Les pires conseils qu’on m’a donnés #1 : la séduction

Sophie-Pierre Pernaut recense les pires conseils en séduction qu'on lui a jamais donnés.

Les pires conseils qu’on m’a donnés #1 : la séduction

Dans la vie, il existe bon nombre de situations dans lesquelles nous en appelons aux autres pour nous prodiguer quelques conseils bien sentis. Pourtant, autant se rendre à l’évidence : ces suggestions sont bien souvent à côté de la plaque, probablement parce qu’il n’y a rien de plus efficace que les astuces qu’on se trouve tout seul. Après tout, ne serions-nous pas les personnes qui nous connaissons le mieux ?

Pour rendre ces conseils moisis un peu plus joyeux, recensons pour la première édition de cette nouvelle chronique 3 des pires astuces séductions qu’on m’a données dans ma vie (mais surtout à son début).

Manger de la glace au cassis, c’est sexy

Quand j’avais 14 ans, je lisais des magazines féminins comme je lis désormais des ouvrages de physique quantique : beaucoup. Je les choisissais bien mal et, du coup, j’en ressortais complexée (ce que j’ai déjà expliqué ici). Du coup, pour changer, pour devenir plus féminine, pour enfin rouler mon premier patin, j’ai suivi tous les conseils qu’ils prodiguaient pour enfin plaire aux sports-études de ma classe. Ne me juge pas, ok ? Les hormones dansaient si fort en moi que j’avais l’impression d’avoir une manifestation intersyndicale dans le slip.

Alors quand sur la route des vacances j’ai lu qu’il fallait arrêter les glaces au chocolat le soir sur la plage pour se mettre au sorbet au cassis, rapport au moindre apport énergétique et à la sexyness d’une bouche colorée de rose foncé pour un effet « lèvres mordues », j’ai immédiatement décidé de suivre ce conseil. Malheureusement, ça n’a mené à rien.

En quoi ce conseil sent-il l’ail ?

Je vois plusieurs raisons à cet échec : avec ma tendance à toujours trop en faire, je ne me contentais pas de manger ma glace normalement mais m’en tartinais allègrement la bouche. Pour te le prouver, j’ai retrouvé une photo de mes vacances de l’été 2003 : 

« Viens frotter ta langue à la mienne, mon grand »

Et puis autant dire ce qui est : conseiller de changer son alimentation pour plaire au sexe convoité, juste pour faire plus joli, c’est quand même de base franchement merdique. Sachant que le magazine en question, que je ne citerai pas (à moins que tu n’y mettes le prix), était réservé aux adolescentes, j’apprécie moyennement, avec le recul, d’avoir pu penser – et qu’on ait essayé de me faire croire – que plaire à l’autre est plus important que le plaisir gustatif. MAIS SOIT.

(Bon et puis en plus, j’aime pas le cassis. J’ai l’impression de suçoter un Brise Touch & Fresh saveur océane).

L’herbe est toujours plus verte dans le futur

J’ai mis du temps à plaire physiquement, donc, comme je l’ai écrit un peu plus haut. Comme je voyais toutes mes copines se mettre à jouer à touche-urine à travers le jean, je me morfondais de ne pouvoir faire pareil, surtout que j’étais bien souvent amenée à tenir le bougeoir et à les regarder faire 45 tours de langue à la minute dans la bouche de l’autre. Généralement, quand je m’en plaignais, j’avais droit à des encouragements qui tendaient au bon conseil :

« Mais t’inquiète pas, sois patiente. Je suis sûre que tu plairas aux lycéens. Tu es trop profonde pour les collégiens, c’est pour ça. Là-bas, tu vas faire un carton. »

Alors je suis restée patiente et je me suis bien fourré dans le crâne que j’étais comme un puits sans fond pour mes camarades du collège et que je deviendrai la fille la plus courtisée du lycée. Jamais je n’ai pu oublier ce précieux conseil qui me dépeignait en fille beaucoup trop brillante pour les mecs de ma classe. J’aurais dû, pourtant. Parce que grande fut la déception de constater, au lycée, que je ne plaisais pas plus qu’avant. Du coup, on me disait « Sois patiente, tu viens d’arriver. Tu vas en briser des coeurs, quand le processus sera enclenché« .

« Soyez patiente : vous aurez beaucoup de succès dans l’au-delà. »

En quoi ce conseil sent-il l’ail ?

Bon, déjà, j’aurais aimé avoir le cran de dire que j’avais plus envie de me faire briser l’hymen que de briser des coeurs, mais là n’est pas la question. Faire miroiter à une pauvre fille en manque de confiance en elle qu’elle ne plaît pas parce qu’elle est trop bien pour ses congénères, c’est mal. Parce qu’en plus de ne pas connaître les joies du flirt adolescent, j’en étais devenue tellement prétentieuse que j’en ai saoulé mes potes.

Tu plais pas ? Réinvente-toi en fille sexy !

Un jour, tandis que je me plaignais de ne pas plaire*, une fille de ma classe m’a dit : « bah si tu plais pas comme t’es, invente-toi un rôle ». C’est beau, toute cette logique. C’est un peu comme répondre « mange » à quelqu’un qui dit « eh. J’ai faim ».

Cette image est tirée de Funnyjunk.com. C’est un site Internet.

Là où le bât blesse un peu plus, c’est quand elle a ajouté « sois plus sexy enfin j’sais pas« . C’est ainsi que je me suis retrouvée à acheter deux t-shirts un peu moulants avec mon argent de poche et à les laver à la main tous les soirs pour être sûre d’avoir une fringue « plus adulte » que mes t-shirts avec des peluches en relief à mettre dans la semaine.

Pour grossir le trait et m’assurer de faire « sexy », j’avais toujours un crayon à paillettes que je m’étalais autour des yeux dans les toilettes du collège. J’en mettais tellement que j’avais l’air d’une licorne qui pleure à la fin de la journée. Tant de mauvais goût sur une si petite personne, ça relève du génie.

En quoi ce conseil sent-il le pâté ?

À force de me voir toujours habillée de la même façon, les gens ont fini par penser que j’avais développé un petit problème d’hygiène. Comme au collège, il est de bon ton de dire les choses quand la personne en question n’est pas là, je ne pouvais pas me justifier à coups de « Eh mais nan mais t’es con c’est propre hein, ça sent la lessive« . Enfin, il faut ajouter que je ne suis pas sexy, que je ne l’étais pas plus à 15 ans, qu’il n’y a aucun intérêt à dire à une fille de 15 ans qu’elle devrait être plus sexy même quand on en a 15 aussi. Et surtout, quel que soit le domaine, quelle que soit la situation, il faut de base toujours foutre un pain à celui qui te conseille de ne pas être toi-même.

Et toi, quels sont les conseils tout pourris qu’on t’a donnés que tu regrettes d’avoir suivi pour séduire le sexe convoité ?

*À l’issue de cet article, tu vas sûrement penser que j’ai passé mon adolescence à geindre et tu n’as pas complètement tort.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 35 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Yuyunaâ
    Yuyunaâ, Le 12 novembre 2016 à 16h08

    Perso les quelques conseils qu'on m'a donné étaient toujours positifs et bienveillants ( genre : sois sincère, soit toi même, et ne sors avec ce mec que si tu en as envie :jv:).
    Après j'ai aussi lu des tonnes de conseils complétement stupides dans des magazines féminins mais ceux-là je ne les ai jamais pris au sérieux XD

Lire l'intégralité des 35 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)