Remplir sa première déclaration d’impôts

Les impôts, on en a toute entendu parler. Quand on était petites, nos parents s’en plaignaient déjà. Et plus on grandit, moins on peut y échapper. Un jour, on décroche son premier job, on prend un premier appart, et… les impôts nous tombent dessus, ces petits malins ! Alors, parce que ça n’a pas été […]

Remplir sa première déclaration d’impôts

Les impôts, on en a toute entendu parler. Quand on était petites, nos parents s’en plaignaient déjà. Et plus on grandit, moins on peut y échapper.

Un jour, on décroche son premier job, on prend un premier appart, et… les impôts nous tombent dessus, ces petits malins !

Alors, parce que ça n’a pas été qu’une partie de rigolade la première fois, j’ai chaussé ma plus belle paire de lunettes pour vous aider à y voir un peu plus clair dans les méandres de l’imposition !

1. L’impôt sur les revenus

Un beau jour du mois d’Avril, ça y est : considérée aux yeux de l’état comme une adulte responsable, je reçois un courrier de la Direction Générale des Finances Publiques, m’invitant à quitter la déclaration de papa-maman pour me (télé)déclarer seule.
Je ne sais pas vous, mais moi, rien que l’entête de la lettre (« Direction Générale des Finances Publiques »), ça me file la migraine… Enfin, qu’importe, puisque je suis maintenant cette jeune adulte responsable, je continue.

Sur le papier, on me conseille la télédéclaration. Et comme je suis une femme à la pointe de la technologie (en vrai, une grosse geek, mais ça fait mieux dit comme ça) je me connecte sur le site www.impots.gouv.fr armée de mon numéro fiscal et de mon numéro de télédéclarant.
Ce ne sont pas les seules informations qu’il me faut : quand on télédéclare (et même quand on déclare tout court), on a aussi besoin de son nombre d’heures travaillées sur l’année, et le total des salaires bruts annuels.

Mon conseil : pour ne pas vous casser la tête à calculer vos revenus annuels et votre nombre d’heures travaillées (si ce n’est pas indiqué sur votre fiche de paie), montez au service paie de votre entreprise, armée de votre plus joli sourire, et demandez une petite feuille récapitulative. En principe, vous l’obtiendrez facilement et rapidement. En pratique, y’a même des entreprises qui vous donnent la petite feuille d’elles-mêmes !

Le site est assez clair, pour une fois, ça mérite d’être souligné ! Et je remplis ainsi rapidement mes informations. Nombre d’heures travaillées, salaires, et hop, d’un clic, le site me montre combien je (ne) vais (pas) payer d’impôts cette année !

Si on en paye, le montant est indiqué illico presto.
Si on en paye pas, le site indique une somme en négatif, qui correspond au montant de la prime pour l’emploi qui vous sera alors versée

Si vous n’êtes pas une bête de technologie, sachez qu’il vous appartient de faire votre propre déclaration d’impôts. Pour obtenir un imprimé, il faut télécharger une déclaration sur le site www.impots.gouv.fr ou alors la demander auprès de votre centre des impôts. (Celui indiqué en haut à droite du courrier que vous recevrez quand les impôts vous jugeront assez responsable pour déclarer vous même vos revenus !)
Ensuite, la démarche est la même : il faut remplir scrupuleusement les informations sur l’imprimé, et le renvoyer à votre centre des impôts.

Quelques semaines après avoir déclaré vos revenus (vers la fin du mois d’Août ou en Septembre), quelque soit le moyen que vous avez employé, vous recevrez alors le fameux « avis d’impôt sur le revenu » vous indiquant le montant de votre impôt ou de votre prime pour l’emploi (si vous avez télédéclaré, l’avis d’imposition papier ne fait que confirmer -ou infirmer- les informations obtenues sur le site internet.)


2. Les impôts locaux

La vie est belle, les oiseaux chantent, vous avez pris un appart (seule ou en couple). Vous pensiez qu’avoir déclaré vos revenus avait fait de vous une adulte accomplie, et bien, pas encore ! Avant de devenir cette adulte accomplie, il vous reste à vous acquitter de la taxe d’habitation, et de son amie la redevance audiovisuelle !

C’est en général vers les mois d’octobre-novembre que la feuille bleue arrive dans nos boîtes aux lettres. Cette fois, rien à déclarer, tout a déjà été calculé pour vous en fonction des renseignements que vous avez fournis pour votre déclaration d’impôts sur les revenus.

La redevance télé ne se paye que si vous avez déclaré posséder une télé lors de votre déclaration de revenus. C’est l’état qui fixe son montant chaque année. Pour 2009, elle s’élève à 118€.

La taxe d’habitation quant à elle, dépend de plusieurs paramètres: votre ville de résidence, votre département, ainsi que de vos revenus.
En pratique : chaque année, le conseil régional vote le taux d’une partie de la taxe, le conseil général le taux d’une seconde partie, la taille de votre logement détermine une 3° partie et enfin vos revenus sont le 4° paramètre pris en compte pour calculer votre taxe d’habitation.

Mon conseil : ce n’est pas possible la première année, mais dès que vous le pourrez, faites-vous mensualiser ! Les impôts prélèveront ainsi une petite somme tous les mois sur votre compte, et arrivée en novembre, il ne vous restera plus beaucoup à donner pour régler votre note. C’est ça en moins à penser en période de rentrée (de stress, de fatigue, bref toutes ces joyeusetés du mois de novembre) et c’est beaucoup plus facile à gérer !

Mon conseil (bis) : ne vous laissez pas démonter par le montant à payer. Si vous n’avez pas la somme dûe, pas de panique : n’attendez pas que les impôts vous contactent, contactez-les en premier pour négocier un paiement en plusieurs fois.

Les impôts locaux comprennent également d’autres taxes, telles que les impôts fonciers (à payer si vous possédez un bien immobilier), la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, … Mais en général soit on ne les paye pas, soit on ne les voit pas (car comprises dans les charges du loyer, par exemple).

3. Les impôts qu’on paye tous les jours mais qu’on ne voit pas (ou presque)

Vous pensez être une madmoizelle encore innocente et pure parce que les impôts ne vous ont toujours pas rattrapée ? Perdu !

Tous les jours, sans même nous en aperçevoir, nous payons des impôts. Invisibles ou presque, ils se cachent partout :

– Sur votre fiche de paie : dès l’instant où vous faites un petit job, votre patron et vous même payez des taxes: CSG, CRDS… La seule manière de s’en rendre compte, c’est d’examiner à la loupe votre fiche de paie ! Directement prélevées sur votre salaire, ces taxes servent à financer la sécurité sociale.

– Sur votre ticket de caisse : c’est la fameuse TVA ! Qu’elle soit à 5,5% dans la restauration ou à 19,6% sur les biens de consommation courante, elle finance les dépenses publiques.

Sur votre ticket de caisse (bis) : la TIPP est une taxe que l’on paye sur l’essence et qui sert à financer le réseau routier français.

Et bientôt sur vos factures, la taxe carbone ! Ce nouvel impôt sera ajouté à votre facture de gaz, ainsi que sur le montant de votre plein d’essence, et est destiné à modifier les comportements vis-à-vis des énergies « polluantes ».

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Aalia
    Aalia, Le 4 décembre 2009 à 22h47

    Maelie;1303568
    Je suis d'accord, mais après les impôts remboursent le trop perçu donc à la limite c'est pas grave ça fait un petit pécule qui rentre en novembre. ;)
    Tu peux aussi faire semblant de payer des impôts que tu mets en fait sur un compte rémunéré, tu le vides en novembre si tu veux et comme ça tu as le pécule+ les intérêts du pécule! Je sais je sais, on dit ça mais ça marche jamais (dans ma boîte on vient de passer de 13 à 12 mois et les gens sont paniqués parce qu'ils ne savent pas mettre de l'argent de côté..)

    C'est ce que je vais faire l'année prochaine car mes intérêts sont déductibles d'impôts à 40% : yabon:d

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)