacun en sort gagnant avec un diplome remis en valeur.

    Si tu ne trouve pas ses solutions efficaces, je me permet de te demander quelles seraient les solutions pour toi???​

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)