Le Papa Noël, c’est de la merde !

Pour fêter notre Dossier Noël, le boss est allé piocher dans l'un de ses récents posts sur son blog 1 Gars 3 Nanas, où il raconte sa réticence à jouer le jeu du Père Noël avec ses deux filles.

Le Papa Noël, c’est de la merde !

(oh tiens encore un post où je vais me faire des copines et des copains)

Comme beaucoup de parents, j’ai des principes à la con. L’un d’entre eux consiste à ne pas raconter de bobards à mes gamins. Simple à appliquer quand ça ne concerne que nous, il suffit qu’on se démerde entre nous mais dès que le flûtiau touche à l’universel, c’est BIEN plus compliqué.

C’est le cas avec… le Père Noël. Quand le monde entier se met d’accord pour raconter un tas de conneries à tes gamins, que faire ? J’ai choisi de fermer ma gueule et de ne surtout pas cautionner. Mes filles ne m’entendront jamais parler du Papa Noël, de la cheminée, des cadeaux et de toutes ces merdes.

Difficulté numéro 2 : ma femme est A FOND dans l’esprit de Noël et tout ce tas de bullshits. Dé-solidarité silencieuse, donc.

(Oui, non, je n’aime également pas les chats, qui sont aussi utiles que le Père Noël – ©  flickr Malingering)

“Mais pourquoi est-il si rabat-jooooooie ?”, me diras-tu. PARCE QUEEEEE… perso, j’ai très mal vécu la “révélation” étant gamin. A partir de là, plusieurs constats :

  • Vous êtes sûrs-sûrs SÛRS que vous l’avez bien vécu, vous ? Ca ne vous a pas fait bizarre ? Ou bien vous avez occulté que vos parents vous ont ouvertement menti pour la première fois de leur vie.
  • Parce que oui, le Père Noël, c’est le premier mensonge qu’on fait à son gamin et surtout LE mensonge universel accepté par tout le monde. Au nom de quoi on reproduit bêtement ce que nos parents nous ont fait “subir” ? Y’a pas moyen, je lutte contre cette idée de toutes mes forces.
  • La plupart du temps, on l’apprend non pas par les parents, mais à l’école, par les copains ou par une pub à la télé. Ou bien c’est plus insidieux : on s’en rend compte petit à petit et JAMAIS les parents ne viennent te dire “bah oui, on t’a raconté des bobards parce que”. Qu’y a-t-il de pire de se rendre compte du mensonge de quelqu’un qu’on aime par quelqu’un d’autre ? Qui ici-même préfère apprendre par autrui que ta moitié t’a fait cocu ?
  • “Le mensonge, c’est une expérience de la vie”, m’ont dit certaines personnes autour de moi. Bah bravo, c’est vachement raccord avec les lutins, le traîneau et tout le toutim. Un peu de cohérence bordel.

Entre la vérité brute mais honnête et un mensonge bidon + une révélation mal gérée, vous préférez quoi, vous ?

(Oh j’avais oublié, ma femme avait utilisé avec fourberie Le Père Noël pour se débarrasser de la tutute en 2008… il aura au moins servi à ça, ce vieux débile)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 33 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Feministslut
    Feministslut, Le 15 mars 2011 à 21h34

    Mes parents ne m'ont jamais dit l'un ni l'autre. Le Père Noel, ce sont les autres enfants qui voulaient que j'y crois, mais je m'en foutais.
    J'ai toujours cru mes parents, ils ne m'ont jamais menti et bizarrement, j'étais la seule parmi mes ami-e-s et mon entourage scolaire à avoir toujours entretenu de bonnes relations avec eux. Car j'avais confiance en eux.

    Après, ile Père Noel est issu de la culture capitaliste, il existe autant de pays, de sociétés et de religion qui ne fêtent pas Noel ou du moins, pas avec le père Noel, alors dire que croire au Père Noel est presque essentiel pour nos enfants pour leur imagination bla bla bla, c'est quand même bien la pensée de ce qui me débecte le plus dans notre société occidentale matérialiste.

    Il y a tant d'autres moyens d'avoir de l'imagination et de rêver sans qu'on vous raconte des bobards.

    Par ailleurs, ce genre d'hitoires et ainsi que les contes de fées ont une morale chrétienne et sexiste qui m'écoeure.
    Une nouvelle littéraure non sexiste se crée. Même des histoires de Père Noel, ne pas y croire n'emêche nullement le développement de l'imagination.

Lire l'intégralité des 33 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)