Confessions d’une fille qui jouit très vite

Par  |  | 9 Commentaires

Jouir, c'est souvent vu comme un objectif difficile à atteindre quand on est une femme. Mais pour Josée, ça n'est pas un problème... car elle jouit plus vite que son ombre ! Lucky Luke n'a qu'à bien se tenir.

Confessions d’une fille qui jouit très vite

journee-orgasme-620x150

Salut Internet ! Ici Josée, pour de nouvelles aventures. Aujourd’hui, c’est la journée de l’orgasme, mon jour préféré de l’année. Du coup, je me suis dit que j’allais te parler des miens, d’orgasmes.

Je suis comme ça, une femme qui aime se confier.

L’orgasme, mon meilleur pote

J’ai clairement l’impression d’être « hashtag blessed » par la nature. Là où beaucoup de personnes, notamment des femmes, ont du mal à atteindre l’orgasme que ce soit par elles-mêmes ou avec leur(s) partenaire(s), pour moi c’est aussi simple que de m’étirer un grand coup.

👀  J’aime ton style Madonna 👀

J’exagère à peine.

Je jouis en quelques minutes chrono.

Avec les doigts, avec la langue, avec un pénis, avec ou sans pénétration, je jouis en quelques minutes chrono et il me faut peu de temps de récupération pour me remettre dans l’agréable bain du coït.

Bien sûr tous les orgasmes ne se valent pas. Il y a les petits, ceux qui passent comme des vaguelettes, et les grands, les tsunamis qui me laissent quasiment hors-service.

Mais n’empêche… je jouis vite.

Ça peut paraître paradoxal car je suis la même Josée qui vous avait raconté ma déception post-achat du Fairy. Ce « lance-roquettes à orgasmes » ne fonctionne pas du tout sur moi !

Mais c’est pas un souci, finalement, car si je n’ai jamais été très sex-toys, c’est peut-être tout simplement parce que je n’en ressens pas le besoin. Moi et mon corps, on se suffit, j’imagine.

Le chemin vers un orgasme facile

J’ai toujours joui très facilement par moi-même, et je me masturbe depuis que j’ai l’âge d’avoir des souvenirs. Mes fantasmes, ma sexualité ont évolué, pas ma capacité à jouir, bien installée depuis des années.

big-masturbation-feminine-culpabilite

Cependant, je n’ai pas toujours atteint facilement l’orgasme avec mes partenaires.

Au début de ma vie sexuelle, je ne savais pas ce que j’aimais, ce qui me déplaisait. Je ne connaissais pas les boutons secrets qui me liquéfient en un quart de seconde.

Je n’ai pas toujours atteint facilement l’orgasme avec mes partenaires.

Car quand je me masturbe, c’est toujours en surface — ça donne ce qu’on appelle un orgasme clitoridien. Je n’ai jamais ressenti de plaisir supplémentaire en allant, si je puis me permettre l’expression, au fond des choses.

Du coup, quand j’ai commencé à fréquenter des garçons, toute la partie pénétration était une terre vierge. (Mdr) (vierge.)

Pendant des années, je n’ai pas forcément joui en couple, voire pas du tout au début. Le sexe ne me déplaisait pas, hein ! Simplement, je voyais l’orgasme comme un truc que j’atteignais seule. La pénétration m’apportait d’autres sensations.

Il a fallu que je sois plus à l’aise avec mon corps, que j’apprenne à me laisser aller. Car ça peut être intimidant de jouir à deux. C’est un vrai moment d’abandon, de confiance partagée.

big-francaises-orgasme

J’ai aussi étudié plus attentivement mes fantasmes, compris ce qui me faisait décoller.

Je ne parle pas forcément de grandes séances de roleplay très codifiées ! Parfois, la différence entre une vaguelette et un tsunami, c’est un regard, un lobe d’oreille mordillé, un mot chuchoté.

J’ai aussi étudié plus attentivement mes fantasmes, compris ce qui me faisait décoller.

Je pense que ce qui m’a aidée à jouir facilement même à deux, c’est de mieux comprendre mon corps et ma sexualité. J’ai maintenant acquis une aisance sous les draps et une connaissance de mes goûts qui me permettent de m’abandonner en toute confiance.

Ma relation longue durée avec un jeune homme touché par l’anorgasmie masculine m’a aussi aidée à découvrir des sensations. Le coït durait indéfiniment, et il y avait tout le temps d’explorer ce que je ressentais.

Je n’ai pas peur non plus d’« aider », parce qu’après tout, le but d’une relation sexuelle, c’est de donner et de prendre du plaisir ! Il n’y a rien de mal à se filer un petit coup de main pour atteindre l’orgasme pendant la pénétration par exemple.

aider-orgasme

C’était très bien illustré par Cy. dans son premier strip érotique !

Et si je tombe un jour sur un garçon qui le prend mal, disons que ça m’aidera à faire fissa le tri dans mes plans cul.

Les garçons VS une fille qui jouit vite

Quasiment tous les mecs avec lesquels j’ai couché, depuis que j’ai développé cette capacité à jouir en cinq minutes douche comprise, ont été surpris. Ils étaient plutôt habitués à l’inverse : des filles qui ont du mal à atteindre l’orgasme, voire qui n’y parviennent jamais.

Certains garçons ont cru que je simulais.

Certains ont carrément cru que je simulais, que j’en faisais trop pour leur faire plaisir, les rassurer ou encourager leur désir.

Alors qu’en fait, non, c’est juste que je suis… facile ! Facile à faire jouir et facile à contenter.

big-orgasme-a-deux

Au-delà de la surprise, la plupart sont fort contents, au final. Ça leur enlève une pression, celle de faire jouir avant de jouir eux-mêmes — car pour beaucoup, éjaculer marque la fin de leur désir.

Moi, c’est sûr que je vais jouir, souvent dès les préliminaires, donc je sens les garçons plus détendus. Le sexe devient plus ludique et je trouve ça chouette, car les pressions sexuelles font plus de mal que de bien, à mon sens.

Explorer sa sexualité quand on jouit vite

On pourrait se dire que quand l’orgasme est acquis, l’envie d’explorer sa sexualité disparaît. Que je n’aurai pas envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte alors qu’elle est déjà bien fraîche dans mon jardin.

Je suis pas sûre de cette métaphore j’espère que je vous ai pas perdu•es.

Mais le fait d’être quasi-sûre que je vais jouir ne m’empêche pas d’avoir des envies de nouveauté !

easy-netflix

« Ta mère ne devait pas arriver que demain ? »

En explorant diverses facettes de ma sexualité — notamment le BDSM, car c’est ce qui me plaît — j’ai découvert des sensations inédites. Je me suis mise dans des états mentaux que je n’avais jamais imaginés.

Et puis à chaque nouveau garçon, c’est un nouveau rituel à découvrir. Personne ne fait l’amour de la même façon. Du coup, j’ai l’impression d’apprendre à chaque fois de nouvelles choses.

Au final, jouir très vite, ça n’a pas tant d’incidence sur ma sexualité. Je pense que c’est surtout d’être à l’aise avec moi-même, avec mes goûts et mon corps qui me permet d’avoir une vie sexuelle épanouie !

Allez, à toi de sortir du bois : toi aussi tu jouis plus vite que l’éclair ? Comment ça influe sur ta vie sexuelle ?


Josée L'Obsédée

Josée l'Obsédée n'est pas qu'une personne (sinon, elle aurait eu 17 premières fois et 6 sodomies ratées, ce qui fait beaucoup pour un seul corps). C'est la plume des madmoiZelles voulant nous parler de leurs plus folles histoires au lit... ...et au fait, peut-être es-tu toi aussi une Josée l'Obsédée dans l'âme ? Si oui viens témoigner !

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • No'Groxhaton
    No'Groxhaton, Le 20 février 2017 à 21h12

    J'arrive un avec deux mois de retard, mais qu'importe : je fais partie du club des filles qui jouissent vite ! x)
    Plus sérieusement, j'ai quand même une différence par rapport à la Josée de l'article et aux autres personnes ayant commenté : personnellement je ne me suis jamais masturbée, et j'ai tout de suite vite joui en faisant l'amour avec mon premier (et actuel) petit ami - même si j'ai mis un certain temps avant d'avoir mon premier vrai orgasme, forcément, il fallait qu'on se découvre un peu surtout moi qui était vierge ; mais j'étais et suis toujours très sensible et cela a été quasi immédiat. Peut-être parce que je lui ai fait immédiatement pleinement confiance et donc je me suis entièrement laissée aller dès le début de notre relation...
    Bref, je voulais juste donner mon témoignage un peu différent :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!