Patchs purifiants Nivea Visage

Généralement, ma peau est portée aux nues. Putain t’as vraiment une peau nickel, me déclare amèrement et régulièrement une amie moins chanceuse. Mon teint et moi, on sourit à moitié parce que c’est gentil, mais on sait très bien au fond que ces douces illusions s’envolent dès que la distance visage-miroir se réduit. Car oui, […]

Généralement, ma peau est portée aux nues. Putain t’as vraiment une peau nickel, me déclare amèrement et régulièrement une amie moins chanceuse. Mon teint et moi, on sourit à moitié parce que c’est gentil, mais on sait très bien au fond que ces douces illusions s’envolent dès que la distance visage-miroir se réduit.

Car oui, si je n’ai pas de boutons, de rougeurs ou de je ne sais quoi, j’ai des points noirs. Phénomène cutané qui me vaut de tester Ze truc hypra glamour, le patch anti-comédons – pardon, le Patch purifiant douceur (c’est tout de suite moins gore) de chez Nivea Visage.

Chez Nivea Visage, on promeut le multilinguisme autant que possible : pas d’indications en français, prière de chprécher l’allemand ou de spiquer l’anglais. Comme à défaut d’être bilingue, je ne suis pas complètement manchote et qu’en plus, il y a des petits dessins, je comprends la marche à suivre.

Etape un : merci de se mouiller le nez et d’y apposer le fameux patch miracle. Jusque-là, ça devrait être à ma portée : quand j’étais môme je faisais plein de collections Panini. Avec un rectangle blanc collé au milieu de la figure, on a l’air passablement con, mais bon, on patiente dix-quinze minutes en regardant ailleurs.

Etape deux : quand le patch se solidifie et qu’on a l’impression qu’on ne pourra plus jamais le retirer, on le retire. Youpi. Je commence par les côtés, évidemment. Putain ça arrache semble être une réaction tout à fait normale, tendance modérée. Nivea approuve. En revanche, si on a l’impression tenace que la moitié du nez va se barrer avec le patch, on n’hésite pas à arroser de flotte. Pendant que la peau est un peu anesthésiée par ce qui va bien falloir appeler la douleur, euca touch : j’applique un produit désinfectant. Prudence est mère de sûreté, surtout en matière de derme. 

Résultat
Il y a bien des trucs un peu dégueulasses sur mon patch, ça oui. En revanche, y’en a encore plein sur ma face. En plus ça fait mal et quelque chose me dit d’un délai de 48 heures avant le prochain peeling est un minimum. Alors ? Alors, Babel ne s’est pas faite en un jour. Elle s’est même cassée la gueule. A bien y réfléchir, peut-être que la perfection cutanée n’est pas de ce monde.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 19 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • La.marie
    La.marie, Le 23 juillet 2008 à 16h46

    ben moi j aime beaucoup et ca marche (sauf sur le front et menton ca sert a rien :sad:)
    quand je l utilise je me lave le visage avant, je mouille bien le nez et je garde le patch autant de temps qu indiquait (pas plus pas moins)
    en fait ca fait mal quand on l enleve lorsque le nez n est pu assez humide sinon ca se decolle nickel :)
    ensuite quand on rince ca donne la peau super douce,ca sent bon, certes rouge et ya encore quelques points noirs mais plutot satisfaite
    petit bemol le patch ne recouvre pas assez bien le nez :sad:

Lire l'intégralité des 19 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)