La pause café – La petite vie (pro) d’Almira

Pondu par Almira Gulsh le 23 janvier 2013     

Almira était au chômage, puis elle a eu un entretien d’embauche, et elle a pris ses repères dans sa nouvelle entreprise. Aujourd’hui, elle découvre la pause café et ses « potins »…

Voici deux jours que je fais de l’archivage. Je sors des documents de gros classeurs, je les mets dans des chemises que je mets dans des boîtes que je mets dans des cartons que je range sur des étagères. Ma vie a eu le temps de défiler plusieurs fois devant mes yeux. J’ai même eu le temps de l’analyser en profondeur, pour comprendre ce qui avait pu clocher depuis le jour de ma naissance pour me que je me retrouve ici aujourd’hui. Enfin, pour tenter de comprendre, parce que pour le moment, je ne vois pas de quoi on cherche à me punir si durement. Alors je continue, en attendant de trouver une réponse, jusqu’à ce que soudain, le visage souriant d’Eva passe l’encadrement de la porte : « Hé, Almira, tu viens, c’est l’heure de la pause café ! ».

La pause café des filles de l’étage. J’en ai vaguement entendu parler, ça m’a l’air d’être une institution. En plus, elles ont l’air plutôt sympa. Ça me changerait un peu du visage austère d’Emmanuelle, qui ne boit que des infusions sans sucre d’herbes bizarres et amères. Et puis c’est important de se bien s’intégrer sans son entreprise, de créer des liens. Ça me permettrait de comprendre comment la boîte fonctionne et de mieux connaître les gens avec qui je serais amenée à travailler. Et honnêtement, j’en ai tellement plein la tête de ces documents à sortir des classeurs à mettre dans des chemises à ranger dans des boîtes à mettre dans des cartons à mettre sur des étagères, qu’un petit café ne pourrait pas me faire de mal…

La pause café   La petite vie (pro) dAlmira coffee

D’un autre côté, Emmanuelle m’a confié cette tâche avec solennité. Elle a même dit « la mémoire du service en dépend ». Je ne peux pas arrêter avant d’avoir fini. Et finir bien. Ne serait-ce que pour qu’elle cesse de penser que je suis bête à bouffer du foin. Je suis convaincue que c’est ce qu’elle pense de moi. Rien que ce matin, je me suis agrafé un ongle, sectionné l’index avec un coupe-papier, perdue en allant au courrier, et mis 25 minutes avant de comprendre comment on assemblait une boîte à archives. Alors si elle apprend que j’ai déserté pour aller boire un café et manger des petits gâteaux, je pense qu’elle va définitivement me cataloguer comme boulet de service. C’est marrant, cette capacité que je peux avoir à ne plus être bonne à rien dès que je me sens observée et jugée…

« Alors, Almira, tu viens ? »

J’ai tellement envie de répondre oui, mais en même temps, j’ai tellement peur de me griller définitivement !

« C’est que.. Euh… je dois finir d’archiver ça parce qu’Emmanuelle m’a… »

« Ah ah! Je vois! Mais tu sais, tout ce fatras, ça doit faire bien deux ans que c’est en bordel. À mon avis, ça pourra attendre 20 minutes de plus. Puis j’ai prévenu Emmanuelle, t’inquiète pas ! »

Vu comme ça… Je peux donc suivre sans aucun scrupule mon hôtesse jusqu’à la salle de pause. Une petite pièce un peu sombre, aux murs constellés de panneaux de liège sur lesquels sont épinglés des coupures de presse jaunies, des faire-part de naissance plus kitsch les uns que les autres et des cartes postales d’endroits que mon salaire ne me permettra jamais de visiter. Dans un coin, un petit frigo qui semble avoir fait son temps, sur lequel trônent la sacro-sainte cafetière et les gâteaux. Visiblement, la petite nouvelle était attendue : à mon arrivée, Sophie, Véronique et Marie se lèvent pour me tendre mon gobelet, un sucre, une touillette, un cookie et tirer ma chaise. Et j’ai à peine le temps d’avaler une gorgée de mon jus de chaussette que j’ai l’impression de subir un interrogatoire de la Gestapo. Et d’où tu viens, et tu travaillais où, est-ce que t’as un mec, des enfants, un chat, où est ce que tu as acheté ton pull. Pour une fois qu’on me pose des questions dans ce job auxquelles je suis apte à répondre…

La pause café   La petite vie (pro) dAlmira attondezlacreme

« Et sinon, comment ça se passe avec Emmanuelle ? »

Ah. Voilà, la première question piège. Est-ce qu’il faut que je sois honnête et que je leur dise qu’elle me fait flipper parce qu’elle me donne l’impression qu’elle va me manger toute crue, ou est-ce que je leur dis qu’elle est super géniale?

« Euh… » (mon sens de la répartie me perdra un jour, j’en suis sûre)

« Bon, on la connaît Emmanuelle. Elle est un peu pète-sec, mais tu verras, elle a un super bon fond. Il faut juste savoir la prendre. »

Me voilà rassurée.

« Et avec monsieur Eichel, ton chef de service, ça se passe bien ? »

« Je sais pas, je ne l’ai pas encore rencontré. Il est en déplacement. Vous le connaissez bien vous ? Il est sympa ? »

Vu comment les filles se jettent des regards entre elles pour savoir qui doit répondre, je pense que je vais vite regretter d’avoir posé la question. Finalement, c’est Marie qui me répondra.

« Bon, déjà, tu le verras pas trop souvent. Il est régulièrement en déplacement. Du coup, il sera pas trop sur ton dos. Puis il est pas du genre à venir foutre la pression. Si le boulot est fait, il viendra pas te casser les pieds. Enfin… »

Soudain, j’ai peur…

« Enfin quoi ? »

« C’est que… Autant que tu le saches, parce que tu t’en apercevras de toute façon très vite, mais il a un rapport assez particulier avec les femmes. »

La pause café   La petite vie (pro) dAlmira wolf

« C’est à dire ? »

« Bah… il nous regarde rarement dans les yeux. Puis il nous fait régulièrement des propositions très bizarres. Dernièrement, il a proposé à Véronique d’aller faire un tour avec elle dans sa Renault 21 à la pause déjeuner. »

Et Eva de renchérir:

« Moi, il m’a invitée à faire un pique-nique en tête à tête, et il a offert une boîte de chocolats et des fleurs à Sophie. Et Giovanni, une fois, l’a croisé avec une grande blonde qui lui donnait la main et qui ne ressemblait pas du tout du tout à sa femme, ni à sa fille. »

Mon chef. Le type à la chemise en flanelle et aux grosses mains poilues qui, lors de mon entretien d’embauche, a eu le culot de me demander si j’avais l’intention de me reproduire dans un avenir proche. Je sais pas si je dois remercier mes collègues de m’avoir mise au parfum ou si je dois m’enfuir en courant…

La suite dans le prochain épisode de La petite vie (pro) d’Almira !

vie pro almira

Ça vous a plu ? Partagez !

81 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Almira Gulsh - Tous ses articles

Plus de Almira Gulsh sur le web :

Tous les articles Ah ! Les mecs..., Etudes, jobs & métiers, Humeurs & Humours, Moi, moi et moi et aussi Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , , , , ,

Les 8 dernières réactions à cet article sur le forum

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. madmoizelledoutemadmoizelledoute

    Le 23 janvier 2013 à 17:04

    Ha la pause café! Un grand moment dans l'administration…

    Par contre le premier paragraphe m'a un peu irrité… L'archivage un bien grand mot n'est-ce pas?
    Je suis archiviste de métier, j'ai fait des études pour cela (et oui il y a des études pour cela…:))
    Ce n'est pas juste sortir des documents d'un classeur pour mettre en chemise et ensuite en boîte…
    Et attention trop de pause café te fera visiter un autre endroit tout aussi fréquenté que la salle de pause…

    :)
  2. Mamzelle.SleepyMamzelle.Sleepy

    Le 23 janvier 2013 à 18:51

    @madmoizelledoute : je pense que le niveau d'archivage dont elle parle n'est pas le même que celui pour lequel des études ont été mise en place.

    Sinon la pause café c'est le grand piège. Je me souviens pendant mes 2ans à la SNCF, j'ai toujours eu peur de prendre une pause café car on regarde toujours mal les gens qui osent prendre une pause café, contrairement aux fumeurs qui ont le droit de prendre 10min toutes les heures pour fumer leur clopes… C'est insupportable.

    Maintenant au boulot, ma pause café/thé je la prends au bureau c'est plus simple. Tout en travaillant tant pis pour la socialisation.
    Et puis en plus à chaque fois que j'ai déjeuner, ou pris un café avec des collègues ils ne parlaient que boulot, boulot, boulot, donc c'est bien mignon mais si on fait une PAUSE c'est pas pour parler boulot…
  3. PoO42PoO42

    Le 23 janvier 2013 à 19:01

    Posté par madmoizelledoute
    Ha la pause café! Un grand moment dans l'administration…

    Par contre le premier paragraphe m'a un peu irrité… L'archivage un bien grand mot n'est-ce pas?
    Je suis archiviste de métier, j'ai fait des études pour cela (et oui il y a des études pour cela…:))
    Ce n'est pas juste sortir des documents d'un classeur pour mettre en chemise et ensuite en boîte…
    Et attention trop de pause café te fera visiter un autre endroit tout aussi fréquenté que la salle de pause…

    :)

    ah ah, mais faire de l'archivage ne veut pas dire qu'on est archiviste ! J'ai moi aussi fait trois moi de mise en pochettes, petits cartons, gros cartons, étagère…l'enfer.
  4. WuddleKinsWuddleKins

    Le 23 janvier 2013 à 19:20

    Ça me fait penser à GIRLS cette histoire de patron chelou :sweatdrop:
  5. Malo33Malo33

    Le 24 janvier 2013 à 10:00

    Posté par madmoizelledoute
    Ha la pause café! Un grand moment dans l'administration…

    Par contre le premier paragraphe m'a un peu irrité… L'archivage un bien grand mot n'est-ce pas?
    Je suis archiviste de métier, j'ai fait des études pour cela (et oui il y a des études pour cela…:))
    Ce n'est pas juste sortir des documents d'un classeur pour mettre en chemise et ensuite en boîte…
    Et attention trop de pause café te fera visiter un autre endroit tout aussi fréquenté que la salle de pause…

    :)

    Haaaa ! ça me rassure un peu ! Je suis moi même archiviste spécialisée dans les archives contemporaines (entendre par là : je m'occupe des archives produites par les services de la mairie où je travaille) et j'ai tiqué en lisant cela.
    Cela dit Madmoizelledoute, je trouve que c'est déjà bien que ces fameuses archives soient mises en boite, même par quelqu'un qui n'a pas de formation, car ce n'est pas souvent le cas. Je me suis même retrouvée devant ce type de classement (et j'ai eu une grosse envie de m'asseoir et de pleurer :crying:) :
    http://www.loire.fr/upload/docs/image/jpeg/vrac_300b.jpg
  6. Almira GulshAlmira Gulsh

    Le 24 janvier 2013 à 11:48

    Posté par madmoizelledoute
    Ha la pause café! Un grand moment dans l'administration…

    Par contre le premier paragraphe m'a un peu irrité… L'archivage un bien grand mot n'est-ce pas?
    Je suis archiviste de métier, j'ai fait des études pour cela (et oui il y a des études pour cela…:))
    Ce n'est pas juste sortir des documents d'un classeur pour mettre en chemise et ensuite en boîte…
    Et attention trop de pause café te fera visiter un autre endroit tout aussi fréquenté que la salle de pause…

    :)

    Nous sommes bien d'accord. Là je parle bien d'archivage que je qualifierais de "à la con". Tu sais, cet archivage quand tous les interstices de ton bureau sont occupés par de la paperasse encombrante, que tu ne reliras jamais, mais que tu dois néanmoins conserver parce que c'est la loi? Ces documents que tu dois bêtement ranger dans des classeurs et des boites qui prendront la poussière pendant des années avant de partir à la poubelle et qui n'ont pas vocation à être valorisés, mais bien à occuper de la place ailleurs?

    Loin de moi l'idée de dévaloriser le métier d'archiviste (qui doit être noble et passionnant). C'est juste que cette tâche à la con et ton métier portent le même nom.
    :P
  7. Malo33Malo33

    Le 24 janvier 2013 à 14:11

    Posté par almira-gulsh
    Ces documents que tu dois bêtement ranger dans des classeurs et des boites qui prendront la poussière pendant des années avant de partir à la poubelle et qui n'ont pas vocation à être valorisés, mais bien à occuper de la place ailleurs?

    Héhéhé ! En effet, dans le privé, ces petites boites partent souvent à la poubelle…
    Mais qd tu bosses dans le public, et que le conservateur des archives se sent un minimum concerné par les archives contemporaines, ben ces petites boites viennent prendre leur place sur des étagères dans un lieu qui leur est réservé. Et un jour, vas savoir pourquoi, un chercheur qui cherche viendra et demandera à les consulter. Et là, nous les archivistes, ça nous fait un petit quelque chose. On est content (il ne nous faut pas grand chose).

    Mais c'est certain que devoir se taper de la mise en boite sans vraiment connaitre les tenants et les aboutissants, c'est pas vraiment motivant ! Surtout en sachant qu'elles rejoindront la benne à ordure à un moment donné.

    Bon courage Almira !!! :cheer:

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !