3 bonnes raisons d’aller voir La Prunelle de mes yeux

Par  |  | 1 Commentaire

Ce 21 décembre sort La Prunelle de mes yeux, un film que vous ne devez pas rater pour trois bonnes raisons !

3 bonnes raisons d’aller voir La Prunelle de mes yeux

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Diaphana.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

620-mmz-aime-prunelle-yeux

Ce 21 décembre sort La Prunelle de mes yeux, une comédie romantique basée sur un mensonge : celui de Théo, qui prétend être aveugle pour provoquer sa voisine Élise, non-voyante, et qui ne lui a pas très bien parlé… Sauf que de la haine, leur relation va se transformer.

Il va bien falloir qu’Élise apprenne la supercherie, avec les conséquences que cela implique.

La Prunelle de mes yeux est une comédie pas comme les autres, qui vaut le détour !

L’humour absurde et le ton unique de La Prunelle de mes yeux

Élise vit avec sa sœur Marina. La première gagne sa croûte en accordant des pianos, tandis que la seconde lutte contre son addiction à la cocaïne.

Un jour, les jeunes femmes rencontrent leurs nouveaux voisins, deux frères d’origine grecque qui forment un duo de rebetiko, un style musical traditionnel, et tentent de percer dans le milieu.

Ça vous semble incongru ? Le pitch de La Prunelle de mes yeux est aussi décalé que l’humour ambiant, penchant régulièrement du côté du tragi-comique, notamment lors des scènes de rebetiko. Cette ambition pas commune du héros traite d’une façon mi-figue mi-raisin des traditions grecques, d’autant plus que Théo n’est pas très doué… mais met du temps à s’en rendre compte.

Les grincements de rebetiko sont au début irritants, et même quand ils se font émouvants, un reste de doute comique subsiste… à l’image de ses joueurs pince-sans-rire.

prunelle-yeux-rebetiko

Les ambitions musicales, quoique charismatiques, sont d’ailleurs également raillées en la personne d’un rockeur prétentieux sombre et passionné.

D’autres rôles comiques émaillent ainsi le film, de l’addictologue de Marina au conseiller Pôle Emploi de Théo qui s’obstine à essayer de le convaincre d’adapter Les Lacs du Connemara pour enfin réussir dans le rebetiko.

Ces aspects burlesques conjugués aux allers-retours incessants dans l’immeuble habité par les deux duos rappellent le vaudeville. Les rencontres plus ou moins prévues dans l’ascenseur ou la cour sont autant de running gags qui permettent des dialogues lyriques au rythme enlevé et qui renforcent le décalé de La Prunelle de mes yeux.

La Prunelle de mes yeux, une comédie romantique fraîche et fantasque

Le ressort du mensonge classique — qui implique sa découverte et des conséquences prévisibles — fonctionne : on a beaucoup de plaisir à voir le duo amoureux se détester puis se rapprocher avant l’inévitable explosion de la supercherie.

Et ce d’autant plus que c’est un tandem qui fonctionne bien, dans lequel la cécité n’est ni moquée ni traitée avec misérabilisme : il s’agit d’une caractéristique de l’héroïne parmi d’autres, qui complique certaines choses et n’a pas d’effet sur d’autres.

La mauvaise blague est justement traitée. Malgré son ressort comique risqué, le film le mène avec réussite, et un brin d’insolence. Théo ne fait clairement pas de manières avec Élise, et loin de la traiter avec pitié, il la provoque et la considère avec impertinence — le début d’une colère qui se transformera petit à petit !

prunelle-yeux-ascenseur

Voir cet excellent duo d’acteurs évoluer est un plaisir car ils ne se font pas de cadeaux, et leur histoire, malgré son côté décalé et l’improbabilité du mensonge, est crédible. On a envie de les voir ensemble.

Cette comédie déploie ainsi beaucoup de fantaisie, et réussit à surprendre avec un scénario à la trame « classique ». La musique est également très bien employée, et instaure un romantisme différent sous les personnes de deux rivaux : le meilleur ami/collègue d’Élise, et l’autre voisin, musicien sombre et torturé.

Une réalisation de qualité pour La Prunelle de mes yeux

Pour finir, le film est… bien fini ! La réalisation de qualité à la mise en scène soignée présente un casting quatre étoiles, avec des seconds rôles aussi réussis et développés que les principaux.

Le charme de l’univers et de ses protagonistes est ainsi une autre raison de voir La Prunelle de mes yeux ! Très élégant, le film peut sembler incongru au début, mais son charme finit par opérer et on savoure cet univers pas comme les autres.


Melissa

Mélissa fait les témoignages, mais ce n'est pas elle qui vit toutes les histoires qu'elle raconte - et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s'empiffrer de Kinder en sirotant son thé.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Zoug
    Zoug, Le 21 décembre 2016 à 14h25

    J'y suis allée ce matin. Au début j'étais un peu décontenancée par le ton, que je trouvais presque theatrale. Puis finalement je me suis laissée glissée dans l'ambiance; et j'ai passé un très très bon moment.
    Tout les personnages sont attachants, c'est souvent absurde, mais jamais ridicule.
    Je recommande viiiivement

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!