Des Australiennes rappent façon Snoop Dogg contre la taxe sur les protections périodiques

En Australie, les protections périodiques (tampons, serviettes hygiéniques...) n'étant pas considérées comme des produits de première nécessité, elles sont taxées. Cette reprise de Snoop Dogg dénonce cette injustice avec tant de swag.

Laissez-moi vous raconter une anecdote. Il y a quelques années, je faisais un long voyage en voiture, du genre qui prend une journée complète. Quand soudain, patatras : les règles imprévues… et rien sous la main. « C’est pas grave », me suis-je naïvement dit ; « à la première aire d’autoroute, je chope une boîte de tampons ».

Des bières, des couches, des saucissons, des décapsuleurs à l’effigie du département où on se trouve, des capotes, des peluches, des tétines… et pas de protections périodiques. J’ai fait quatre stations avant de dénicher un paquet de serviettes hygiéniques sur une micro-étagère dans un coin poussiéreux. Et je n’ai jamais compris pourquoi il était plus simple d’acheter une glace ou du lait en poudre qu’un tampon, sur les autoroutes françaises.

Si je vous conte cette histoire, c’est pour vous montrer qu’en 2015, les protections périodiques, pourtant fort utiles à la moitié de l’humanité, ne sont toujours pas considérées comme des « produits de première nécessité ». Ces derniers, en Australie, sont exonérés d’une forme de TVA… mais les tampons et serviettes n’en font pas partie, et leur prix a augmenté de 10% quand la GST, « Goods and Services Tax », a été mise en place il y a quinze ans.

De nombreux et nombreuses Australien•ne•s luttent contre cet état de fait — le texte de loi va d’ailleurs être réexaminé prochainement. C’est dans cet esprit que Mia Lethbridge a réalisé Drop it ’cause it’s rot, une fantastique parodie du tube de Snoop Dogg Drop it like it’s hot ! Le message diffusé dans cette vidéo réclame la fin de la GST appliquée aux protections périodiques, et on y voit même une certaine Christine Forster… la sœur de Tony Abbott, le chef d’État australien.

Perso, la prochaine fois que je trouve pas de tampons dans une station-service, je mets ça très fort et je twerke lentement jusqu’à ce qu’on m’en apporte.

À lire aussi : « Bad Blood » parodiée pour dénoncer le coût des protections hygiéniques

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Marinou_Doudou
    Marinou_Doudou, Le 14 août 2015 à 13h18

    Je trouve ça aberrant qu'en 2015 nous ne trouvons pas de protections périodiques dans une station-service. Une femme a c'est règle, c'est comme ça ne nous l'avons pas choisi, c'est biologique. J'estime que les protections périodiques devraient pouvoir se trouver aussi facilement que les préservatifs, car c'est tout autant nécessaire. De plus quand on voit le prix que cela nous coute en une année il y a de quoi en avoir marre des taxes que les Etats se permettent sur les protections périodiques, je pense qu'il y a quelque chose à faire sur ce point car la biologie ne se change pas alors il faut bien s'adapter à cela !

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)