J’ai longtemps haï mes pieds pas comme les autres

Dans Corps à cœur, Cœur à corps, Marion appelle à prendre notre corps pour ce qui l'est : notre meilleur allié pour traverser la vie !

Coucou vous !

Comment ça roule ça en là ou bien ? (imitation probablement ratée de mon coloc suisse)

Je suis désolée d’avoir été peu régulière ces derniers temps dans les Corps à cœur Cœur à corps... C’était pas l’envie qui manquait de vous partager toutes les histoires qui grouillent dans ma boîte mail. Plutôt mon organisation pas toujours au top.

Maintenant que j’ai avoué mon péché de bordélisme, je vous laisse avec Marion !

Marion a plusieurs complexes, qui l’ont poussée à détester son corps. Parmi ces complexes, ses pieds avec leurs particularités. Elle a décidé de faire face à la violence qu’elle leur a envoyée pendant de nombreuses années.

C’est quoi, Corps à cœur, cœur à corps ?

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Mes pieds n’ont pas pour vocation d’être beaux

Étant adolescente, j’ai détesté mon corps
de toutes mes forces.

Il me répugnait, je me trouvais
profondément affreuse. Je rentrais du
collège ou du lycée, je matais MTV et
tous ces clips avec des femmes aux corps
normalisés me donnaient envie de
m’amputer le mien.

Quand j’y pense maintenant, j’ai envie
de me prendre dans mes bras…

J’ai tout détesté de moi. Apprendre à aimer
mon corps c’est une guerre que je veux
gagner, mais elle s’emportera petite
victoire par petite victoire.

Mes pieds. Je suis née avec une maladie
qui rend mes ongles de gros orteils épais.
Genre très épais.

Ils ne sont donc pas transparents,
ils poussent en plusieurs couches et
finissent par tomber. Ça fait un peu mal,
mais c’est surtout moche.

J’ai subi une opération il y a un an.
Le chirurgien m’a retiré l’ongle sans
enlever la matrice. Il y avait des chances
pour que ça repousse bien et que je me
retrouve avec des beaux ongles lisses.

Eh bah non ! Ils ont repoussés comme
avant. Ils ne me font pas encore mal.

Peut être que je retournerai me faire
opérer, pour enlever la matrice cette fois-ci.
Je n’aurais donc plus d’ongles du tout.
J’aurais deux boudins à la place des gros
orteils. Eh oui, parce que la nature n’aime
pas le vide donc la peau va remplir l’espace
qu’occupaient mes ongles.

Mes gros orteils sont disproportionnés.
J’aime les comparer à Roger de Amercian
Dad. Ouais, à une tête d’alien, rien que ça.

Pis j’ai des poils aux orteils. Aux doigts des
mains aussi, mais ils se sont vachement
éclaircis. Normal : ils sont plus exposés
au soleil.

Donc je rase parfois les cinq poils que j’ai
sur chaque orteil et sur le dessus du pied.

Comment je vis avec ce complexe ?
Je me suis fait tatouer sur le pied !

Et depuis, ça va un peu mieux. Pour la
première fois depuis 23 ans je mets des
chaussures ouvertes. Enfin, je les ai
portées cet été. Et là je suis à la fois
pressée et angoissée que les beaux jours
arrivent. J’ai hâte de me faire tatouer
le deuxième pied.

Mon dernier complexe ce sont mes bras.
J’ai des boutons rouges sur les bras.
Ma peau n’est donc pas lisse. Toute l’année,
j’ai le droit aux réflexions genre « Waaah
mais t’es super rouge ! T’as pris des coups
de soleil ? » — ouais, même quand on se caille
les ovaires. J’ai essayé d’arrêter le gluten,
de bien les hydrater, de prier la déesse
de la douceur, mais rien n’y fait.

Et puis ils sont costaud, mes bras.
Pas musclés, définis. Ils sont un peu flasques.
T’sais quand tu veux bander tes mucles,
techniquement ça remonte la matière
vers le ciel… moi j’ai des muscles attirés
vers le sol je crois.

Donc l’été, mes deux complexes me
mènent la vie dure. Il fait chaud, alors les pieds
à l’air, et les bras aussi nan ?

Ma solution ? Je fais du sport, du squash
plus précisément. Ça me fait du bien
globalement mais pour l’instant j’ai pas
l’impression de raffermir mes bras.

J’abandonne pas pour autant, je sens
ma force et ça me plaît.

Et je me suis fait tatouer là aussi.
Un tatouage magnifique, représentant
l’épouvantail du Château Ambulant.
Et Spyro, j’aime ce dragon putain.

Vous lire et regarder vos vidéos m’aide
beaucoup. Mon rapport avec ma pilosité
a changé. Quand je me rase maintenant,
j’ai l’impression de me trahir. Et puis
la repousse fait un mal de chien, ça gratte,
c’est irrité. Pauvre petite peau…

Mes seins ne sont pas fermes non plus.
Je fais un bon 100D. Depuis mes 13 ans
je mets des soutiens-gorge. Et ils me font
mal au dos donc je vais dans des boutiques
de luxe. Chaque soutif me coûte plus de 100€.
Ça fait un peu moins mal qu’avec des soutifs
à 15 boules mais je ne veux pas avoir un peu
moins mal, je veux pas souffrir du tout.

C’est violent, on n’a pas besoin de se faire
du mal comme ça.

Viens, on s’accepte comme on naît ?

Témoigner sur ses complexes, ça fait quoi ?

J’ai également demandé à Marion de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir son corps illustré, ça fait quoi, qu’a-t-elle ressenti ?

Je suis fière et honorée que mon témoignage
puisse être relayé par madmoiZelle
et illustré par l’illustratrice
engagée que tu es.

Oui, je me reconnais dans ton illustration.
Je ne dirais pas que je perçois mon corps
autrement, disons que je suis contente
d’avoir fait ce tatouage qui me réconcilie
avec mes pieds.

Et le fait que tu les rendes beaux puisque
colorés m’a donc amenée sur ma réflexion :
les pieds n’ont pas à être jolis.

Mes pieds. Je ne les aime pas.
N’empêche qu’ils sont mes meilleurs alliés.
J’ai réalisé cela tard, c’est d’une évidence
risible. Si je veux m’enfuir, j’en ai la
possibilité grâce à eux.

Ils m’ont portée lors de mes nombreux
voyages. Nos membres, notre corps, avant
d’être des sujets de beauté sont surtout
d’une utilité indéniable.

Je n’ai pas les plus beaux petons du monde,
mais ils ne sont pas là pour être jolis.

J’espère avoir répondu à tes questions.
Merci pour ton travail ♥

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

L'essentiel de madmoiZelle

Cet article t’a parlé ? Tu aimerais en lire davantage ? Abonne-toi au chatbot de madmoiZelle, un gentil robot qui t’envoie sur Messenger, en fin de journée, l’essentiel du magazine à ne pas rater !

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Léa Castor

Graphiste et illustratrice Castor voyageuse, j'ai décidé de poser mon sac-à-dos et ma palette d'aquarelle dans la madmoiZelle family pour un moment.

Tous ses articles

Commentaires
  • MaryPoppinz
    MaryPoppinz, Le 28 octobre 2018 à 12h41

    "Pied pas comme les autres" ?
    Mon réflexe a été de compter le nombre d'orteils :rire:
    Tout a l'air d'être là :top:
    Je ne connais pas ce soucis d'ongles. J'espère que ce n'est pas trop douloureux :erf:
    En tout cas, tu n'as pas à en avoir honte du tout !
    Ni des pieds, ni des bras, ni rien du tout :fleur:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!