Une petite fille transgenre écrit à Barack Obama

Sadie, une petite fille de 11 ans, est transgenre. Elle a décidé d'écrire un discours pour répondre à celui de Barack Obama lors de son investiture.

Sadie est une petite fille américaine de 11 ans transgenre ; c’est à l’école maternelle qu’elle a opéré sa transition entre les deux sexes. Comme on peut le lire sur la version américaine du Huffington Post, elle a été scolarisée à domicile jusqu’à retourner à l’école pour son année de CM2 (enfin, l’équivalent aux USA). Sa mère la décrit comme une enfant épanouie et heureuse qui assume totalement ce qu’elle est. Cependant, certains internautes protestent, estimant qu’un enfant de cet âge ne peut pas vraiment se sentir garçon ou fille ; un lecteur du HuffPo réagit ainsi dans les commentaires qui accompagnent l’article :

« Ils sont censés être androgynes à cet âge !! C’est MAL de sexualiser les enfants de quelque façon que ce soit, surtout parce que, en particulier à cet âge, leurs hormones n’ont pas encore commencé d’affluer ! Quand ce sera le cas, ils seront totalement différents, mentalement et physiquement. »

Quoiqu’il en soit, Sadie a entendu le discours de Barack Obama lors de son investiture lundi 21 janvier dernier. Un discours pendant lequel il s’est exprimé en faveur de l’égalité pour tous :

La mère de Sadie a expliqué au journal en ligne que la petite fille s’était sentie particulièrement fière de voir que son président incluait les homosexuel-le-s dans son discours, mais s’est demandé pourquoi il ne s’était pas directement adressé aux personnes transgenres. C’est pourquoi elle a décidé de lui répondre dans le discours ci-dessous (pour voir le texte en version originale, c’est sur Transgriot). Un texte qui déborde de la naïveté désarmante d’un enfant heureux qui s’exprime sur des sujets complexes comme la discrimination :

« Le monde serait un endroit meilleur si tout le monde avait le droit d’être soi-même, y compris les gens qui ont une identité et une expression genrée particulières. Les personnes transgenres n’ont pas la même liberté de faire des choses comme tous les autres, comme aller chez le médecin, aller à l’école, trouver un travail ou se faire des amis.

Les enfants transgenres comme moi ne sont pas autorisés à aller dans la plupart des écoles parce que les enseignants pensent qu’ils sont différents des autres. Les écoles ont peur de la façon dont il faudra l’expliquer aux parents des autres enfants, et on dit aux enfants transgenres de ne plus venir ou bien on les cache. On dit aux enfants de ne pas être amis avec les enfants transgenres, ce qui fait qu’ils sont seuls et tristes.

Quand ils grandissent, les adultes transgenres vivent un moment difficile parce que le patron pense que les clients vont avoir peur et partiront. Les docteurs ont peur de traiter les patients transgenres parce qu’ils ne savent pas comment les soigner, et certains docteurs ne veulent pas vraiment les aider. Les patients transgenres comme moi doivent voyager pour voir un bon docteur.

Ce serait un monde meilleur si tout le monde savait que les gens transgenres ont les mêmes espoirs et les mêmes rêves que tous les autres. Nous aimons nous faire des amis et nous voulons aller à l’école. Ce n’est vraiment pas difficile d’aimer les gens transgenres parce qu’ils sont comme tout le monde. »

Un discours qui fait peut-être beaucoup de raccourcis… n’empêche qu’il a le mérite d’être sincère et touchant et de remettre en avant le sujet de la transidentité et de la place à lui accorder dans la société.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 29 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • GreyA
    GreyA, Le 5 juin 2013 à 20h36

    C'est marrant, mais moi ce qui me choque le plus dans cet article ce sont les commentaires qui remettent en question l'identité de Sadie et sa démarche en prétendant qu'il s'agit d'une forme de sexisme ou d'une manipulation des parents (à cause du mot transgenre) parce que l'enfance serait une période asexuée.

    L'identité sexuelle commence à se construire dès la naissance en partie avec l'environnement donc, oui, elle se construit souvent en fonction de clichés. Mais pas que, nombreux-ses sont les transgenres qui l'ont su dès la naissance même si tous-tes ne sont pas dans ce cas.

    L'enfance est loin d'être une période asexuée - et je dis cela en ayant vécu dans un environnement assez neutre par rapport à certaines personnes. Je pense que la majorité des personnes ici ne trouveraient absolument pas choquant que les enfants s'identifient au genre qu'on leur a assigné  la naissance, pourtant, même si les cisgenres sont majoritaires, c'est exactement le même principe.

    Une petite fille ne se dit pas fille uniquement parce qu'on le lui a dit et qu'elle rentre dans les rangs, de nombreux "garçons manqués" s'identifient également comme fille et ne changeront pas d'identité.

    Les enfants transgenres, c'est un tabou, mais ils existent dans les deux sens et je crois que s'attrister parce que des enfants ont des phases où ils se sentent de l'autre genre ou expérimentent les intérêts classiques à l'autre genre (pour le cas de la fille d'Angelina Jolie, je ne sais pas si elle est trans ou non donc je préfère ne pas m'avancer) ou parce qu'une fille née "garçon" se considère comme fille depuis la maternelle parce qu'on y voit une certaine forme de sexisme, c'est une forme de cissexisme (le mot du jour !) et sûrement erroné !

    Par ailleurs, je pense que les parents de Sadie ont été à son écoute dès son plus jeune âge et ont accepté sa transition. Certes, ils ont dû lui apprendre le terme "transgenre", mais ça ne remets aucunement en question sa transition et son identité sexuelle.


    Et non, on ne commence pas les traitements et les opérations chez un enfants, mais sachez que quelques adolescents ont déjà eu accès aux traitements hormonaux et que la grande majorité en est très heureuse. :-)

Lire l'intégralité des 29 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)