Paris, Capitale de la Création

Linda, notre investigratrice de choc et de charme, était sur les salons professionnels de la mode qui se tenaient à Paris début février. Reportage et coups de coeur.

Paris, Capitale de la Création

Ce week-end, la planète Mode s’était donnée rendez-vous Porte de Versailles pour une multitude de salons réservés aux professionnels de la fashion et rassemblés sous le titre évocateur : « Paris Capitale de la Création ». Linda partage avec toi tous ses coups de cœurs…

Ils s’appellent Who’s Next, Midec ou Eclat de Mode, ils regroupent des milliers d’exposants, jeunes talents ou créateurs confirmés et attirent des milliers d’acheteurs venus du monde entier. Deux fois par an, se joue à Paris Expo l’un des rendez-vous les plus emblématiques de la fashion, véritable vitrine de ce qui se fait en matière de mode, bijoux, accessoires, chaussures et lingerie pour aujourd’hui et surtout pour demain. On y va pour sentir les tendances, dénicher la petite marque qui monte et s’émerveiller de toutes ces créations…  

Impossible de tout présenter, après des heures de marche, 6 salons visités et plusieurs kilos de lectures récoltés, je rentre chez moi lessivée mais des coups de cœurs plein la tête. Voici ce qu’il ne fallait (à mon sens) surtout pas manquer :

      
      

On ne présente plus le fameux quartier de Tokyo dont l’univers déjanté est transporté deux fois par an, le temps d’un week-end, au salon Prêt-à-Porter Paris. C’est l’espace mode des 15-25 ans et cette saison l’ambiance était à la fête, fortement boostée par la présence très remarquée d’une troupe de cyberpunks japonais à la pointe de la hype, Tokyo Decadance.

Impossible de passer à côté de ces créateurs asiatiques aux inspirations gothico-excentriques et dont l’univers est tout droit sorti des mangas. Pour les connaisseuses (et les curieuses !), on peut citer les marques suivantes :

  • Succubus et ses corsets à la limite du fétichisme.
  • Mogra qui s’inspire de l’imagerie traditionnelle japonaise pour une gamme de sex toys !
  • Takuya Angel ou une explosion de couleurs pour un style résolument décalé et délicieusement déjanté.
  • Nibroll About Street qui propose une mode conceptuelle imaginée par le designer Mitsushi Yanaihara.
  • Warita et ses accessoires venus d’ailleurs qu’on s’arrache déjà chez (la très tendance) Maria Luisa !

A noter aussi, une nouvelle marque française spécialisée dans l’importation de vêtements et accessoires made in Japan.  Capsule Tokyo, avec boutique en ligne s’il vous plait et la possibilité pour les jeunes créateurs de mettre leurs produits en vente !

Jeune illustratrice japonaise, Ena a été choisie par le salon Eclat de mode, pour rafraîchir son image. Pari réussi avec cette artiste au coup de crayon doux et léger qui a su donner un visage plein de grâce et de sensualité au salon spécialiste des bijoux. A 26 ans, Ena est illustratrice au sein de l’agence « Digmeout Factory » et a déjà collaboré avec de nombreux artistes en créant notamment des couvertures de romans, des jaquettes de CD,… Elle a même réalisé une série de dessins pour la collection automne/hiver 2005-2006 de la maison Chanel ! Ena, un nom à retenir !


Ena posant au milieu de quelques-unes de ses oeuvres

Ambiance « néo-boudoir » chez la marque Lolita Pompadour et sa créatrice, Virginie Epron. Ca n’est pas un hasard si le prix de « créateur de l’année 2007 » lui a été attribué et si elle fût récompensée à 6 reprises par une Etoile de Mode… Son secret ? Mélanger avec goût deux univers ultra féminins : celui de la « lolita » jeune, colorée et amusante, et de la « pompadour » raffinée, séductrice parfois même un brin fétichiste.

Une alchimie qui fonctionne puisqu’en 2003, Chantal Thomass choisit d’accessoiriser son défilé avec colliers et bracelets Lolita Pompadour et que bientôt, elle commercialise ces bijoux dans ses boutiques de Paris et Moscou. Une success story qui s’explique par des collections audacieuses, faites de dentelle, ruban, cuir, perles, camées et strass, et un thème tantôt coquin ou gourmand, en bref craquant et envoûtant. Un concentré de féminité et une vraie créativité !


Eventail customisé par Lolita Pompadour pour Eclat de Mode

A l’occasion du salon Who’s Next, véritable concentré de tendances, j’ai rencontré l’une des gagnantes du concours FAST qui récompense des jeunes talents en leur donnant l’occasion d’exposer gratuitement. Une aubaine pour ces petites marques à qui on souhaite de devenir les grandes de demain…

Elle s’appelle Amélie, a 25 ans, est d’origine normande et Sweet Dynamite, sa marque d’accessoires, bijoux et (bientôt !) chaussures a fait sensation au salon. Pour madmoiZelle.com, elle a accepté de revenir sur son parcours : « J’ai commencé par une école de stylisme mais ça ne se passait pas très bien, j’ai donc choisi d’abandonner en deuxième année. Avec un ami, on a créé une marque de fringues, Dzzydoll, puis un peu plus tard, je me suis lancée seule dans Sweet Dynamite. J’ai commencé à me faire connaître grâce aux conventions de tatouage où j’exposais mes créations. Rapidement j’ai eu de bons échos et les premières commandes sont arrivées. Aujourd’hui Sweet Dynamite a un an et demi et se vend à Paris, en province mais aussi à Londres, à Genève ou à Anvers. Mon souhait est de développer la marque, la rendre plus accessible et lancer pour cet été une ligne de chaussures dont j’expose les prototypes aujourd’hui ! ».

Ses créations s’inspirent des mangas et du rock, un univers enfantin, naïf, coloré, amusant, où têtes de mort, gentils dinosaures, mignons fantômes et babas au rhum semblent cohabiter dans la plus grande amitié. Sacs à main, broches, sautoirs, serre-têtes, bracelets,… Les créations d’Amélie sont une invitation à la douce folie, un voyage dans l’enfance non sans humour et super rafraîchissant ! Plus d’infos sur le site officiel www.sweetdynamite.com.

 
 

Marine Miel est née avec un handicap à la main mais très vite, son père refuse la fatalité et lui offre un piano. Dès lors, elle ne cessera de s’adonner à des activités manuelles. La couture en fait naturellement partie et après avoir fait ses classes chez Corinne Cobson, elle se lance seule et crée à 24 ans, sa propre marque « Suzon & Lena ».

Fabriquée en France, avec une laine naturelle et selon un processus de fabrication respectant l’environnement, la marque propose des pièces de maille qui subliment les silhouettes comme une ode à la femme et à ses courbes voluptueuses. Taille marquée, poitrine soulignée, épaules et hanches bien dessinées : inspirée de l’époque Empire et des pin-up américaines, la première collection Suzon & Lena est tout ce qu’il y a de plus féminin, sexy juste ce qu’il faut et joliment rétro. Et pour info, chacune des pièces est signée d’un grelot… Si, avec ça, on n’a pas tiré le gros lot ?!

Lazy Oaf a été créé en 2001 par l’illustratrice Gemma Shiel. Cette dernière, fortement investie dans la scène « arty street » londonienne, puise son inspiration dans « les livres de fantaisies, les mauvais films de science-fiction, les arrêts de bus et surtout les gâteaux et les biscuits ». Au programme : pluies d’étoiles, feux d’artifices, champignons, bonbons et cerises. Tout un univers d’enfance, ultra frais, souriant et pas gnangnan pour autant qui était présent au salon Who’s Next… Enfin, il était temps !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Got_victoria
    Got_victoria, Le 19 juillet 2007 à 22h04

    J'espère bien vite trouver une boutique qui vende les créations Suzon et Lena. Et espère que celle-ci ne sera pas trop loin de Paris pour préparer un w-end shopping de folie.

    Et Ena et Lolita Pompadour... génial

    merci bcp pour l'article

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)