Organiser des gang bangs, c’est un métier, vous savez !

Par  |  | 14 Commentaires

Comment organiser un bon gang bang ? Anouk Perry a interviewé un homme qui en a fait son métier, et se livre sur ce job pas tout à fait référencé chez Pôle Emploi !

Organiser des gang bangs, c’est un métier, vous savez !
Mise à jour du 9 avril 2018

Le deuxième épisode de La délicatesse des gang bangs est sorti. Je ne saurais mieux le résumer :

Retrouvez-le en fin d’article !

Le 1er avril 2018

Il y a des jours, comme ça, où on se retrouve à prendre le métro à 8h32 en écoutant un mec parler de gang bang. Et où on ne regrette rien.

Anouk Perry, ancienne rédac sexo sur madmoiZelle, fait des podcasts vachement cool et elle a interviewé un homme dont le métier est d’organiser des gang bangs. Je ne pouvais pas ne pas vous conseiller cet épisode !

Un gang bang, c'est quoi ?
Petit point de définition, pour commencer.

En fait, j’étais persuadée qu’un gang bang, c’était une femme ayant une relation sexuelle avec plein d’hommes en même temps. Peut-être parce que c’est le schéma le plus courant dans le porno.

Mais non, écoutez, le gang bang n’a pas de genre !

Il s’agit juste de coucher avec plus de deux personnes à la fois. En termes de parties génitales et d’emboîtement, vous faites votre tambouille comme vous le voulez.

Un organisateur de gang bang explique son métier

Anouk tend son micro à un certain Z., de Gang Bangs Hards, qui a monté la Factory, un lieu dédié au sexe en groupe situé à Bagnolet, en Île-de-France.

Les femmes et couples peuvent y demander un évènement personnalisé. Les hommes qui souhaitent participer seuls à une partie de jambes en l’air contactent directement Z. par texto.

Dans le podcast, il guide Anouk à travers la Factory, lui explique l’utilisation de certains décors, et parle de son drôle de métier !

Je tiens à noter que la profession de Z. n’a rien à voir avec le milieu de la prostitution. Hommes comme femmes paient pour participer, ce ne sont pas des travailleurs ou travailleuses du sexe.

De grandes soirées avec beaucoup de mise en scène lui permettent de financer des évènements plus restreints, intimistes, qui ne sont pas toujours rentables.

Des capotes protègent les participants et participantes des MST et IST, Z. ne déconne pas là-dessus. Et il n’y a pas de profil-type ! Sa clientèle est très variée.

Z. est purement businessman : il ne participe pas aux évènements qu’il organise. D’ailleurs, le gang bang, c’est pas son truc. Ni celui de sa femme !

J’ai trouvé ce podcast passionnant car il remet de la normalité dans un métier atypique. J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi !

Il ne s’agit que de la première partie, la suite est ici :

Abonnez-vous aux podcasts d’Anouk Perry, ils sont top ! Et vous pouvez aussi la suivre sur YouTube ♥

À lire aussi : 3 journalistes sexo racontent ce que ça fait d’écrire sur le cul à visage découvert

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Flowercream-
    Flowercream-, Le 10 avril 2018 à 19h06

    Je sais pas si je suis la seule, mais le gang bang je trouve ça.. Super dangereux.. Rien que m'imaginer nue, donc vulnérable, devant 10 mecs voire plus... Ça me terrorise complètement. Cette pratique me fout les jetons. S'ils ont envie de forcer, de violer, de brutaliser, voire pire, c'est facile, ils sont nombreux, et plus forts physiquement que la plupart des femmes. Une femme vs 20 mecs, c'est pas la femme qui aura le dessus, on va pas se mentir. Sincèrement c'est une pratique que je trouve dangereuse, même si je comprends qu'on ait envie de réaliser son fantasme. Qu'on ne me dise pas qu'il est absolument impossible d'être violée en club libertin, ou avec des types "de confiance". Qu'on ne me dise pas que ceux qui participent à cela sont tous des hommes " de confiance ", justement. On les connaît pas forcément si bien que ça, le "recruteur" n'est pas non plus un expert en psychologie ou un enquêteur de personnalité. Déjà qu'avec un seul homme, ou deux, le risque de viol existe, et il est élevé vu les chiffres, mais avec une dizaine d'hommes, c'est encore pire...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!