Typologie des pires partenaires sexuels

En matière de sexe, chacun·e a son style, ses préférences, ses petites manies. Parfois ça matche, et parfois... c'est gênant. Voici une typologie non exhaustive des partenaires qui donnent envie de rester bien au chaud à se tripoter chez soi.

Typologie des pires partenaires sexuels

Être un mauvais coup est une inquiétude fréquente des personnes pratiquant le sexe.

Même si « bien faire l’amour » est une notion toute subjective, je vous vois penser à cette expérience vraiment gênante/improbable qui est entrée au Panthéon des fois où vous auriez mieux fait de vous masturber.

Un utilisateur Reddit a posé la question à la communauté de ce joyeux forum pour savoir ce qui avait fait du pire partenaire sexuel de leur vie le pire partenaire sexuel de leur vie. 

Je vous traduis ici les réponses les plus marquantes de ce thread en anglais que vous pouvez lire juste là, pour dresser une typologie non exhaustive des coups un peu foireux, en toute bienveillance, TOUJOURS.

Le partenaire qui fait le mort

Un « mauvais partenaire » est bien souvent quelqu’un qui semble avoir autant envie d’être là que de se pendre. Le manque d’enthousiasme est un argument récurrent des déçus du cul :

« Je suis sorti avec une fille quelques mois et elle n’avait aucune réaction pendant le sexe. Elle ne parlait pas, ne gémissait pas, ne bougeait pas et n’avait aucune expression faciale.

Au début, je m’arrêtais même pour voir si elle respirait toujours. Un peu de feedback est quand même super utile. Je n’ai pas besoin d’une porn star au lit, mais au moins un petit pouce en l’air ou quelque chose qui me dit que ce que je fais est bien ! »

Un phénomène aussi connu sous le nom de l’étoile de mer ou du poisson mort. Pourquoi toujours des images marines ? Je ne sais pas.

« En gros, le mec se contentait de rester allongé là, attendant que je fasse tout le taf, n’essayant jamais de faire un truc qui aurait pu me plaire, et se plaignant ensuite que le sexe n’était pas fun. Notre relation s’est arrêté plutôt rapidement. »

Le sexe est une activité physique et fatigante donc merci de signaler en amont que tu as la flemme ou de participer vraiment à l’effort collectif.

Le partenaire full égoïsme

Une bonne idée pour une relation sexuelle conviviale :  se préoccuper du plaisir de l’autre. L’avantage majeur est de lui donner l’impression d’être un être humain et pas un sextoy.

« Je suis resté trois ans avec mon ex. Il était du genre à se foutre des préliminaires, et pratiquer le sexe oral était pour lui un évènement exceptionnel, même si lui-même s’attendait toujours à en recevoir.

Il ne m’a fait jouir que quelques fois, la plupart du temps je finissais par me masturber pendant qu’il était déjà passé à autre chose et scrollait sur Facebook. »

Yeeees ! Le must quand tu appartiens à cette catégorie de gens généreux : demander sérieusement  « T’as joui ? ».

Je crois que ces personnes se prennent pour des mentalistes, genre ils supposent qu’ils t’ont donné un orgasme parce qu’il y ont PENSÉ.

Le partenaire qui s’inspire du porno

On ne le répétera jamais assez, le porno n’est pas un tuto pour apprendre à faire l’amour de manière universelle. Il peut être une source d’inspiration mais être à l’écoute de son partenaire est une valeur plus sûre que reproduire des techniques vu dans un film de uc :

« J’ai pécho un mec au bar. Je n’ai aucune idée de ce qu’il essayait de faire avec ses doigts mais ça n’a pas marché et ça me faisait presque mal. Je pense qu’il avait vu ça dans un porno et s’était dit « Tiens, je vais essayer ça ! ».

Il n’a même pas écouté quand je lui ai dit que ça ne faisait rien et qu’il devrait faire ça à la place… et il a juste continué son truc bizarre. Quand j’en ai eu marre de son gigotage, je lui ai dit d’arrêter et je me suis endormie. Le lendemain, i était parti avant que je me réveille. »

L’humilité et le désir d’apprendre, des qualités utiles en toute situation, touchage de vulve inclus

La partenaire très bruyante

Autant rester silencieux comme un moine n’aide pas à établir la connexion, autant hurler à la mort n’est pas forcément la garantie d’un beau moment de partage :

« La dernière fille avec qui j’étais était vraiment très bruyante, elle criait mon nom et gémissait tout le long. Ça m’empêchait de rester focus et c’était tellement fort que ça me donnait envie d’éclater de rire.

J’aime bien le dirty talk et être à fond dans le truc, mais là c’était tellement théâtral que j’ai du mettre fin à notre relation. Le sexe ressemblait à un sketch des Monthy Python à chaque fois.»

Au palmarès des pires partenaires, on trouve donc ceux qui en font trop, ceux qui n’en font pas assez, ceux qui ont un style bien à eux…

Tout cela est fort subjectif, personne n’est un mauvais coup en soi, et l’essentiel reste d’y mettre un minimum d’enthousiasme et un maximum de communication, pour s’assurer de respecter les limites de l’autre, et envisager (soyons fous !) de lui donner du plaisir et d’en prendre.

Le partenaire qui te surprend avec un move inattendu

Parmi les réponses les plus drôles de ce thread, on trouve aussi toute une déclinaison d’initiatives surprenantes qui ont transformé ce qui devait être un moment de complicité en un malaise général.

« Une fois, j’ai embrassé une fille et ça a commencé comme un baiser normal avant d’évoluer vers elle essayant d’ouvrir sa bouche le plus possible.

J’ai tenté d’en faire de même mais plus j’ouvrais la bouche et plus grand elle ouvrait aussi. Ça a commencé à ressembler à une sorte de compétition de qui ouvrirait la bouche le plus grand donc j’ai décidé d’arrêter avant de briser la mâchoire. »

Je ne juge pas les gens qui aiment lécher des amygdales, on a juste pas la même définition de la sensualité. Tout comme j’aime beaucoup la musique, mais quand le moment est bien choisi :

« Une fille qui avait peu d’expérience a voulu me branler. Elle avait cherché des conseils sur Internet mais ne savait pas vraiment comment se comporter donc… elle beatboxait. Elle voulait garder le garder le rythme. Donc elle beatboxait. À chaque fois. »

N’essayez pas ça pendant un cunnilingus, ça fait des bulles et ça chatouille.

Et toi, pourquoi ton pire partenaire était ton pire partenaire ? 

Peut-être que tu peux lui suggérer de s’inscrire au chatbot de madmoiZelle pour qu’il ou elle reçoive nos articles sexo direct sur Messenger… Je pose ça là !

À lire aussi : La dernière fois que j’ai fait l’amour… C’était ma toute première fois

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • JAK-STAT
    JAK-STAT, Le 23 octobre 2018 à 13h11

    0h-dear
    du coup ton propos c'est pas le fait qu'il faut pas en parler mais juste que c'est mieux de montrer une image qu'une vidéo?
    Oui, bien sûr qu'il faut en parler sinon ça avancera jamais. C'est juste qu'il y a des méthodes qui me semblent plus adaptées que d'autres.
    Après si ton partenaire regarde aussi du porno peut être que ça passe bien. Mais pour quelqu'un qui en regarde pas ça me semble pas être le mieux.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!