Plaidoyer pour l’esthétisme du pénis, par Josée l’Obsédée

Le pénis est bien moins érotisé que d'autres parties du corps. Dans le langage courant, dans l'imaginaire collectif, il se fait arme, jouet, outil... mais Josée les aime, les pénis, et elle voudrait les voir sublimés !

Plaidoyer pour l’esthétisme du pénis, par Josée l’Obsédée

S’il y a un truc qui m’énerve, c’est cette idée commune, et tellement évidente à première vue, voulant que le pénis soit une arme. Le pénis c’est un pic, c’est un cap, c’est une péninsule mais c’est aussi un couteau, un flingue, une arbalète, un geyser, un léviathan, un colosse… L’humiliation c’est, dans l’imaginaire collectif, d’avoir un pénis dans la bouche, dans l’anus, dans le vagin voire dans l’oreille.

Alors ok, je conçois qu’on puisse s’amuser cinq minutes avec son appareil génital, façon « mon zizi est une torpille thermonucléaire à tête foreuse » mais après un certain âge, je suis beaucoup moins patiente envers ce genre de délire.

Déjà, je trouve ça absurde : en quoi le pénis est une arme ? À ce compte-là, appelons nos vagins le Gouffre de Helm, le Nexus, le Trou Noir…  (ceci dit, c’est un peu rigolo). Ça n’a pas de sens, c’est un morceau de chair la plupart du temps inerte, jamais si dur que ça, toujours un peu mou, un peu bondissant… Vous imaginez, si les sabres laser avaient eu cette consistance ? Les combats auraient fait « boing boing » au lieu de « frrrrzzz rrrrzzzz » (ok, je ne sais pas imiter le bruit des sabres laser).

À lire aussi : Typologie des pénis

Certes, on peut faire du mal avec son pénis, mais un pénis en soi, sans le corps et les mauvaises intentions qui vont avec, c’est pas non plus tranchant comme un poignard. Un presse-papier ou un angle de meuble sur lequel je peux cogner mon orteil, c’est déjà plus menaçant !

Le pénis, en soi… c’est juste un pénis. Suivant l’usage, il peut être un outil très agréable, et je ne me sens jamais « agressée », « envahie », « conquise » quand un chibre visite l’un de mes orifices (tant que je suis d’accord, bien évidemment). Au contraire, je me sens puissante. Le pénis, c’est sensible : on nous dit bien de frapper là pour mettre quelqu’un K.O. ! Il est en moi, j’ai tout pouvoir sur lui, je peux contracter mes muscles, ralentir le rythme, je pourrais me tordre, faire un geste brusque, mordre si j’étais très mal intentionnée, et bien sûr, je peux aussi choisir de me laisser faire, parce que c’est agréable…

À lire aussi : Comment toucher un pénis ?

De toute évidence, chacun-e a un rapport différent au(x) pénis : vous pouvez voir les choses d’une autre façon et ne pas apprécier d’en avoir en vous, voire trop près de vous, pour d’excellentes raisons.

Ce n’est pas une injonction à l’amour du pénis que je fais là ! Juste une tentative de désacralisation… parce que non, le pénis n’est pas une arme puissante, une lance vibrante, un outil brûlant, ou autre qualificatif ronflant de littérature érotique.

À lire aussi : Fifty Shades of Grey : briefing sur un best-seller érotique

Un pénis, ça peut être beau aussi. Quand je vois celui de James Deen — si rose, si propre et qui doit certainement sentir fort bon (je ne rencontrerai jamais James Deen, je peux imaginer ce que je veux !), je me dis qu’il faudrait en montrer plus ! Pas à toutes les heures du jour, pas pour vendre n’importe quoi (je ne demande pas à ce qu’on réponde à la femme-objet par l’homme-objet), mais quand l’occasion se présente…

Tiens, d’ailleurs : eh, dites, les mecs qui adaptent Game of Thrones, il faudrait arrêter de couper cette fichue caméra avant le pénis fatidique ! C’est hypocrite au possible, en plus, parce que des femmes nues, on en a à la pelle, dans toutes les positions et toutes les situations.

Le pénis n’est pas plus choquant que le reste. Il est partout dans la vraie vie : sur les tables du collège, en insulte suprême à l’autorité, avec du sperme au blanco, dans toutes les menaces, dans toutes les insultes, dans (presque) tous les Charlie Hebdo… Mais pourquoi ne serait-il pas esthétique ?

À lire aussi : « Masculin/Masculin » : les hommes nus s’exposent à Paris

Les grecs s’en servaient comme nains de jardin avec Priape, et c’était un signe de fertilité ; pourquoi le pénis est-il depuis devenu une arme et une insulte ? Pourquoi cette partie du corps, qui peut être douce, qui peut être agréable, qui peut être magnifique, est-elle réduite à une menace, ou à un élément ridicule provoquant des gloussements ?

Le goût certain de nos ancêtres en matière de déco

Et pourquoi faut-il attendre des séries péplum un peu (voire beaucoup) homo érotiques sur les bords, comme Rome ou Spartacus, pour voir enfin quelques pénis sur HBO, chaîne réputée pour ses séries « subversives » et ses scènes de cul innombrables ? Pourquoi voit-on autant de seins et de vulves quand les pénis restent si discrets ? 

J’ai compté tous ceux que j’ai vu à la télé et au ciné et je n’atteins pas la vingtaine. Pour les seins, je ne me suis pas donné cette peine : je crois que ça se compte en centaines, voire en milliers !

Oui, les pénis sont nombreux dans le porno, mais même là, on ne s’attarde pas tant que ça dessus (sauf dans le porno gay, que je regarde faute de jolis chibres dans les films hétéros). Ils ont souvent l’air de monstrueux organes avec option marteau-piqueur. Paie ton érotisme…

À lire aussi : L’homme aux deux pénis, une histoire inoPINÉe

Je ne dis pas que l’érotisation féminine est parfaite, loin de là : on manque de variété, les corps sont découpés en tranches, lissés à l’extrême et figés dans des rôles très codifiés. Mais l’érotisation masculine est, elle, quasi inexistante. Même dans mes yaoi adorés, les pénis sont souvent censurés, réduits à des silhouettes fantômes à peine esquissées…

Des captures du yaoi le plus « hard » que j’ai lu : Haru Wo Daiteita… On est loin du réalisme. Et dans le hentai classique, si on voit un pénis détaillé, alors il appartient probablement à un poulpe mutant.

Pourtant il y a du bon dans l’érotisme, il y a du bon dans le fantasme, et si on pouvait limiter les menaces et autres insultes du type « enculé » ou « suce ma bite », pour montrer une autre facette de ces doux pénis, j’avoue que je ne me plaindrais pas !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MsOriginalDoll
    MsOriginalDoll, Le 25 septembre 2014 à 15h36

    Moi je trouve les pénis assez beaux esthétiquement, mais notre "trou noire", esthétiquement parlant, n'est pas à la hauteur de mon goût de l'art mdrr. Excusez pour celles qui le trouvent "trop mignons" *.* mais voilà, c'est mon idée sur la question ^^

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)