Sélection de nouveautés musicales pour les nuits chaudes et sauvages

Il paraît que la musique adoucit les moeurs, et il n'est pas totalement impossible qu'elle libère aussi les corps. Bienvenue dans la playlist de l'amour, du seske et de la chaleur.

Sélection de nouveautés musicales pour les nuits chaudes et sauvages

Ah, la moiteur des nuits d’été… Il fait beau, il fait chaud, les corps prennent l’air, les langues se délient pour mieux se relier, et les rédactrices perdent peu à peu le fil de leurs figures de style. Tu l’auras compris, ce n’est pas pour rien si Sea, Sex and Sun de Serge Gainsbourg passe un peu plus souvent à la radio à cette époque de l’année. La plage est encore loin, mais pour le reste, j’ai bien l’impression qu’il n’y a pas que les arbres qui sont en fleurs, et que tout le monde est motivé pour se mettre les doigts de pied en éventail… et les jambes en l’air !

En bref, si ton objectif est de pécho, comme on dit en langage châtié, je te propose une solution à base de drague auditive, qui présente deux avantages : elle te permet de briller de mille feux en étalant ta culture musicale de qualité, et donc d’éblouir tes prétendant•e•s, mais elle fera également un très bon accompagnement pour le dessert ou pour toute la nuit, selon tes ambitions.

Voici donc ce qu’il s’est fait de meilleur (ou presque) dans le monde de musique récemment pour faire du sexe. Ou tout simplement pour kiffer, parce qu’on peut aussi avoir un orgasme uniquement par les oreilles. Si, si, je te jure.

Sex Song — Melody 101

  • C’est qui ?

La première étape peut sembler la plus difficile : il faut être clair•e, mais pas trop, subtil•e, mais pas à l’excès. Bref, un jeu d’équilibriste assez casse-gueule que je te propose de résoudre avec Sex Song de Melody 101. D’abord pour son titre explicite, mais aussi pour la jolie voix rock pleine de groove de la chanteuse britannique Carly Bryant et les basses langoureuses sur lesquelles elle s’appuie. Le titre se retient facilement, la mélodie est légère tout en étant sérieuse et a le mérite de poser les choses telles qu’elles qu’elles sont.

Enfin, Melody 101 est le fruit d’une love story internationale, celle de Carly Bryant, à la base pianiste classique, et Diogenes Baptisttella, guitariste d’origine brésilienne déjà connu sur la scène indépendante, qui sont les deux fondateurs du groupe.

  • Ça sort quand ? 

Melody 101 est un groupe presque aussi frais qu’une relation naissante, et on peut en dire autant de son premier album soigneusement cuisiné. Baked in a Pie, dont est extraite Sex Song, est sorti le 19 juin dernier en disque et en vinyle. L’ensemble est agréable et le groupe pèse sur scène. Si j’ajoute que le graphisme de la pochette est à la fois pop et ensoleillé sans être ringard, tu aurais bien tort de ne pas y goûter !

Sweeten Sorrows — The Lemon Queen

  • C’est qui ? 

Maintenant que les présentations sont faites, tentons de nous détendre un peu tout en amorçant les premiers contacts physiques (cette playlist fait aussi notice d’utilisation à ses heures perdues). De la douceur, de la pop, des voix planantes sur des synthés façon années 80, un rythme à la fois lascif et bien marqué : c’est la recette de Sweeten Sorrows, et je l’espère, celle du succès de ta future union corporelle ! Les plans cocotiers-plage dorée du clip devraient également contribuer à réchauffer l’ambiance.

Le titre est signé The Lemon Queen, un groupe venu d’Angers, composé de François, au chant, à la guitare et au clavier, Guillaume, aux mêmes instruments et aux choeurs, Gonzal, qui assure la basse, et Simon à la batterie. Ils jouent ensemble depuis 2010, ont déjà remporté des tremplins et joué dans quelques festivals sympas comme Le Printemps de Bourges.

  • Ca sort quand ?

L’EP éponyme (c’est-à-dire qui a le même nom que le groupe) de Lemon Queen est né en même temps que les chaleurs du début de l’été, puisqu’il est sorti le 8 juin dernier. Il est globalement dans le même esprit que Sweeten Sorrow, posé et vaporeux, donc si ça t’a plu, tu peux y aller. Parfois, The Lemon Queen chante aussi en français, ce qui n’est pas si courant dans ce genre de musique, et vaut donc le coup d’oreille rien que par curiosité.

Cosmic Vibrations — Foxygen

  • C’est qui ?

Allez, rentrons dans le gras du sujet, caleçon en l’air et culotte sur la tête. Quoique… déshabillez-moi, oui, mais pas trop vite, comme le disait avec justesse (ça arrive) Mylène Farmer. Pour tomber la chemise tout en gardant son sex-appeal, mise sur Cosmic Vibrations. Un morceau long signé Foxygen qui laisse le temps de se décider : si tu peux être surpris•e par le riff de guitare d’entrée, on part ensuite sur des voix éthérées et sensuelles, plane pendant un bon moment avant de ré-accélerer, histoire de pimenter un peu l’ambiance. Le titre n’a pas encore de clip, tu ne pourras donc pas dire que ça te perturbe.

Derrière le blaze de Foxygen, se cachent Sam France et Jonathan Rado, deux musiciens basés à Los Angeles. Ils ont commencé à jouer ensemble au lycée, et le premier album de ce tout jeune groupe de rock avait été déclaré prometteur par la critique.

  • Ça sort quand ?

…And Star Power, l’album dont est extrait Cosmic Vibrations a déjà quelques heures de vols et probablement quelques ébats derrière lui : il est sorti en octobre 2014. C’est le troisième opus du groupe, et il est assez long pour pouvoir le passer en entier sans interrompre les festivités de la soirée !

Fog — Jabberwocky ft. Ana Zimmer

  • C’est qui ?

Quelques frottages plus tard, vos corps se sont transformés en allumettes et vous êtes à priori chaud•e•s comme la braise. Sinon, il est toujours possible de recommencer à l’étape 1, on n’est pas des jus de fruits et on n’est pas pressés. Bref, pour garder un bon mouv’ sans se prendre la tête, rien ne vaut Fog, un bon morceau électro qui mêle la voix suave de la chanteuse parisienne Anna Zimmer à des basses perlées de synthé cousues par Jabberwocky.

Malgré son nom, celui d’un poème qui apparaît dans De l’Autre côté du miroir de Lewis Carroll, Jabberwocky est un pur produit français. Les trois garçons du groupe viennent de Poitiers, et ont sorti leur premier EP, Pola, en 2014.

Le clip de Fog n’est pas bien joyeux, puisqu’il illustre la chute d’une nana dans une soirée à l’ambiance futuriste, où tous les invités portent des lunettes arc-en-ciel. Mais n’hésite pas à le regarder en détail lorsque tu auras à nouveau le temps de te concentrer : l’animation est née sous les crayons d’Ugo Bienvenu et Kevin Manach, issus de l’école des Gobelins, et elle est très chouette !

  • Ça sort quand ?

Lunar Lune, le nouvel album de Jabberwocky est prévu pour le début de l’été qui arrive. Je n’en sais pas plus pour l’instant, mais je ne pense pas prendre des risques en te disant que ce serait une bonne idée de l’écouter, avec ou sans chaussettes parce que chacun•e fait ce qu’il veut.

Forget — Saint Cava

  • C’est qui ?

Pour poursuivre dans cette vague de phéromones et de sensualité, je te propose sans transition un peu de r’n’b qui donne envie d’onduler des hanches ou d’autre part (fais comme tu le sens). Groovy, sensuel et sombre sont trois adjectifs qui vont bien au titre Forget du duo Saint Cava, qui se rencontrer des voix éthérées et des basses lourdes, avec des effets de réverbération. Tu m’en diras des nouvelles, et si ça ne te fait pas frétiller du fond de culotte, je ne réponds plus de rien.

Erika and Andreas Aarhus, sont respectivement chanteuse et producteur, et ont fondé Saint Cava en 2014. Quant au clip de Forget, il s’agit d’une succession de plans longs presque simplissimes, dans une ambiance légèrement bleutée et ouatée.

  • Ça sort quand ?

À groupe plein de fraîcheur, point d’EP trouvable sur l’Internet. La vidéo de Forget est sortie en janvier dernier, mais je n’ai point déniché de disque à plusieurs titres signé de leur nom sur le Web, tout juste un compte SoundCloud.

Montparnasse — Grand Blanc

  • C’est qui ?

Une relation, quelle que soit sa teneur, n’est pas que pâquerettes et capotes au vent. Parfois, ça vire à la passion, et donc quelque part, à la douleur. Et parce qu’il faut aussi des bandes-son pour accompagner l’amour désespéré et enragé, il fallait un titre un peu plus dur à cette playlist. Montparnasse, bercé par la voix grave de Benoît David, et par des basses pesantes, crève un peu le coeur de ceux et celles qui l’écoutent. La chanson parle de deuil, pas forcément celui d’une histoire d’amour mais d’un couple. J’ai le sentiment qu’elle sera la mélodie de la situation si tu as l’envie de déchirer les draps.

Grand Blanc, c’est de la cold wave, des paroles poétiques en français sur des rythmes pop et rock. C’est aussi un quatuor, puisque ces deux mots sont le nom de scène de Camille, Benoît, Luc et Vincent, tous originaires de Metz et désormais parisiens.

  • Ça sort quand ?

Montparnasse fait partie d’un single deux titres, dévoilé sur le Web le 15 juin dernier. Grand Blanc n’a pas (encore) sorti d’album, mais le groupe a déjà à son actif un EP éponyme, sorti en septembre 2014 et que je te recommande bien évidemment. Avec une petite mention spéciale pour l’univers graphique du groupe : la pochette de l’EP est née des crayons d’un tatoueur lyonnais, ALL CATS ARE GREY, et celle du single de l’imagination de Peter Heinrisch, illustrateur et tatoueur basé à Paris !

Better — William Fitzsimmons

  • C’est qui ?

Mais plutôt que d’achever cette playlist sur du sexe triste, vous reprendrez bien un peu de douceur ? Au mieux, ça se termine bien, au pire, ça permet de recharger les batteries pour recommencer, parce qu’on est pas tous des lapins Duracell. Il est l’heure de repasser au folk et à la tendresse. La guitare sèche et la voix délicate de Williams Fitzsimmons devraient faire l’affaire. Que de l’épuré, que de la beauté, que de la volupté sous la couette.

Williams Fitzsimmons est enfant de musiciens, originaire de Pennsylvanie, et à la fois auteur, compositeur et interprète. Plus jeune, il a appris le piano et le trombone. Le monsieur est aussi psychothérapeute, ce qui explique peut-être que sa musique soit l’as de trèfle qui pique ton coeur Caroline, et toi-même tu sais qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien.

  • Ça sort quand ?

Williams Fitzsimmons est un habitué des albums intimistes, inspirés par sa famille. Pittsburgh, le mini-album dont est tiré Better, est sorti le 18 mai dernier et ne fait pas exception à la règle. L’artiste y parle de sa grand-mère, Virginia, décédée en octobre 2014, et qui lui a transmis la passion de la musique.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 23 juin 2015 à 22h03

    La nuit est chaauuude,elle est sauvage... La nuit est belle... pour tes outrages!! :lalala:
    Je suis sûre que vous bénirez le fait que je ne chante que virtuellement,je chante comme une casserole!:troll:
    En tout cas,comme @Littlelulu ,ça m'a fait penser direct à cette ... hum merveilleuse chanson:disco:

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)