Orgueil et Préjugés

Ils sont amoureux mais pas du même monde, ils se détestent mais  vont finir par s’aimer. C’est une histoire d’amour dont on connaît  l’issue, et pourtant, loin de tomber dans les clichés du romantisme,  Orgueil et Préjugés (adaptation du roman du même nom de Jane  Austen) nous offre 2h de plaisir… Il n’est pas tâche […]

Ils sont amoureux mais pas du même monde, ils se détestent mais  vont finir par s’aimer. C’est une histoire d’amour dont on connaît  l’issue, et pourtant, loin de tomber dans les clichés du romantisme,  Orgueil et Préjugés (adaptation du roman du même nom de Jane  Austen) nous offre 2h de plaisir…

Il n’est pas tâche aisée d’adapter à l’écran des personnages de papier,  surtout quand le livre a eu son importance. L’atmosphère est-elle  la même ? Les personnages sont-ils bien choisis ? Et si on perdait ce  quelque chose qui a fait le charme du roman ?
Jeffrey Wright a amené avec lui, entre autres, Keira KnightleyRosamund Pike, Simon Woods et Matthew MacFayde pour relever le  défi. Et il a réussi. Il nous plonge dans l’Angleterre du 18ème, dans le  Hertfordshire plus précisément, à travers des paysages grandioses parce qu’épurés. Pas d’excès, juste ce qu’il faut au moment où il le faut, les bonnes couleurs, les bonnes notes de piano et ce qu’il faut  de flou. On prend part à la vie de la famille Bennett,  un père, cinq filles et une mère, véritable crise de nerfs en jupon dont le seul but est de trouver un mari (riche) pour sa progéniture.

Les personnages sont aussi attachants que d’autres sont  horripilants, mais toujours brossés avec un grand souci du détail,  afin de leur donner à chacun leurs vies et leurs caractères. Aucun  rôle n’est laissé au hasard, aussi second soit-il. Des cadettes Bennett hystériques sautant partout autant que le leur permettent leurs  jupons, Keira (Lizzie dans le film) rayonnante en jeune femme pleine  d’esprit avec juste ce qu’il faut d’impertinence et de réparties bien  placées, et Matthew MacFayde (Darcy) aussi froid et orgueilleux  qu’il est riche.
Et le jeu commence, celui du chat et de la souris : qui piquera l’autre en dernier ? Les répliques s’enchaînent et se savourent.  Aimera ? N’aimera pas ?

 

Orgueil et Préjugés, c’est aussi la critique sociale d’un monde où tout  se joue sur les apparences et le rang. Et si en mettant nos idées  reçues de côté et en allant gratter un peu on se rendait compte que l’on s’était trompé ? Et si la personne en question n’était pas  celle que l’on croyait ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lacaps69
    Lacaps69, Le 13 décembre 2009 à 21h01

    J'ai adoré ce film le fait que Mr Darcy et Elisabeth soit tous les deux orgueilleux rend leur relation tellement inenvisageable :P

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)