People or not people (Lauren Weisberger)

Bettina Robinson alias Beth, 26 ans, Manhattan, 80 heures de travail par semaine. Jonglant entre les dîners chez son oncle Will, un chien hypoallergénique et allergique, un patron usant et abusant de stimulations philosophiques, Beth se sent un peu à l’étroit dans son tailleur. Alors à l’annonce des fiançailles de Pénélope, sa meilleure amie, elle […]

Bettina Robinson alias Beth, 26 ans, Manhattan, 80 heures de travail par semaine. Jonglant entre les dîners chez son oncle Will, un chien hypoallergénique et allergique, un patron usant et abusant de stimulations philosophiques, Beth se sent un peu à l’étroit dans son tailleur. Alors à l’annonce des fiançailles de Pénélope, sa meilleure amie, elle décide de troquer des journées dans un box aussi grand qu’une cabane de douche contre des heures à rester affalée dans un canapé, mangeant des chocolats en lisant des romans à l’eau de rose. Oui mais voilà, tout le monde ne l’entend pas de cette oreille. Ses parents veulent qu’elle postule dans une association caritative/humanitaire, son oncle veut lui faire écrire des articles, et Beth finira par se retrouver chez Kelly & Co, agence de communication événementielle. Fini les tailleurs, c’est l’heure des tenues de marques, aussi courtes qu’elles sont chères, des soirées sans fin dans tous les night-clubs les plus "hype" de la ville.

People tu seras, et les VIP tu aimeras.

Du jour au lendemain Beth change de garde robe comme elle change de style de vie, fait la une des journaux people aux côtés de l’ex de Gwyneth Paltrow…

Pour son deuxième roman, Lauren Weisberger nous dresse le portrait de la face cachée du monde des VIP. On circule entre les caprices de stars, les décos à fignoler et les invités à lister, le tout entrecoupé de soirées qui s’étalent jusqu’au bout de la nuit. Même si le monde des people est peut-être, justement, fait de clichés, People or not people semble tout de même parfois trop, prévisible, forcé, accentué. Des parents baba-cools ne buvant que des infusions à la réglisse, un chien hypoallergénique mais allergique, un oncle gay et un videur aussi tendre qu’il est musclé. On se croirait parfois dans un de ces romans que Bettina Robinson collectionne… Mais c’est peut-être ce que Lauren Weisberger a voulu dire.

Malgré tout, l’auteur réussit à nous embarquer dans son histoire grâce à un style simple et des détails croustillants. On n’a pas envie de fermer le livre avant de savoir le fin mot de l’histoire, et voir si on avait bien deviné.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Buzzy
    Buzzy, Le 18 avril 2008 à 18h28

    Je viens de le refinir hier soir n'ayant rien d'autre à lire et j'aime bien mais c'est vrai juste pour se divertir après c'est pas le chef d'oeuvre du siècle mais on a quand même envie de savoir la fin et malgrè que l'histoire soit semblable à la multitude de livres racontant l'histoire d'une jeune journaliste à Manhattan ou Londres, c'est celui-là que je trouve le plus intéressant parmi tous ces livres assez futiles on va dire :P

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)