Un dirigeant de Publicis suspendu pour propos sexistes, parce qu’il y a du progrès malgré tout

Un membre du directoire de Publicis a tenu des propos sexistes pas jojo dans une interview. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il a été sanctionné pour ça, parce que mine de rien, on avance !

L’autre jour, je parlais de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Pour mettre cette idée en pratique, je veux parler des choses positives. Parce que se réjouir de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Hier, Kevin Roberts, un membre du directoire de l’agence Publicis, a reçu l’ordre de « prendre congé de Publicis Group avec effet immédiat » suite à des propos sexistes qu’il a tenus dans une interview donnée à Business Insider.

D’abord, l’information qui fâche : en 2016, un homme peut encore déclarer qu’« il ne pense pas [que le manque de femmes à des postes de direction] soit un problème » et le penser a fortiori. De toute façon, selon lui, on ne peut « pas parler de discrimination parce que nous n’avons jamais rencontré ce problème, Dieu merci ». J’ai envie de répondre : posez donc la question aux femmes de votre entourage monsieur Roberts, on verra si elles sont du même avis.

Kevin Roberts s’est expliqué sur ces propos et ça pue le sexisme idiot :

« Leur ambition n’est pas verticale, c’est une ambition intrinsèque, circulaire, d’être heureuses. Alors elles nous disent : « Nous ne nous évaluons pas avec les critères selon lesquels vous, dinosaures idiots, vous vous jugez ». Je ne pense pas [que le manque de femmes à des postes de direction] soit un problème. Je ne suis pas inquiet, simplement parce qu’elles sont très heureuses, qu’elles ont beaucoup de succès et qu’elles font du très bon travail. Je ne peux pas parler de discrimination parce que nous n’avons jamais rencontré ce problème, Dieu merci. »

Mais la bonne nouvelle, c’est que ce genre de propos ne reste plus sans conséquences. La réaction du patron de Publicis, Maurice Lévy, a été immédiate et sans appel : Kevin Roberts doit désormais attendre que le conseil de surveillance de Publicis puisse statuer sur la suite de cette affaire.

Pour quelqu’un qui ne passe « pas de temps » sur ces questions, espérons que ses vacances forcées lui permettent d’y réfléchir un petit peu plus.

Du côté de Publicis, un message interne a été communiqué à tou•tes les employé•es pour rappeler que « la diversité et l’intégration sont des impératifs sur lesquels Publicis ne négociera pas » et pour « réitérer l’absence de tolérance du groupe envers un comportement ou un commentaire contraires à l’esprit » du groupe.

En espérant que ce type de réactions continue à se généraliser.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MadMaddyMad
    MadMaddyMad, Le 3 août 2016 à 11h34

    Encore une fois le secteur de la publicité démontre son sexisme latent sous couvert de "bienveillance" et d'ouverture...
    Je bosse chez l'un des plus gros concurrents de Publicis - ~70% de femmes dans les effectifs et quasiment zéro à des postes de direction. Les femmes sont restreintes aux postes opérationnels & relationnels.

    Pas plus tard qu'il y a deux jours mon manager m'a sorti (suite à un problème dans l'équipe' : "C'est ça quand tu as une équipe composée que de femmes, ça devient la cours de récré..." Je me suis permis de lui dire que sa remarque était sexiste et que le problème ne venait pas du fait que nous étions des femmes. Il a osé me dire "Ah bah si quand même, vous êtes des chiffonnières entre vous"
    Voilà... que voulez vous répondre à ça !!!!!! Comment voulez vous êtes prise au sérieux par votre management quand vous dit ça ?

    Bref je trouve ça bien que ce genre de "scandale" éclate - au moins maintenant on ne peut plus faire l'autruche et dire "mais naaaan la pub c'est tropppp open minded quoi"
    FAUX et archi FAUX

    Du coup, je change de boîte et de secteur - je ne sais pas si l'herbe est plus verte ailleurs mais au moins je me sens plus en ligne avec mes convictions.

    Voilà désolée pour l'étalement personnel mais il fallait que je le dise :fleur:

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)